Danny-VivaLing

Pour Danny, coach d’anglais chez VivaLing: “chacun de mes jours est mémorable grâce à mes élèves”

VivaLing English

  • Pourquoi aimez-vous enseigner l’anglais?

Quand j’enseigne, je me sens important et je veux partager cette émotion avec mes élèves, leur faire reconnaître l’importance que nous avons tous en tant que personnes, adultes comme enfants. L’enseignement est devenu un art: plus vous êtes créatif, mieux c’est. Quand j’enseigne, j’ai l’impression de pouvoir m’exprimer comme  je ne pourrais pas le faire si je n’étais pas un enseignant. J’aime enseigner l’anglais parce que c’est un mode de vie. Etre enseignant, c’est le meilleur travail du monde.

  • Quelle est la différence entre un coach masculin et un coach féminin a vos yeux?

Je ne pense pas qu’il y ait une quelconque différence . Je pense que le genre du nom  «enseignant» devrait être neutre. Le mot «enseignant» est universel, c’est un statut que toute femme ou homme peut obtenir, une mission qu’on peut accomplir dès qu’on a envie de transmettre.  

  • Pourquoi aimez-vous enseigner en ligne?

Eh bien, surtout parce que c’est une excellente occasion d’explorer différentes cultures,d’avoir le sentiment que votre étudiant est à côté de vous, même s’il vit à des milliers de kilomètres. Cela permet aussi de faire une différence dans la vie des étudiants dans le monde entier, en utilisant tout le potentiel que nous donnent les outils digitaux. C’est une expérience à laquelle tout enseignant devrait aspirer.

 

VivaLing English

    • Quelle est votre journée type en tant que coach chez VivaLing?

Je m’amuse beaucoup à préparer mes leçons. J’essaie habituellement de proposer des cours qui soient drôles et très interactifs, tout en gardant en tête les exigences méthodologiques et pédagogiques exigée. Une journée en tant que coach chez VivaLing est toujours mémorable grâce à mes élèves. C’est une journée de partage, d’apprentissage, de rire mais aussi de travail en réseau avec mes autres collègues coaches chez VivaLing.

  • Quel est votre rêve d’enfance, et pourquoi avez-vous choisi de devenir un enseignant?Quand j’étais enfant, je rêvais de devenir “chef”cuisinier, et j’allais m’orienter vers ce type de carrière quand, juste après avoir terminé le lycée, quelque chose en mois s’est cassé. Quelque chose à l’intérieur de moi a commencé à me pousser vers l’enseignement. A l’époque, je ne savais pas vraiment pourquoi. Il ya un dicton qui dit qu’“il y a une raison pour tout”, et maintenant, quand je mesure la satisfaction que ce travail m’apporte, je comprends pourquoi.

 

 

VivaLing English

  • Pourriez-vous citer quelques-uns de vos passe-temps?

J’aime conduire, lire, cuisiner et, récemment, j’ai découvert une nouvelle passion: l’agriculture.

  • Si vous deviez voyager demain, a quel endroit voudriez-vous aller?

J’irais certainement aux Bahamas pour profiter de quelques jours de calme, de détente et pour pêcher!  

  • Si vous n’étiez pas enseignant, que feriez-vous?

J’essaierais de prendre quelques cours de cuisine, ou peut-être de m’investir dans l’agriculture bio, histoire de changer radicalement de vie. :)

 

Réservez vos cours avec Danny ou un autre fantastique Coach de VivaLing MAINTENANT

mandarin coach vivaling

A la rencontre de Jing, coach de mandarin chez VivaLing: “Je n’ai jamais ressenti dans aucun autre emploi le même sentiment de fierté et d’accomplissement que celui que je ressens quand j’enseigne”.

Qui êtes-vous?

Mon nom est Jing, ce qui signifie calme et paisible en chinois. Je suis du nord de la Chine, de la ville de Baoding, dans la province du Hebei. Je viens de déménager aux Pays-Bas, après avoir vécu plusieurs années en Thaïlande.

J’ai obtenu mon diplôme en économie à l’Université de Hebei, puis j’ai obtenu un diplôme pour enseigner le chinois comme seconde langue à l’Université normale de Chine orientale, à Shanghai en 2011. Je suis également titulaire du certificat pour enseigner le chinois aux étrangers de l’Institut Confucius.

mandarin coach vivaling

Depuis combien de temps êtes-vous professeur de chinois?

J’ai commencé à enseigner le chinois en 2011.

Pourquoi avez-vous décidé d’être enseignante?

Je savais, depuis ma plus tendre enfance, que je voulais être enseignante. Contrairement à d’autres enfants, j’ai toujours adoré être face aux gens et leur expliquer les choses que j’ai apprises. Petite, j’aimais jouer à la maitresse avec mes amis, mes camarades et les membres de ma famille. Je pense avoir une bonne capacité à me mettre dans la peau de mes élèves et j’adore réfléchir à ce que pourrait et devrait être ma classe idéale. Je n’ai jamais ressenti dans aucun autre emploi le même sentiment de fierté et d’accomplissement que celui que je ressens quand j’enseigne.

J’aime aussi et surtout travailler avec des enfants. Je suis vraiment à l’aise avec eux car je parle leur langue. Je ne suis pas timide et n’hésite pas faire des grimaces ou des blagues eux. Je suis toujours impressionnée quand je réalise que, grâce à mes cours, les enfants peuvent aimer le chinois et l’apprendre avec plaisir.

mandarin coach vivaling

Pourquoi aimez-vous enseigner en ligne?

Je suis une fan de technologies et j’adore les utiliser dans mon enseignement. J’aime explorer toutes sortes d’outils pour impliquer mes élèves dans mes cours et les rendre plus amusants et efficaces. En outre, l’enseignement en ligne me donne plein de nouvelles opportunités. Je suis capable d’enseigner à des élèves dans le monde entier et d’exercer mon métier partout où je vais (hier en Thaïlande, aujourd’hui aux Pays Bas)

mandarin lesson vivaling

Quelles sont vos passions?

J’aime voyager et chanter. J’aime aussi tous les jeux interactifs que l’on pratique en groupe comme les jeux de société ou des activités en plein air.

Quel est votre plat préféré?

J’aime la cuisine chinoise. Même si je vis en Europe maintenant, j’ai toujours envie de manger de la nourriture chinoise. J’aime les hamburgers d’âne que l’on fait dans ma ville natale Baoding. Ce sont de délicieux pains à base de farine de blé farci avec de la viande d’âne. C’est délicieux!

Quel est votre livre chinois préféré?

Mon livre chinois préféré sera 围城 “Fortress Besieged” par Zhongshu Qian

Quel est votre endroit préféré sur terre?

Mon endroit préféré est à la maison

learn mandarin chinese vivaling

Que diriez-vous à un ami pour le convaincre d’apprendre le mandarin?

Actuellement, le mandarin est parlé par plus d’un milliard de personnes dans le monde, soit environ un cinquième de la population mondiale. Chaque année de plus en plus d’étudiants dont la langue maternelle n’est pas le mandarin étudient cette langue avec enthousiasme et succès. Avec un bon coach et une bonne pédagogie, tout le monde peut apprendre le chinois. Il faut juste se lancer !!

comptines chinoises pour enfants

Six chansons pour aider votre enfant à apprendre le mandarin

Qui n’a pas chanté « Frère Jacques » ou « Il était un petit navire » pour apprendre à son enfant ses premiers mots de français ? Les comptines ou chansons enfantines sont souvent les premiers et meilleurs outils pour apprendre une langue. Ils sont le reflet d’une culture, le socle commun de milliers de personnes et constituent une façon ludique de découvrir un univers linguistique. Votre enfant apprend le mandarin ? Accompagnez-le en chantant avec lui les airs chinois les plus populaires !

 

Pour les 3-6 ans

Les sons des animaux 动物 叫声

Avec sa mélodie accrocheuse, son vocabulaire facile à mémoriser et ses phrases simples mais utiles, cette chanson fera le bonheur des petits.

Non seulement cette chanson enseigne à vos enfants les noms des animaux, mais aussi les sons qu’ils font en chinois! Car, oui, les animaux ne produisent pas les mêmes sons en chinois et en français ! Elle les aidera également à apprendre quelques verbes de base tels que marcher (走), nager (游) et rouler (滚).

 

Deux tigres – ou le Frère Jacques chinois

Quel enfant ne connait pas Frère Jacques ? La version chinoise ne parle pas d’un « frère qui sonne les matines » mais bien de deux tigres, dont l’un n’a pas d’oreilles, et l’autre n’a pas de queue … Grace à cet air familier, votre enfant mémorisera les paroles en un clin d’œil et sera fier et heureux de pouvoir chanter Frère Jacques dans plusieurs langues.

 

Pour 6-9 ans

Où est mon ami? ……

Une jolie mélodie facile à apprendre pour mémoriser les chiffres ainsi qu’un peu de vocabulaire quotidien de base accompagné de formules pour poser des questions.

 

Petit lapin blanc 白兔

Tous les enfants chinois connaissent cette chanson très populaire en Chine.

 

C’est une chanson que les jeunes chinois chantent avec leurs grands-parents, leurs parents et leurs camarades en maternelle. Elle contient du vocabulaire facile autour de l’animal du lapin : les oreilles, la carotte, les légumes, etc.

Après avoir appris cette chanson, votre enfant pourra partager un véritable « classique » de la culture chinoise. Nul doute que les enfants – et les adultes –  chinois en seront impressionnés!

 

Pour les 9 ans et plus

 

Compter les canards 鸭子

 

Savoir compter est l’une des premières compétences que l’on acquiert quand on apprend une nouvelle langue. Votre enfant connait peut-être la comptine numérique – 1,2,3,4,5 –  en chinois, mais qu’en est-il lorsque les chiffres ne sont pas dans le bon ordre? «Compter les canards» est une comptine qui permet d’apprendre et de retenir les chiffres, tout en s’amusant.

 

L’oiseau jaune

 

Est-ce une chanson ou une blague? Personne ne peut le dire. Mais ce que l’on sait c’est que cette chanson à la mélodie douce et entraînante est très drôle. Une fois que vos enfants comprendront la signification des paroles, ils riront et adoreront cette chanson, on vous l’assure!

N’hésitez pas à demander aux coaches de mandarin de VivaLing d’apprendre ces chansons à vos enfants. Ils se feront un plaisir de les répéter avec eux.

 

coach de francais VivaLing

Rencontrez Laetitia, coach de français chez VivaLing: “je trouve ça fantastique de discuter avec des personnes qui sont à l’autre bout de la planète et d’avoir l’impression qu’ils sont dans la même pièce que moi.”

Je m’appelle Laëtitia, j’ai grandi en Normandie, ai vécu à Paris et à Belgrade (Serbie) et je vis à présent à Camarès, un minuscule village dans le Sud de la France.

J’enseigne le français depuis 8 ans, de manière variée : à l’étranger/en France, FLE/soutien scolaire, adultes/enfants, cours en one-to-one, au collège, à la fac…

J’ai étudié la philosophie, obtenu une licence en serbo-croate et un doctorat en anthropologie, je prépare actuellement mon CAPES de philosophie.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours?

J’ai fait des dizaines de métiers (vendeuse de téléphones, de chaussures, en boulangerie, babysitter en hôtels de luxe, chargée d’assistance chez Europ-assistance etc.) mais depuis une petite dizaine d’années essentiellement du soutien scolaire et des cours de FLE.

coach de francais VivaLing

Pourquoi aimez-vous enseigner le français ?

J’aime pouvoir donner les clés à mes élèves pour que les choses s’éclairent. Je trouve qu’aider quelqu’un à comprendre quelque chose de nouveau est en soi-même une récompense.

Pourquoi aimez-vous enseigner en ligne ?

Je trouve ça fantastique de discuter avec des personnes qui sont à l’autre bout de la planète et d’avoir l’impression qu’ils sont dans la même pièce que moi.

Combien de langues parlez-vous ?

Je parle français, anglais, serbe et je peux comprendre un peu d’allemand

coach de francais VivaLing

Quel est votre lieu ou monument préféré en France ?

La tour Saint-Jacques de la boucherie à Paris que je trouve fascinante, à la fois très simple et très tortueuse

Quelle est votre tradition ou fête française favorite ?

J’aime beaucoup l’épiphanie, j’ai cuisiné ma première galette des rois l’année dernière, pâte feuilletée comprise!

Coach de francais VivaLing

Quelles sont vos passions ?

L’histoire des Etats-Unis, Beyonce, les Balkans, la culture ashkénaze, les comédies romantiques britanniques, la cuisine, le cinéma social, les documentaires historiques et les images d’archives, la natation, le yoga, Game of Thrones,

Quel est votre plat préféré ?

Un fondant au chocolat avec de la crème anglaise

Votre livre ou votre film préféré ?

Le Petit Prince (je les collectionne dans toutes les langues) !

Laetitia coach de francais VivaLing

Quel est l’endroit sur la Terre ou vous aimeriez vivre  ou découvrir ?

J’ai déjà découvert beaucoup d’endroits que je voulais voir, je pars au Vietnam en avril, ensuite il me restera Cuba sur ma liste :)

Quels sont vos conseils pour apprendre le Français ?

Ecouter beaucoup de chansons en essayant de comprendre les paroles ! C’est comme ça que j’ai appris l’anglais…

 

Vous aussi rejoignez VivaLing pour des cours de français langue étrangère (FLE) ou langue maternelle/soutien scolaire! pour s’inscrire, c’est par ICI.

Mathilde VivaLing

Découvrez Mathilde – coach de francais chez VivaLing

Je m’appelle Mathilde, je viens du Croisic, une superbe petite ville côtière à une heure de Nantes. Je suis installée à Athènes en Grèce depuis 8 ans.

Mathilde French coach at VivaLing

Depuis quand enseignez-vous le français ? 

J’ai commencé à enseigner le français à domicile à mon arrivée à Athènes, après ma licence de lettres modernes spécialité professorat des écoles. Je n’ai jamais arrêté d’enseigner durant la poursuite de mes études. En effet, j’ai obtenu un Master 2 de FLE/FLS via la faculté d’Arras et l’Institut Français d’Athènes. J’ai également eu la chance de suivre plusieurs stages dans des maternelles  bilingues dont celle du Lycée franco-hellénique d’Athènes. Voilà maintenant cinq ans que j’enseigne la langue française aux enfants à l’Institut Français d’Athènes.

Pourquoi aimez-vous enseigner en ligne ?

Contrairement aux a-priori qui persistent, enseigner en ligne n’est pas contraignant. Nous ne sommes pas derrière un écran, passifs à débiter notre cours comme le ferait un logiciel. C’est tout le contraire, l’enseignement en ligne permet de sortir des 4 murs de la classe pour s’ouvrir au monde. Nous avons le monde à portée de main, vidéos, livres, articles, outils précurseurs et amusant pour apprendre la grammaire et le vocabulaire. L’enseignement en ligne rend le cours réel! Loin des clichés de certains manuels, nous transmettons notre langue et notre culture en accédant à tout moment au monde qui nous entoure! Depuis que je suis coach pour VivaLing, je pense sincèrement qu’il n’y a pas de méthode plus active  pour apprendre une langue.

Mathilde VivaLing

Pourquoi aimez-vous enseigner le français ?

J’aime la langue française, sa culture, sa sonorité et ses expressions.

La langue française est une langue riche d’histoire, elle a toujours véhiculé les valeurs de tolérance, de liberté et d’une certaine réflexion philosophique.  Continuer de transmettre ma langue au quatre coins du monde est pour moi une chance inestimable!

Combien de langues parlez-vous ?

Je parle 3 langues couramment: le français bien sûr mais aussi l’anglais et  le grec que j’affectionne tout particulièrement! Je suis fière de parler une langue dont les racines remontent à plusieurs millénaires!

Quel est votre lieu ou monument préféré en France ?

J’adore retourner sur les lieux de mon enfance, la côte bretonne, l’atmosphère gothique et indomptable de la côte sauvage. Il n’y a rien de plus inspirant que de s’assoir sur les rochers ou sur la plage et de regarder l’Atlantique déchaîné, cela nous rappelle à quel point nous sommes petits face à la nature!

 

brittany

 

Quelle est votre tradition ou fête française favorite ? 

J’aime rentrer en France pour Nöel! L’ambiance des marchés de Noël en France est sans pareil! L’odeur du vin chaud et des fromages dans les rues, les cabanes en bois des artisans, les décorations des magasins….Et bien sûr les festins interminables en familles n’ont pas de prix!

 

christmas fair VivaLing

Quelles sont vos passions ?

J’adore peindre et dessiner. J’aime aussi les balades à cheval. Je suis également une fan du “Vendée Globe”, la course de voile en solitaire la plus difficile au monde! (Enfin, j’aime regarder seulement!)

Quel est votre plat préféré ?

Les galettes et crêpes bretonnes sans aucun doute! :)

Votre livre ou votre film préféré ?

Ensemble, c’est tout d’Anna Gavalda et tous les films de Jean-Pierre Jeunet.

Quel est l’endroit sur la Terre ou vous aimeriez vivre  ou découvrir ?

J’aimerais beaucoup découvrir l’Asie et sa culture tellement différente de la nôtre! J’aime être totalement dépaysée quand je voyage!

 

mathilde VivaLing

Quels sont vos conseils pour apprendre le Français ?

Ne pas avoir peur de se plonger totalement dans la culture de l’autre et cela est valable pour toutes les langues!

Je pense que voir des films, des dessins-animés en français, lire des articles aident beaucoup à la compréhension de la langue. Mais il faut aussi essayer de pratiquer le plus vite possible, même si vous faites beaucoup de fautes. Il faut se séparer de ses insécurités linguistiques et se lancer!

ipad-1721500_1920

Les écrans: nouvelle incarnation du diable dans les foyers?

“Mes enfants n’utilisent pas d’Ipad. Je limite la quantité de technologie que mes enfants utilisent à la maison», tels furent les propos de Steve Jobs, il y a quelques années, concernant l’utilisation de l’Ipad par ses propres enfants.

Curieux, n’est-ce pas? Le fondateur du mac et de l’Ipad, les appareils intelligents les plus populaires au monde, s’inquiétait de l’effet de ses propres produits sur ses enfants. Mais Jobs n’est pas le seul. On constate en effet une tendance chez certaines personnes du monde de la technologie et de l’informatique aux Etats-Unis à interdire à leurs enfants d’utiliser les nouvelles technologies.

D’un côté, certaines familles et établissements scolaires, faisant écho aux préoccupations concernant l’accès à du contenu inapproprié, aux risques de dépendance et aux impacts sur la santé,  ont décidé d’interdire les nouvelles technologies à leurs enfants et élèves. De l’autre, nombreux sont les parents et les autorités éducatives qui reconnaissent que les tablettes et les ordinateurs peuvent être des outils intéressants et très enrichissants. Les applications éducatives, en particulier, apportent bien plus de bénéfices aux enfants que de regarder la télévision. Alors, qui a raison?

 

learning with an ipad

 

Apprendre sur Ipad ou ordinateur: est-ce mauvais pour les enfants?

L’appareil électronique est-il vraiment le «mal» à la maison? Y at-il un moyen d’en faire un bon usage? C’est pour répondre à ces interrogations et à ces angoisses que l’Académie américaine de pédiatrie (AAP – American Academy of Pediatrics) a émis en octobre 2016 son avis et ses recommandations pour l’utilisation des écrans par les enfants:

Pour les enfants de moins de 18 mois, évitez d’utiliser des écrans autres que pour des séances de vidéoconférence (type skype) avec de véritables personnes qui parlent et interagissent avec l’enfant.

– Les parents d’enfants âgés de 18 à 24 mois qui veulent introduire des médias numériques doivent choisir des émissions de haute qualité et les regarder avec leurs enfants pour les aider à comprendre ce qu’ils voient.

Pour les enfants âgés de 2 à 5 ans, limitez l’utilisation de l’écran à 1 heure par jour de programmes de haute qualité. Les parents doivent regarder les contenus digitaux avec leurs enfants pour les aider à comprendre ce qu’ils voient et l’appliquer au monde qui les entoure.

Pour les enfants âgés de 6 ans et plus, il est recommande de:

* fixez des limites constantes sur le temps passé à utiliser les médias et les types de médias, et assurez-vous que les médias                                              ne remplacent pas le sommeil, l’activité physique et les autres comportements essentiels à la santé.

* définir des moments sans média, tels que le dîner ou les trajets, ainsi que des lieux sans média à la maison, comme les chambres.

L’AAP invite également les parents à avoir une communication continue sur la citoyenneté en ligne et la sécurité, y compris le respect des autres en ligne et hors ligne.

Outre ces recommandations, l’AAP reconnait la valeur éducative des interactions directes que l’on peut avoir par le biais de conversations vidéo, des interactions qu’elle juge «critiques pour le développement du langage». L’autorité met également en évidence les avantages des nouvelles technologies pour rattraper le retard scolaire.

 

the evil device

Les conseils de VivaLing pour une utilisation raisonnée des écrans

 

Outre les déclarations de politiques de l’APP, VivaLing apportent ses conseils aux parents pour que leurs enfants fasse le meilleur usage possible des appareils électroniques:

1- Évitez les expositions excessives aux appareils électroniques

«Tous les parents sont d’accord pour dire que manger du chocolat est bon, mais manger trop de chocolat est généralement mauvais, et manger du chocolat excessivement sucré tout en ne faisant jamais d’exercice est encore pire», explique Bernard Golstein, co-fondateur et PDG de VivaLing. «Il en va de même pour les appareils électroniques: ils doivent être utilisés de manière raisonnable et être vecteur d’un contenu de haute qualité, de manière très interactive, sans jamais remplacer les activités artistiques, physiques, intellectuelles de la vraie vie.

2- Sélectionner les applications éducatives

Le Dr David Hill, président de l’AAP, insiste sur un point: toutes les applications ou les outils en ligne étiquetés «éducatifs» ne sont pas forcément adaptés pour les enfants. Il faut donc rester vigilant et ne pas hésiter à tester le contenu d’une application avant de laisser son enfant s’en servir.

 

 

babies and electronic devices

 

VivaLing conseille aux parents de vérifier chaque matériel en ligne pour leurs enfants, ou simplement de choisir un partenaire éducatif de confiance pour accompagner l’enfant dans ses apprentissages en ligne. L’outil idéal doit être capable de fournir des contenus inspirants et enrichissants pour les enfants, et de proposer une grande une variété d’activités interactives telles que des jeux, des chants et du dialogue. Plus important encore, un bon outil éducatif digital doit être en mesure de répondre aux besoins uniques de chaque enfant, à ses intérêts et à ses préférences, afin de personnaliser l’environnement pédagogique et ainsi d’obtenir de meilleurs résultats.

 

different-nationalities-1124478_1920

Quelles langues mon enfant doit-il apprendre?

« L’enfant n’est pas un vase qu’on emplit, mais un feu qu’on allume. » Montaigne

 

«  Quelle langue mon enfant doit-il apprendre? ». Telle est la question récurrente que les parents se posent au moment de choisir la première ou deuxième langue étrangère de leur enfant. La question est complexe et la réponse tout aussi difficile à donner, tant ce type de choix dépend de nombreux critères individuels et familiaux. Néanmoins, voici une série de critères qui vous permettront de faire un choix avisé.

  • La motivation et la réussite

La meilleure langue étrangère à apprendre est celle que votre enfant apprendra avec succès. Et, la motivation est l’un des facteurs les plus importants qui influent sur la réussite dans l’apprentissage des langues (comme du reste).

Si votre enfant apprend une langue parce qu’il sait qu’il en aura besoin dans un avenir proche  (pour se débrouiller lors de vos prochaines vacances a l’étranger, pour communiquer dans le nouveau pays ou vous allez déménager) ou lointain (pour entrer dans telle ou telle école, pour effectuer une partie de ses études a l’étranger, pour accéder un type d’emploi précis), son apprentissage sera alors motivé par ce qu’on appelle la motivation instrumentale ou extrinsèque.

Mais il existe un autre type de motivation qui joue un rôle majeur dans l’apprentissage d’une langue, c’est la motivation intrinsèque. Le fait de pouvoir communiquer avec un professeur sympathique de recevoir des commentaires positifs et de constater semaine après semaine les progrès effectués, le fait d’éprouver de la joie et du plaisir à converser dans cette nouvelle langue sont autant de moteurs pour apprendre.

Il est important de noter qu’aucune quantité de livres lus ou de films regardés dans la langue cible ne peut jamais remplacer la communication avec un véritable interlocuteur natif.

 different-nationalities-1124478_1920

  • Le poids des langues

Evidemment, chaque langue dispose d’un cercle d’influence plus ou moins grand. Le choix d’une langue peut donc être guidé par son importance dans le monde. Dans le TOP 3 des langues les plus parlées au monde, on retrouve:

  • Le mandarin, qui est aujourd’hui langue la plus parlée au monde avec près de 860 millions locuteurs natifs et 450 millions de personnes qui le parlent comme seconde langue.
  • L’anglais qui est la première langue officielle d’une centaine de pays. Les anglophones, de langue maternelle, sont environ 425 millions répartis sur tous les continents. L’anglais est aussi une des langues les plus influentes, car au-delà du fait qu’elle soit parlée comme langue officielle par des millions de personnes, elle est aussi la « première seconde langue » choisie par près de 750 millions de personnes
  • L’espagnol, avec environ 340 millions de « native speakers », qui est parlé dans près de 31 pays répartis majoritairement en Amérique Latine (en plus de l’Espagne).
  • Par ailleurs, en France et pour l’ensemble des enfants européens, l’allemand fait partie des langues les plus étudiés à l’école. 13% des élèves de l’Union Européenne apprennent l’allemand au college et 20% au lycée. Et, il y existe entre 110 et 120 millions de germanophones dans le monde ayant l’allemand comme langue maternelle.

 

Une vidéo intéressante sur les langues les plus parlées dans le monde: https://vimeo.com/106788050

 

  • La difficulté de chaque langue et sa richesse

Certaines langues sont plus difficiles que d’autres à maitriser. Par exemple, un anglophone mettra en moyenne 2 200 heures, soit 88 semaines, pour parler un tant soit peu le japonais. Le Chinois, l’Arabe et le Coréen prennent à peu près autant de temps. Inversement, on estime qu’il faut 23 à 24 semaines, soit 600 heures, pour qu’un anglophone apprennent l’espagnol ou l’italien.

 

Mais quelle que soit la langue que l’on apprend, l’exercice est toujours excellent pour le cerveau. Par exemple, pour le chinois qui est une langue non indo-européenne, la confrontation à des schémas linguistiques radicalement différents a un impact très positif sur l’appréhension des langues en général, et donc indirectement sur la connaissance de chacune d’entre elles. C’est ce qui, d’ailleurs, vient d’être mis en évidence par une étude publiée en 2016 dans la revue Nature : plus on apprend de langues et plus on les apprend tôt, plus on est capable d’en apprendre de nouvelles.

Alors plus une minute à perdre avec vos enfants ! Faites leur apprendre une nouvelle langue dès maintenant. Ils vous en seront éternellement reconnaissants.

Double-pendulum-trajectory-credit-Georgia-Ahimsa-Williams

Chaos dans la seconde langue de mon enfant – c’est grave docteur ?

Avez-vous déjà été déconcerté par la progression imprévisible et chaotique de votre enfant dans l’apprentissage d’une seconde langue ? Des progrès fulgurants semblent suivis de périodes plus lentes, voire laborieuses, voire même de régression. Une notion qui semblait acquise, et voilà soudain que votre enfant fait une faute là où il ne butait jamais. Ce verbe irrégulier, pourquoi le conjugue-t-il maintenant comme un verbe régulier ? Et pourquoi ne comprend-il plus ces tournures qui lui paraissaient si évidentes auparavant ? Mais ce n’est pas le dernier rebondissement : quelques temps plus tard, il vous surprend par des expressions inattendues qui vous surprennent à nouveau.

C’est que l’apprentissage d’une seconde langue est aussi chaotique que, par exemple, les phénomènes météorologiques. Vous souvenez-vous de ce papillon imaginé par Lorenz qui, en battant des ailes à Tokyo, modifiait le climat à Dallas ? Une action apparemment anodine et à peine perceptible peut ainsi avoir des conséquences considérables, bien loin de son lieu de première manifestation et de manière complètement imprévisible.

Même le plus élémentaire des systèmes complexes, le double pendule ou pendule à deux degrés de liberté, présente un comportement extrêmement difficile à anticiper. Non pas que les équations n’existent pas, mais le système est tellement sensible que toute prevision dynamique en devient impossible. Dans la variante du double pendule filmée ci-dessous, regardez-donc le mouvement de la petite boule rouge quand le pendule principal est mis en branle. Bien malin qui pourrait en prévoir la trajectoire.

 

L’apprentissage des langues s’apparente lui aussi à un phénomène complexe. Il est remarquablement bien décrit par la théorie des systèmes dynamiques (Dynamic Systems Theory ou DST) qui a fait son apparition en linguistique il y a moins de vingt ans. L’apprentissage des langues dépend en effet d’un grand nombre de variables à la fois cognitives et sociales : la quantité de langue cible entendue et produite, le feedback reçu, la motivation intrinsèque et extrinsèque de l’apprenant, ses interactions avec les individus, les groupes ou la société l’environnant, sa connaissance en langue première et en langue seconde, l’historique et la durée d’apprentissage … et la liste fine est encore longue. Ces variables sont non seulement très nombreuses mais aussi interconnectées dans des dynamiques riches et complexes.

L’apprentissage est éminemment non linéaire : les effets ne sont pas proportionnels aux efforts. Prenez maintenant l’image, pour le parcours d’apprentissage, d’une longue randonnée. Au cours de la randonnée les jalons seront croisés et franchis les uns après les autres ; les acquis linguistiques, eux, ne forment jamais une suite régulière d’éléments maîtrisés proprement les uns après les autres. Ils constituent plutôt un ensemble mouvant dont les composantes se recouvrent, le tout dans un relief parsemé de fossés dont il est difficile de s’extraire ou de montagnes difficiles à gravir. Chaque nouvel état d’apprentissage est le résultat de l’effet conjugué d’influences multiples sur l’état précédent. Enfin, l’apprentissage dépend étroitement du point de départ de l’enfant, neurologique, physiologique, psychologique.

En êtes-vous maintenant convaincu ? Le chemin précis de l’apprentissage d’une seconde langue est dans une grande mesure imprévisible. Cependant, pour les enfants, le résultat final sera statistiquement une très bonne maîtrise de la langue. Le chaos en soi n’est donc pas à craindre mais à apprivoiser. La leçon pour l’enseignant, on le sait bien, est de personnaliser à l’extrême l’enseignement à l’apprenant, son histoire, son état présent; de réagir minutieusement à chaque évolution et de l’accompagner ainsi vers son objectif ultime. La leçon principale pour l’apprenant et sa famille est que, une fois trouvé le bon enseignant, il ne faut jamais céder au découragement mais au contraire persévérer et toujours encourager son enfant dans ses efforts. C’est ce que vous faites déjà, n’est-ce pas ? Ceci conduira votre enfant du chaos à l’apprentissage, de la difficulté à la réussite.

 

Pour en savoir plus :

De Bot, K., Lowie, W. & Verspoor, M. (2007). A dynamic systems theory approach to second language acquisition. Bilingualism : Language and Cognition, 10(1), 2007, 7-21.

 

The-VivaLing-framework-v2-6-right-French-image

Le parcours de votre enfant avec VivaLing

Commencer tôt, bien apprendre, ne pas oublier : voilà les étapes simples du parcours de votre enfant avec VivaLing. Découvrez-en plus ci-dessous sur le cadre théorique conçu par VivaLing et sa mise en œuvre pour favoriser l’obtention de résultats concrets. Vous pouvez aussi vous référer aux articles correspondants de notre blog.

The VivaLing framework v2.6 (right) French image

 

121228_ask_languages_L1

5 mythes sur l’apprentissage par votre enfant d’une seconde langue

Un jour sans-doute vous aurez à décider d’encourager ou non votre enfant à apprendre une seconde langue. Voila 5 mythes qu’il vous faut d’abord dissiper.

  • Mythe 1 : La plupart des enfants sont monolingues, pourquoi se faire du souci ?

Et bien non. Plus de la moitié de la population mondiale grandit en fait en parlant plus d’une langue. Pour commencer, certains pays (comme par exemple Singapour) sont officiellement multilingues, et beaucoup d’autres le sont en pratique. En Chine, si le mandarin est la lingua franca, des centaines de millions de personnes parlent des langues régionales comme le shanghaïais, le cantonais ou le hokkien. En Inde la plupart des gens parlent l’une ou l’autre, voire les deux langues nationales (anglais et hindi), une langue régionale officielle (il y en a 22), et une langue locale ou familiale. Même en Europe, de plus en plus d’enfants grandissent avec plusieurs langues tant et si bien que les multilingues forment maintenant 54% de la population.

  • Mythe 2 : Laissez les enfants tranquilles, ils apprendront quand ils seront grands.

Si seulement c’était le cas – mais ce ne l’est pas. Il est vrai que les adultes progressent beaucoup plus vite, au début, grâce aux capacités analytiques et au savoir accumulés pendant toute leur vie. Mais ils plafonnent très rapidement. Et la hauteur de ce plafond varie grandement d’un individu à l’autre. En revanche, les enfants commencent peut-être plus lentement, mais eux – et eux seuls – pourront surmonter les difficultés de prononciation, d’exactitude et de fluidité. Gardez cette règle générale en tête : l’âge d’acquisition d’une langue est une très bonne indicateur du niveau finalement atteint. L’enfance est en effet une période sensible pour l’apprentissage des langues. Ah, et au fait, ils peuvent aussi apprendre en s’amusant.

  • Mythe 3 : Les enfants multilingues ont un retard de développement langagier.

Faux. Les enfants grandissant avec deux langues ou plus n’ont pas de retard de développement langagier particulier. Évidemment, leur vocabulaire dans l’une ou l’autre langue sera souvent inférieur à celui d’un monolingue ; mais pris ensemble, les vocabulaires des deux langues sont au moins aussi importants que celui d’un enfant monolingue. Il y a aussi des interférences positives, comme un savoir métalinguistique acquis au travers d’une langue et transféré à l’autre.

  • Mythe 4 : Les enfants multilingues confondent leurs différentes langues.

Non, pas du tout. En fait, dès la naissance, les enfants peuvent distinguer des langues différentes. Ce qui effectivement se produit, c’est qu’au cours d’une conversation, un enfant parlant plusieurs langues les mélange (au sens de “combine” ou “utilise simultanément”) mais ce n’est pas de la confusion. On appelle cela le code switching (et je viens de l’illustrer en utilisant un terme en anglais). Quelle en est la cause? C’est souvent que le bon mot vient d’abord à l’esprit de l’enfant dans l’autre langue (et peut-être ne le connait-il même pas dans la première langue). Cela n’arrive que lorsque l’enfant sait que son interlocuteur parle aussi la seconde langue. En conversation avec un monolingue ou si on leur demande de ne pas faire de code switching, les enfants s’en tiendront à une seule langue.

  • Mythe 5 : Il n’y a pas vraiment d’avantages à apprendre d’autres langues.

Ah bon ? Tenez-vous bien, quelqu’un prétend avoir calculé récemment le retour sur investissement de l’apprentissage de langue en étudiant les salaires ; selon lui seul l’apprentissage de l’anglais vaut le coup ! Mais être multilingue, c’est tellement plus qu’avoir un salaire plus élevé. Une vraie réussite à l’école et au travail, en captant les détails les plus subtils. L’ouverture à d’autres gens et cultures, en parlant à leur coeur et non pas à leur cerveau. Les avantages cognitifs non linguistiques, comme une plus grande capacité à traiter des information contradictoires. Et même, comme cela a été découvert récemment, une survenue plus tardive des maladies du grand âge comme celle d’Alzheimer.

Convaincus ? Dites-nous tout !