chinese-new-year VivaLing

La légende du Nouvel An Chinois

chinese-new-year VivaLing

 

Selon une ancienne légende chinoise, un monstre appelé Xi devait émerger de la mer le 30ème jour du 12ème mois lunaire pour manger les habitants du pays. Personne n’osait dormir cette nuit-là jusqu’à ce que les Chinois comprennent que le monstre pourrait être chassé en affichant partout dans les villes des décorations de papier rouge et en faisant exploser des pétards. Puisque “chu” signifie «se débarrasser de», la fête du Printemps est désormais connue sous le nom de chuxi, signifiant «se débarrasser du monstre».

Voici une petite vidéo sur la légende de Xi 

 

Depuis ce jour là, tous les Chinois – et une partie des asiatiques ( Vietnam, Laos…) ont pris pour habitude de coller sur les murs de leur maison les couplets de la Fête du Printemps, de faire exploser des pétards et de se coucher très tard.

La fameuse histoire du caractère “福”

Le caractère “福” est souvent collé à l’envers pendant le  Festival du printemps. Savez-vous pourquoi?

Voici ce que dit la légende:

Après que l’empereur de la dynastie des Ming, Zhu Yuanzhang, soit monté sur le trône, il dit secrètement à toutes les personnes qui l’avaient aidé de coller le caractère “福”, qui signifie la bonne fortune, sur leurs portes. Il tuerait tous ceux qui n’auraient pas mis le caractère au bout du second jour. Après avoir découvert ce plan machiavélique, l’aimable Impératrice Ma  demanda à chaque famille du pays de coller le caractère sur leurs portes avant l’aube, évitant ainsi le désastre. Heureusement, les gens l’ont écoutée! :)

Le deuxième jour, quand l’empereur ordonna à ses soldats de tuer tous ceux qui n’avaient pas collé le caractère “福”, on lui dit que toutes les portes étaient ornées du fameux caractère. Cela mis l’empereur dans une colère noire. Seule une famille avait eu le malheur de coller le caractère à l’envers parce qu’ils étaient analphabètes. L’empereur ordonna immédiatement d’exécuter cette famille. Heureusement, l’impératrice Ma intervint auprès de l’empereur en lui expliquant: “La famille a dû apprendre que Votre Majesté viendrait aujourd’hui, c’est pourquoi ils ont mis le caractère à l’envers”. L’habile impératrice Ma savait qu’en chinois,  l’expression “à l’envers” a la même signification que “la bonne fortune est arrivée”.

L’empereur accepta l’explication et ne tua pas la famille. C’est ainsi qu’une catastrophe fut évitée. Depuis lors, les Chinois mettent le symbole “福” à l’envers pour avoir chance et prospérité pour la nouvelle année.

 

Nouvel an chinois

Le Nouvel an chinois : la fête la plus importante du monde asiatique

Nouvel an chinois

Qu’est-ce que la Fête du Printemps? Est-ce l’équivalent du Nouvel An chinois? Quand tombe exactement cette fête traditionnelle?  Combien de temps dure le Nouvel An chinois? Comment les Chinois fêtent-ils cet événement? Si vous n’avez pas les réponses à toutes ces questions, alors lisez cet article qui vous dira tout ce que vous devez savoir sur la plus importante et la plus populaire des fêtes chinoises.

Cette année, le Nouvel An chinois tombe le 16 février 2018, et inaugurera l’année du chien. Le Nouvel An chinois est également appelé Fête du Printemps, car le printemps arrive juste après le Nouvel An.

Quand tombe le Nouvel An chinois?

Le Nouvel An lunaire ou Nouvel An Chinois 农历新年 (Nongli Xinnian) aussi appelé Fête du Printemps 春节(Chunjie) – ou Fête du Têt au Vietnam – est le festival le plus important pour les communautés asiatiques à travers le monde entier. Le terme “Nongli Xinnian” signifie littéralement “Nouvel an du calendrier agricole” car il se célèbre suivant le calendrier chinois qui est luni-solaire. Les festivités s’étendent sur quinze jours, à partir de la nouvelle Lune jusqu’à la première pleine Lune de l’année qui correspond à la fête des lanternes. L’année du Chien commencera le 16 février 2018 et se terminera le 4 février 2019 pour laisser la place au signe du Porc de Terre.

Comment les gens célèbrent-ils le Nouvel An chinois?

Le festival du printemps chinois a plus de 3000 ans. Cette fête est un moment dont on profite pour prendre des vacances et se réunir en famille. Les gens commencent par balayer et nettoyer leurs maisons de fond en comble, puis effectuent des achats spéciaux pour le festival, comme de la nourriture, des éléments de décoration pour la maison, et des vêtements neufs pour fêter la nouvelle année. Les personnes vivant loin de leurs villes natales commencent à se préparer pour rentrer chez eux. C’est pourquoi, les gares, les aéroports et les stations de bus longue distance sont bondés à cette période là de l’année. Pour les Chinois, peu importe où qu’ils soient, peu importe la difficulté … c’est le moment de rentrer à la maison.

Retrouvez les témoignages des coaches de chinois de VivaLing sur la façon dont ils vivent le Nouvel An Chinois.

 

 

Nouvel an chinois

2018, année du Chien

nouvel-An-Chinois-2018_BLOG-300px1-300x173

 

2018 est l’année du Chien de Terre, selon l’astrologie chinoise ; elle commence le 16 février.

Le signe du Chien 狗 (gǒu) comme pour les autres animaux du zodiaque revient tous les 12 ans ; ainsi les différentes années placées sous son signe sont 1922, 1934, 1946, 1958, 1970, 1982, 1994, 2006, 2018, 2030, 2042…

Elle succède à l’année du Coq et précède celle du Porc (ou Cochon).

Attention, pour ceux qui sont nés en janvier ou février, il est nécessaire de vérifier avec un calendrier chinois ou un outil en ligne de quel signe ils sont vraiment puisque celui-ci change en fonction de la date du Nouvel an chinois qui diffère chaque année en fonction de la phase lunaire.

Voici une liste des dates correspondant aux années du Chien :

  • 28 janvier 1922 – 15 février 1923 (Chien d’Eau)
  • 14 février 1934 – 3 février 1935 (Chien de Bois)
  • 2 février 1946 – 21 janvier 1947 (Chien de Feu)
  • 18 février 1958 – 7 février 1959 (Chien de Terre)
  • 6 février 1970 – 26 janvier 1971 (Chien de Métal)
  • 25 janvier 1982 – 12 février 1983 (Chien d’Eau)
  • 10 février 1994 – 30 janvier 1995 (Chien de Bois)
  • 29 janvier 2006 – 17 février 2007 (Chien de Feu)
  • 16 février 2018 – 4 février 2019 (Chien de Terre)
  • 3 février 2030 – 22 janvier 2031 (Chien de Métal)

Personnalité

Les personnes nées sous l’année du Chien sont généralement indépendantes, sincères, vaillantes, responsables, intelligentes, courageuses, vives et loyales selon l’analyse du zodiaque chinois. Elles n’ont en outre pas peur des difficultés de la vie quotidienne.

Cependant, les personnes nées sous ce signe auraient tendance à être sensibles, conservatrices, têtues et émotives.

Compatibilités

Selon les croyances, le Chien s’apparie parfaitement avec le Lapin. Ils sont capables de se comprendre et d’affronter les difficultés avec suffisamment de patience.

En revanche, il s’entend très mal avec le Dragon, la Chèvre (ou le Mouton) et le Coq.

Porte-bonheurs

Le Chien a ses propres porte-bonheurs selon la tradition chinoise.

  • Nombres : 3, 4 et 9
  • Couleurs : vert, rouge et violet
  • Fleurs : rose,  orchidées oncidium et cymbidium
  • Directions : est, sud-est et sud

Porte-malheurs

Les choses à éviter pour ce signe astral chinois sont les suivants, selon la croyance populaire.

  • Nombres : 1, 6 et 7
  • Couleurs : bleu, blanche et dorée
  • Directions : nord et ouest

Célébrités

Voici quelques célébrités nées sous le signe chinois du Chien :

Adam Lambert, Alain Chabat, Albert II de Monaco, Alec Baldwin, Amanda Lear, Andre Agassi, Andrea Boccelli, Arielle Dombasle, Ava Gardner, Benjamin Castaldi, Benny Andersson, Bernard Lavilliers, Brigitte Bardot, Cécile de Ménibus, Cher, Claudia Schiffer, Dakota Fanning, David Bowie, Demis Roussos, Didier Bourdon, Élodie Frégé, Elvis Presley, Ethan Hawke, Freddie Mercury, Gérard Holtz, Ice-T, Jamie Lee Curtis, Jane Birkin, Jason Lee, Jean-Michel Aphatie, Jeanne Mas, Jenifer, Jessica Biel, John Woo, Julien Doré, Justin Bieber, Kaka, Karine Ferri, Kate Bush, Kate Middleton, Kirsten Dunst, Lambert Wilson, Lang Lang, Laurent Baffie, Laurent Delahousse, Lil Wayne, Madonna, Mariah Carey, Mary J. Blige, Matt Damon, Michel Jonasz, Michael Jackson, Mère Teresa, Naomi Campbell, Nolwenn Leroy, Nicki Minaj, Prince, prince William, Ronaldinho, Sade, Sandrine Quétier, Sinclair, Seth Rogen, Sharon Stone, Sophia Loren, Sylvester Stallone, Tony Leung Ka-fai, Tony Parker, Uma Thurman, Vince Vaughn, Yann Tiersen…

 

Source: Chine Informations

Cerveau et apprentissage des langues

Mieux apprendre les langues grâce aux neurosciences

Cerveau et apprentissage des langues

Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue?

Même si les recherches récentes montrent que de nombreuses régions de notre cerveau s’activent lors de la moindre opération mentale, les fonctions utiles au langage trouvent leur source dans deux aires qui ont donc une importance primordiale : l’aire de Wernicke et l’aire de Broca. La première nous permet de comprendre les langues et la deuxième sert à s’exprimer oralement dans une ou des langues. Le fonctionnement de ces deux aires est différent. L’aire de Broca crée un espace spécifique pour chaque langue alors que celle de Wernicke ne fait aucune différenciation.

Les cerveaux des enfants élevés dans des milieux bilingues ou multilingues sont un peu différents de ceux des enfants monolingues puisque l’aire de Broca ne distingue pas les langues apprises simultanément. Ce qui explique pourquoi les enfants bilingues n’ont aucun mal à passer d’une langue à l’autre dans une même phrase.

Sachant qu’il y a deux aires cervicales impliquées dans la maîtrise d’une langue, on conçoit alors qu’il soit possible de comprendre très bien une langue tout en ayant des difficultés à la parler. Si c’est le cas de votre enfant, ne le découragez pas : faites seulement travailler un peu plus son aire de Broca en pratiquant son expression orale. Ce qui rejoint complètement l’adage qui dit que “pour maîtriser une langue, il faut pratiquer” !

cours de langues pour enfants

Quelle est la meilleure méthode pour apprendre?

La grande majorité des experts s’accorde aujourd’hui sur une chose : l’apprentissage des langues sur le modèle « traditionnel » ne fonctionne pas au niveau neurologique. En effet, il faut envoyer au cerveau des signaux indiquant clairement que l’on est dans un processus d’apprentissage linguistique, pour que les fonctions dévolues au langage se mettent en activité. Alors, si votre enfant apprend une langue comme il apprend un cours d’histoire, par exemple, en mémorisant des listes de mots comme des dates d’évènements, cela ne fonctionnera pas. Il retiendra des listes de dates et des règles de grammaire, mais il sera incapable de sortir trois mots ou de comprendre une phrase simple dans la langue cible…

Les recherches scientifiques démontrent qu’il existe 4 éléments nécessaires pour bien maîtriser une langue :

1- L’utiliser régulièrement.

2- L’utiliser avec un but, ajouter un projet en parallèle qui justifie l’apprentissage (exemples : monter une pièce de théâtre, jouer à un jeu etc.).

3- Avoir accès à du matériel authentique. Il faut des extraits audio et vidéo provenant de réels échanges et situations qui emploient le langage (verbal et non verbal).

4- L’utiliser en interaction avec les autres.

Il n’y a donc pas de solution magique pour apprendre une langue, ni de “code génétique national” plus apte que d’autres à l’apprentissage linguistique. Si les Allemands et les Danois parlent l’anglais mieux et plus tôt que les Français, c’est tout simplement parce qu’ils apprennent mieux cette langue. Cela exige de la patience et beaucoup de pratique.

Il est donc préférable de faire pratiquer la langue le plus tôt possible, avec différents interlocuteurs. L’immersion obligera le cerveau à assimiler plus rapidement et durablement le vocabulaire et la grammaire afin de se faire comprendre des autres.

Sources: Cursus.edu

Heloise apprend l'anglais avec VivaLing

“Avec VivaLing, on ne travaille pas pour une bonne note mais pour le plaisir.” Dorothée, maman d’Inès et Héloïse

apprendre l'anglais à Genève avec VivaLing
De nationalité française, Frédéric et Dorothée habitent à Genève depuis plus de 10 ans. Leurs enfants, âgés de 7 à 15 ans, sont scolarisés dans une école internationale, ce qui leur a permis d’être sensibilisés à l’apprentissage des langues dès leur plus jeune âge. Pourtant, malgré ce contexte porteur, il manquait encore un déclic pour que leurs enfants « se lâchent » complètement en anglais. Dorothée explique ce qui les a motivés à choisir l’option VivaLing.

Vous avez faire le choix de VivaLing pour vos enfants. Pourquoi?
Nous avons choisi VivaLing pour notre fille Inès, au moment où elle a décidé d’intégrer la section anglophone de l’école (100% des cours dispensés en anglais) pour son entrée en sixième. Afin de faciliter cette transition, et pour lui donner confiance en elle, nous avons cherché une façon ludique de développer sa pratique orale de l’anglais. L’expérience VivaLing s’est avérée tellement positive que nous avons décidé d’en faire profiter nos autres enfants pour provoquer ce fameux déclic.

Comment se passent les cours (régularité, ambiance…)?
Cette année, c’est notre fille Héloïse, 13 ans, qui profite des cours Vivaling, pour améliorer également son aisance orale. Elle a rendez-vous avec sa coach Bekah, qui habite au Costa Rica, deux fois par semaine pour un cours de 25 minutes. Elles partagent les dernières nouvelles d’un côté comme de l’autre, leurs projets en cours, abordent ensemble des thèmes d’actualité, découvrent de nouveaux produits ou de nouvelles modes qui peuvent étonner, ou des façons insolites de voyager. Bekah fait en sorte de trouver toujours des sujets stimulants dans des domaines variés qui donnent lieu à l’apprentissage de nouveaux mots de vocabulaire. D’une séance VivaLing à l’autre, Héloïse ne sait jamais à quoi s’attendre et au fur et à mesure du cours, la discussion évolue en fonction de ses réactions. L’ambiance est totalement détendue, la confiance s’installe et Héloïse a un réel plaisir à retrouver sa coach chaque semaine. 
Cours d'anglais pour les enfants

Qu’appréciez-vous le plus chez VivaLing?
Ce que j’apprécie le plus chez Vivaling, c’est la spontanéité. Ma fille a développé un capital confiance incroyable qu’elle n’avait pas pu développer de la même manière dans une classe pleine d’élèves, et avec un professeur qui évalue systématiquement le travail réalisé. Avec VivaLing, c’est totalement différent, on ne travaille pas pour une bonne note mais pour le plaisir. D’une leçon à l’autre, elle pense à ce qu’elle va raconter à sa coach, elle aime énormément ses cours qu’elle ne trouve pas contraignants. Et pourtant, je peux certifier que les progrès sont bien au rendez-vous ! L’envie d’apprendre est là, Héloïse lit davantage en anglais et dès qu’elle a une occasion, elle choisit de regarder ses films en anglais. Le cercle vertueux est en place.
D’autre part, je ne peux pas cacher que l’extrême simplicité de suivre ces cours à distance sur iPad, sans bouger de chez soi, offre un confort inestimable pour des parents qui travaillent.

Si vous deviez résumer en 3 mots VivaLing, lesquels choisiriez-vous?
Une méthode d’apprentissage résolument moderneludique, et ouverte de façon passionnante sur le monde qui nous entoure !
Heloise apprend l'anglais avec VivaLing
Si vous aussi, vous souhaitez donner à votre enfant le plaisir d’apprendre une nouvelle langue, cliquez ICI – l’inscription ne prend que quelques minutes!
cerveau bilingue VivaLing

Etre bilingue, c’est bon pour le cerveau!

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale est bilingue ou multilingue. Il existe des avantages évidents à être bilingue, comme la capacité de communiquer avec des gens partout dans le monde pour les affaires ou simplement pour socialiser. Mais au-delà de ses avantages « sociaux », la recherche scientifique a mis en évidence de nombreux autres avantages au niveau cérébral. VivaLing vous propose un état des lieux des dernières découvertes scientifiques.

 

Bilinguisme VivaLing

 

  • Les enfants bilingues sont plus attentifs et concentrés

Les enfants bilingues sont capables de fixer leur attention sur un objectif précis et inhiber les éléments perturbateurs. Ceci a notamment été démontré par une expérience menée par Diane Poulin-Dubois (Université Concordia à Montréal) en 2010. La différence entre les enfants bilingues et les enfants monolingues tient au fait que le lobe frontal, partie du cerveau qui est notamment associée dans l’élaboration de processus cognitifs complexes tels que la planification ou le raisonnement déductif, est plus sollicité chez les bilingues.

 

  • Le bilinguisme permet de développer des facilités d’adaptation

 

En 1999, Ellen Bialystok (Université York à Toronto) a démontré que le bilinguisme permet de développer des facilités d’adaptation précoces. Pour son expérience, la chercheuse avait formé deux groupes d’enfants : un groupe d’enfants monolingues et un groupe de bilingues de 4 à 5 ans. Chaque enfant devait classer des cartes sur lesquelles figuraient des cercles ou des carrés, rouges ou bleus, par forme puis par couleur. Résultat : les enfants bilingues ont mieux réussi ces deux tâches que les enfants monolingues. Ces derniers, perturbés par le changement de consigne (classement par forme puis par couleur), ont moins su s’adapter.

cerveau bilingue VivaLing

  • Le bilinguisme permet de retarder l’apparition des maladies mentales

 

En 2010, des chercheurs de l’Université York à Toronto ont étudié 211 patients présentant une démence, en analysant plus particulièrement l’historique de la maladie (âge à partir duquel elle s’est déclarée, différents stades d’aggravation, etc.) et le niveau d’éducation (et notamment la maîtrise ou non de deux ou plusieurs langues). L’analyse de ces données a permis de démontrer que chez les patients multilingues la maladie s’est déclarée 4,3 ans plus tard que chez les patients monolingues. Une autre étude parue dans la revue Neurology en 2013 a confirmé ces résultats. Le bilinguisme permet un retard de 4 à 5 ans en moyenne de l’acquisition de certaines maladies comme Parkinson ou Alzheimer. Une activité cérébrale intense entretient en quelque sorte le “jeu cérébral” et permet donc de retarder les dégénérescences neurologiques.

 

  • Les enfants bilingues sont plus créatifs

 

Dans une étude menée en 2010 en Israël, des enfants de 4 à 5 ans (bilingues et monolingues) ont dessiné soit une maison soit une fleur fantastique. L’examen des dessins a montré que les enfants bilingues étaient plus imaginatifs, plus créatifs et qu’ils maîtrisaient mieux les concepts abstraits.

 

enfant bilingue vivaling

  • Le bilinguisme améliore les compétences de planification et de résolution de problèmes

 

En 2015, des chercheurs espagnols ont mis en évidence le fait que les personnes maîtrisant deux langues sont plus rapides et performantes sur des tâches cognitives complexes faisant appel aux fonctions de contrôle exécutif telles que la planification et le raisonnement. De manière générale, les neuropsychologues s’accordent sur le fait que le bilinguisme augmente les performances du système cognitif des fonctions exécutives, qui sont responsables de tous les processus impliquant l’attention, la sélection, l’inhibition, le changement, etc… Le bilinguisme permet donc de créer de nouvelles connexions au sein du cerveau. Grâce à une capacité de développement plus avancée, les enfants ont alors la capacité de comprendre et de passer plus facilement d’une matière à l’autre. D’où l’importance de développer le bilinguisme dès le plus jeune âge afin d’acquérir des facilités dans d’autres domaines par la suite.

different-nationalities-1124478_1920

Quelles langues mon enfant doit-il apprendre?

« L’enfant n’est pas un vase qu’on emplit, mais un feu qu’on allume. » Montaigne

«  Quelles langues mon enfant doit-il apprendre? ». Telle est la question récurrente que les parents se posent au moment de choisir la première ou deuxième langue étrangère de leur enfant. La question est complexe et la réponse tout aussi difficile à donner, tant ce type de choix dépend de nombreux critères individuels et familiaux. Néanmoins, voici une série de critères qui vous permettront de faire un choix avisé.

  • La motivation et la réussite

La meilleure langue étrangère à apprendre est celle que votre enfant apprendra avec succès. Et, la motivation est l’un des facteurs les plus importants qui influent sur la réussite dans l’apprentissage des langues (comme du reste).

Si votre enfant apprend une langue parce qu’il sait qu’il en aura besoin dans un avenir proche  (pour se débrouiller lors de vos prochaines vacances a l’étranger, pour communiquer dans le nouveau pays ou vous allez déménager) ou lointain (pour entrer dans telle ou telle école, pour effectuer une partie de ses études a l’étranger, pour accéder un type d’emploi précis), son apprentissage sera alors motivé par ce qu’on appelle la motivation instrumentale ou extrinsèque.

Mais il existe un autre type de motivation qui joue un rôle majeur dans l’apprentissage d’une langue, c’est la motivation intrinsèque. Le fait de pouvoir communiquer avec un professeur sympathique de recevoir des commentaires positifs et de constater semaine après semaine les progrès effectués, le fait d’éprouver de la joie et du plaisir à converser dans cette nouvelle langue sont autant de moteurs pour apprendre.

Il est important de noter qu’aucune quantité de livres lus ou de films regardés dans la langue cible ne peut jamais remplacer la communication avec un véritable interlocuteur natif.

 different-nationalities-1124478_1920

  • Le poids des langues

Evidemment, chaque langue dispose d’un cercle d’influence plus ou moins grand. Le choix d’une langue peut donc être guidé par son importance dans le monde. Dans le TOP 3 des langues les plus parlées au monde, on retrouve:

  • Le mandarin, qui est aujourd’hui langue la plus parlée au monde avec près de 860 millions locuteurs natifs et 450 millions de personnes qui le parlent comme seconde langue.
  • L’anglais qui est la première langue officielle d’une centaine de pays. Les anglophones, de langue maternelle, sont environ 425 millions répartis sur tous les continents. L’anglais est aussi une des langues les plus influentes, car au-delà du fait qu’elle soit parlée comme langue officielle par des millions de personnes, elle est aussi la « première seconde langue » choisie par près de 750 millions de personnes
  • L’espagnol, avec environ 340 millions de « native speakers », qui est parlé dans près de 31 pays répartis majoritairement en Amérique Latine (en plus de l’Espagne).
  • Par ailleurs, en France et pour l’ensemble des enfants européens, l’allemand fait partie des langues les plus étudiés à l’école. 13% des élèves de l’Union Européenne apprennent l’allemand au college et 20% au lycée. Et, il y existe entre 110 et 120 millions de germanophones dans le monde ayant l’allemand comme langue maternelle.

Une vidéo intéressante sur les langues les plus parlées dans le monde

 

  • La difficulté de chaque langue et sa richesse

Certaines langues sont plus difficiles que d’autres à maitriser. Par exemple, un anglophone mettra en moyenne 2 200 heures, soit 88 semaines, pour parler un tant soit peu le japonais. Le Chinois, l’Arabe et le Coréen prennent à peu près autant de temps. Inversement, on estime qu’il faut 23 à 24 semaines, soit 600 heures, pour qu’un anglophone apprennent l’espagnol ou l’italien.

 

Mais quelle que soit la langue que l’on apprend, l’exercice est toujours excellent pour le cerveau. Par exemple, pour le chinois qui est une langue non indo-européenne, la confrontation à des schémas linguistiques radicalement différents a un impact très positif sur l’appréhension des langues en général, et donc indirectement sur la connaissance de chacune d’entre elles. C’est ce qui, d’ailleurs, vient d’être mis en évidence par une étude publiée en 2016 dans la revue Nature : plus on apprend de langues et plus on les apprend tôt, plus on est capable d’en apprendre de nouvelles.

Alors plus une minute à perdre avec vos enfants ! Faites leur apprendre une nouvelle langue dès maintenant. Ils vous en seront éternellement reconnaissants.

attention et concentration enfants

Concentration: 3 conseils pour aider votre enfant à mieux apprendre

A l’ère du numérique et du fameux « multi-tâche», attirer l’attention des enfants et la conserver pendant l’apprentissage est le défi numéro un des parents et des enseignants. Voici quelques conseils qui vous permettront de stimuler la motivation de vos enfants et de faciliter leur capacité de mémorisation.

Comment attirer l’attention d’un enfant ?

Pour qu’un enfant s’intéresse à une activité, il faut que celle-ci propose des défis à surmonter et qu’elle ne soit pas monotone.

Le cas des jeux vidéo est un bon exemple à étudier de près. Nombreux sont les parents à se poser la question: comment leurs enfants arrivent-ils à tenir plus deux heures sur un jeu vidéo alors que quand il s’agit de faire des devoirs, il n’arrive pas maintenir leur attention plus de 15 minutes.

Une étude publiée en 2010 par Matthew Dye et Daphne Bavelier, respectivement chercheur et professeur de neurosciences, apporte une réponse à cette question Cette étude montre que les enfants arrivent à maintenir leur attention car les jeux vidéo obligent les enfants à chercher une cible ou à résoudre une énigme.

Ce type d’activité permet donc de stimuler la motivation de l’enfant et ainsi d’augmenter sa capacité d’attention.

Les jeux vidéos peuvent donc être une source de motivation et de stimulation pour les enfants à condition de les utiliser avec modération.

Attention toutefois : les chercheurs rappellent également que la pratique régulière de jeux vidéo, notamment d’action, stimule essentiellement l’attention visuelle. Or, pour apprendre, un enfant a besoin de mobiliser non seulement son attention visuelle, mais aussi, son attention sélective (concentration) et surtout son attention soutenue, c’est-à-dire la capacité à se concentrer sur la durée.

Voir le TED TALK de Daphne Bavelier sur les jeux videos et le fonctionnement du cerveau

justin-young-147867-light

Comment développer l’attention soutenue ?

1- Eviter toute distraction

Une étude menée par des chercheurs de l’université de Californie a confirmé que la distraction nuit fortement à tout apprentissage.

L’objectif de l’étude était de savoir s’ils arrivaient à se concentrer, combien de temps, et ce qui pouvait bien les distraire. Ils ont donc été observés minute après minute, et il a également été noté s’il y avait autour d’eux un poste de télévision ou de radio en marche en bruit de fond, s’ils écrivaient des textos en même temps qu’ils travaillaient, s’ils avaient un ordinateur éclairé en face d’eux et les sites qu’ils avaient visité pendant le laps de temps de l’étude.

Le docteur Larry Rosen et son équipe ont étudié le comportement de 300 élèves et étudiants aussi bien d’écoles primaires que de lycée ou d’université.

Ces 300 enfants et adolescents ont été observés « dans leur environnement naturel » (école, maison), alors qu’ils devaient se concentrer pendant 15 minutes sur un sujet bien défini.

Les résultats de l’étude sont édifiants avec un temps maximum de concentration de 3 minutes en moyenne !

Toutes les sources de distraction venaient bien des objets technologiques environnants. Les principaux coupables sont les smartphones et les ordinateurs portables, sources permanentes d’interruptions.

L’équipe a constaté également, et sans surprise, que c’étaient les étudiants qui arrivaient à se concentrer le plus longtemps en adoptant des stratégies de concentration, qui avaient les meilleurs résultats. Le multitasking (la dispersion entre différentes tâches) est effectivement un facteur majeur de mauvaises performances… Et la consultation de Facebook, ne serait-ce qu’une fois pendant ces 15 minutes avait un impact déplorable sur la performance ! (oui, même juste une seule malheureuse petite fois…)

the-work-1752889_1920

2- Trouver une source de motivation

La motivation est l’un des points fondamentaux de l’attention, surtout chez les enfants.

Pour obtenir l’attention d’un enfant, il faut être en mesure de lui offrir quelque chose qui puisse le motiver.

Les parents comme les enseignants doivent lutter contre l’ennui et la distraction en cherchant ce qui peut réellement motiver les enfants pendant la durée de l’activité.

Cette tâche de motivation se présente sous deux formes différentes :

  • la motivation par sécurité qui consiste à présenter à l’enfant des tâches qu’il maîtrise bien
  • la motivation d’innovation qui consiste à présenter à l’enfant de nouvelles activités qui pourraient l’intéresser

Il est donc intéressant pendant un cours d’alterner les exercices que l’enfant maitrisent bien et qui lui donnent confiance en lui, avec des exercices plus difficiles qui éveillent sa curiosité et son envie de relever un nouveau défi.

3- Respecter les rythmes de vigilance

L’attention d’un enfant n’est pas la même à 8 heures du matin, 10 heures ou à 11h20 par exemple.

Les spécialistes du sommeil conseille donc de privilégier les activités qui demandent beaucoup d’attention le matin de préférence entre 10 et midi, puis entre 16 heures et 18 heures.

 Et vous, quelles sont vos astuces ou bonnes pratiques pour favoriser la concentration de votre enfant?

the gruffalo

Découvrez les 20 meilleurs livres anglais pour enfants

Quoi de mieux que la lecture pour découvrir et apprendre une nouvelle langue ? VivaLing vous propose une sélection de livres en anglais pour les enfants de 3 à 12 ans afin de prolonger et compléter leur apprentissage de manière ludique pendant l’année.

 

Pour les 3-6 ans

 

The Gruffalo

Julia Donaldson

” Un gruffalo ? Qu’est-ce qu’un gruffalo ? “” Un gruffalo ! Quoi, vous ne savez pas ? Il a de terribles défenses, et de terribles griffes et dents dans ses terribles mâchoires. ” Ainsi commence l’histoire d’une souris à l’esprit vif qui rencontre une foule de prédateurs tous désireux d’en faire un savoureux repas. Le Gruffalo est un excellent livre d’images pour les 3-5 ans.

 

From Head to Toe

Eric Carle

Se connaître de la tête aux pieds! Un album très coloré pour apprendre le nom des animaux et les parties du corps en anglais: the buffalo’s shoulders, the giraffe’s neck, the monkey’s arms or the gorilla’s chest.

 

What’s the time, Mr Wolf?

Debi Gliori

Quelle heure est-il monsieur le loup?

Découvrez enfin la vérité derrière l’histoire du grand méchant Loup!

Il n’est pas méchant du tout, il est même plutôt patient compte tenu de tous les gens qui l’embêtent à lui demander l’heure quand il dort le matin, lorsqu’il prend son bain, lorsqu’il déjeune, lorsqu’il fait ses courses….
Un super livre pour apprendre l’heure!

 

Goat in a boat

Collective

Une histoire animée avec des illustrations drôles et gaies, idéale pour les enfants qui commencent à lire tous seuls. Le texte, composé de rimes simples et de répétitions phoniques, est spécialement conçu pour développer le vocabulaire en anglais. Le livre comprend aussi des notes pour les parents à la fin de l’ouvrage.

 

Dog loves counting

Louis Yates

Dog n’arrive pas à dormir. Il aime tellement les livres qu’il ne peut plus s’arrêter de lire. Il essaye de compter les moutons, mais ça ne marche pas. Peut-être pourra-t-il trouver d’autres créatures à compter? Pars avec lui pour la grande aventure!

 

Goodnight Moon

Margaret Wise Brown

Goodnight Moon est un classique de la littérature enfantine d’Amérique du Nord. Ce texte est un poème en rimes, décrivant le rituel du coucher d’un lapin qui dit «bonne nuit» à divers objets dans sa chambre: un ballon rouge, une maison de poupées, deux chatons, etc.

Vous pouvez aussi regarder la vidéo extraite du livre:

https://www.youtube.com/watch?v=9yu_g5x3ZoQ

 

 

Brown Bear, Brown Bear, What do you see?

Bill Martin, Jr.

Une grosse grenouille heureuse, un chat pourpre dodu, un beau cheval bleu, et un doux canard jaune – tous ces animaux défilent dans ce livre pour jeunes enfants. Les dessins colores d’Eric Carle associes au texte chantant de Bill Martin font de cet ouvrage un recueil inoubliable et attachant.

Vous pouvez aussi regarder la vidéo extraite du livre:

https://www.youtube.com/watch?v=ek7j3huAApc

 

 

The Tale of Peter Rabbit

Beatrix Potter

Il était une fois quatre petits lapins, qui s’appelaient  Flopsy, Mopsy, Queue de Coton et Pierre. Espiègle et désobéissant, le jeune Pierre Lapin est poursuivi par le méchant M. McGregor alors qu’il se promène dans son jardin. Apres s’être échappé in extremis, il rentre à la maison ou sa mère, Mme Lapin, le met au lit après lui avoir donné une bonne infusion de camomille. Avec 45 millions d’exemplaires vendus, Les Aventures de Pierre Lapin sont l’un des plus grands best-sellers de tous les temps.

Vous pouvez aussi regarder la vidéo tirée de l’histoire sur Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=EuTlQCGxE5Y

 

Pour les 6-9 ans

 

Shout show and tell ( Reading ladder level 1)

Agnew Kate

Sean est un garçon très bruyant et remuant. Mais quand il est coincé dans un placard avec Miss Vert, sa vivacité est très utile ! Personne ne prête attention à Daisy aujourd’hui. Mais quand sa dent branlante tombe enfin, elle a beaucoup de choses à montrer et à raconter! Lily est triste. Sa maman et son papa ne vivent plus ensemble et, depuis leur séparation, tout est différent. Mais quand elle met la main sur un super livre, elle se sent de tout de suite beaucoup mieux!

 

The Polar Express

Chris Van Allsburg

Réveillé au beau milieu de la nuit, un soir de Noël, un jeune garçon embarque à bord d’un train mystérieux pour un voyage magique vers le pôle Nord. A travers de sombres forêts, de hautes montagnes et un désert de glace, le Polar Express roule sans trêve pour atteindre le sommet du monde. Pour des millions de lecteurs, ce mystérieux voyage vers le Pôle Nord est devenu un classique incontournable.

 

Giant book of creativity for kids

Conner Bobbi

Pour les parents qui ne se sentent pas une âme d’artiste ou de bricoleur, ce livre fourmille d’idées pour les enfants créatifs. La créativité est un ingrédient essentiel pour une enfance heureuse, et ce livre vous aidera à trouver des idées originales pour mener à bien des projets créatifs divers et variés : construction et bricolage, écriture et rimes, chant et danse, et plus encore, le tout en anglais !

 

Thea Stilton and the mystery in Paris

Thea Stilton
Thea, la soeur aventureuse de Geronimo, raconte cette fabuleuse aventure placée sous le signe de l’action, du mystère et de l’amitié. Dans cette histoire, les Sœurs Thea sont à Paris pour visiter la  capitale de la mode et rencontrer leur amie designer, Julie Colette. Mais quand les dessins de Julie sont volés, les filles doivent partir à l’aventure dans les rues de Paris pour rattraper le voleur et sauver le défilé de mode. Les jeunes lecteurs adoreront suivre les indices pour aider les sœurs Thea à résoudre le mystère!

 

 Famous five: when Timmy chased the cat

Enid Blyton
Les membres du Club des Cinq sont sur le chemin du cinéma lorsque Timmy voit un chat qui, de fil en aiguille, finit par les conduire vers une maison vide. Mais cette maison est-elle vraiment vide ? Certains sons étranges suggèrent le contraire … Timmy embarque le Club dans une nouvelle aventure palpitante.

 

Amazing Grace

Mary Hoffman

Grâce aime les histoires, que ce soit sous forme de livres, de films ou celles que sa grand-mère lui raconte. Alors, quand elle obtient la chance de jouer un rôle dans Peter Pan, elle sait exactement quel personnage elle veut être.

 

Best Mates

Michael Morpurgo

Ce livre regroupe six histoires d’animaux magiques. Michael Morpurgo est un auteur de littérature enfantine très apprécié des jeunes lecteurs. Dans ce livre, les lecteurs retrouveront, histoire après histoire, les aventures de chiens, de chats, de chevaux, de dauphins et de baleines.

Pour en savoir plus sur l’auteur et ses autres ouvrages: https://www.michaelmorpurgo.com/

 

 

Pour les 9-12 ans

 

The War that Saved My Life

Kimberly Brubaker Bradley
Ada et son frère échappe à leur mère abusive lors de l’évacuation de Londres pendant la Seconde Guerre mondiale et partent vivre avec une femme en deuil dans une petite ville a la campagne. Il est difficile pour la femme et les enfants de se faire confiance mais lentement la confiance grandit, et tous les trois finissent par retrouver quelque chose de perdu – l’espoir et l’amour.

 

Harry Potter series

J.K. Rowling
Best-seller pour les enfants, ce livre est incontournable pour de nombreuses raisons : une narration brillante, une intrigue complexe et divertissante avec des personnages hauts en couleur, une langue riche, des leçons de vie essentielles sur l’amitié et la bravoure. Harry Potter est un excellent livre pour donner le gout de la lecture en anglais aux enfants. Ils n’en décrocheront pas des vacances !

 

The Absolute Value of Mike

Kathryn Erskine

Le titre – valeur absolue – est le seul concept mathématique que Mike comprend. Mike déteste les mathématiques alors que son père souhaiterait qu’il excelle dans cette matière. Et puis un jour, quand il est envoyé dans une petite ville pendant l’été loin de ses parents, Mike apprend sa véritable valeur. Si votre enfant ne doit lire qu’un livre cette année, c’est celui-ci !

 

Ophelia and the Marvelous Boy

Karen Foxlee

Coincée dans un musée avec sa sœur et son père qui travaille sur une exposition d’épées, Ophelia, poussée par sa curiosité, finit par découvrir une pièce fermée où un garçon a été pris au piège il y a des milliers d’années. Mais Ophelia ne croit pas à ce genre de choses,  le type d’histoires que sa mère avait l’habitude de lui raconter quand elle était petite. Ce livre nous entraîne dans un voyage à couper le souffle et offre une belle réflexion sur la perte, l’acceptation, l’espoir et l’amitié.

 

Crenshaw

Katherine Applegate

Après avoir perdu sa maison et vécu dans une camionnette pendant 3 mois, la famille de Jackson est maintenant sur ​​le point de perdre son appartement. Bien que ses parents ne lui disent rien, Jackson décrypte les signes. Il sait que ce n’est pas de la faute de son père, mais il est fou d’inquiétude et se sent si seul. Mais lorsque Crenshaw fait son apparition et pousse Jackson à dire la vérité à ses parents, ce dernier apprend qu’il n’est pas si seul. Mais qui est Crenshaw ? C’est le grand chat de Jackson, son ami imaginaire, qui revient pour l’aider en ces temps difficiles.

 

A Wrinkle in Time 

Madeline L’Engle

A Wrinkle in Time est une superbe et remarquablement bien écrite aventure dans l’espace qui traite du thème général de la bataille du bien contre le mal. Meg et son frère, Charles Wallace, partent à la recherche de leur père, un savant qui a disparu alors qu’il recherchait des tesseracts (appelés aussi 8-cellules ou octachores, analogues quadridimensionnels du cube).

 

kids VivaLing

Le développement du langage chez l’enfant bilingue

Le développement du langage chez l’enfant bilingue

kids VivaLing

Quelles sont les grandes étapes de l’acquisition du langage chez l’enfant? Comment faire la différence entre un léger retard de langage lié au bilinguisme et un véritable trouble ? Autant de questions que se posent souvent les parents d’enfants bilingues et auxquelles Domitilla Delaporte, Orthophoniste en ligne et Coach en accompagnement parental, apporte des éléments de réponse pour la communauté VivaLing.

– L’apprentissage du langage se fait tout au long de l’enfance. Pouvez-vous nous rappeler quelles en sont les grandes étapes ?

Il existe effectivement de grandes étapes du développement du langage (mais attention, les âges cités ne sont que des moyennes)…

Dès 4 semaines…

Le bébé perçoit la différence entre les voix masculine et féminine.

L’enfant passe la plupart de son temps éveillé à explorer le monde qui l’entoure, à jouer avec les sons. C’est un temps d’imprégnation sonore.

Le bébe développe de manière conjointe ses 5 sens (vue, ouie, toucher, gout, odorat).

Entre 2 mois et 4 mois…

Le bébé gazouille, il produit les « areu ».  Souvent, il comprend déjà des mots simples comme « papa » ou « maman ».

Entre 4 et 12 mois…

C’est le stade pré linguistique au cours duquel l’enfant tire un plaisir physique à essayer ses cordes vocales. Il babille… en passant du grave à l’aigu, du cri au chuchotement. Il est sensible à l’intonation.

Il réagit à son prénom, il tourne la tête quand on l’appelle. Puis, petit à petit, il comprend des ordres simples (souvent accompagnés d’un geste) et quelques expressions familières (avec le contexte aussi). Il ajoute ensuite les consonnes aux voyelles qu’il maîtrise déjà. Et forme ainsi les premières syllabes qu’il répète avec un plaisir immense (« papa », « mama » …). Il répète de manière automatique ce que dit l’adulte : c’est ce qu’on appelle l’écholalie.

Entre 12 et 20 mois…

Vers un an, l’enfant dit ses premiers mots. (Plus généralement, on situe l’apparition des premiers mots entre 8 et 14 mois). Les premiers mots sont reproduits sans y mettre du sens. Ce sont les parents qui le mettent en nommant, décrivant, qualifiant et en faisant la relation entre le mot et l’action : donner, prendre…

Vers 18 mois, l’enfant dispose d’une cinquantaine de mots dans son vocabulaire.

De 2 à 5 ans…

C’est l’acquisition de la fonction symbolique du langage : on peut parler aussi de ce qu’on ne voit pas. Le vocabulaire s’enrichit et à 2 ans et demi un enfant monolingue dit environ 100 mots et en comprend le double.

Un enfant bilingue en a autant en sa possession, mais répartis dans les deux langues (d’où un retard qui peut apparaitre face à un test de vocabulaire réalisé uniquement dans l’une des deux langues).

De 5 à 7 ans…

L’enfant peut s’exprimer correctement en faisant des phrases.

Il peut utiliser différentes fonctions : exprimer ses émotions, donner des informations, communiquer, et même jouer avec les mots.

Il est souvent prêt pour l’apprentissage de l’écrit.

De 7 ans à l’adolescence… et après…

Le langage se développe sur toute une vie ! Il s’affine en fonction des besoins et des expériences. Le caractère joue aussi ; certains sont plus bavards que d’autres.

C’est pour cela qu’on parle de “langue vivante”…

Une petite remarque  : n’hésitez donc pas à stimuler le langage de votre enfant et à communiquer avec lui BIEN AVANT l’apparition des premiers mots !

home6

– Qu’en est-il pour les enfants bilingues?

Le langage des enfants bilingues (ou multilingues) se développe en suivant les mêmes étapes chronologiques que celui des enfants monolingues.

Le bébé ou l’enfant à qui on parle 2 langues développe très naturellement deux systèmes linguistiques, c’est-à-dire deux langues bien distinctes.

Parfois, on observe un développement du vocabulaire plus lent chez les enfants bilingues. On appelle ce retard un “pseudo-retard langagier”.

La plupart du temps, l’enfant bilingue rattrape ce pseudo-retard langagier, tout simplement.

Un mélange des langues (ex : je suis happy aujourd’hui)  est un comportement langagier normal et fréquent chez l’enfant bilingue. On parle souvent de “code-switching” ou “code mixing”.

Il est essentiel que les personnes qui s’adressent à l’enfant lui parlent dans une langue qu’ils maitrisent parfaitement. L’enfant développera ainsi de bonnes compétences de communication et de langage. Dans ces conditions, l’enfant peut apprendre plusieurs langues.

– Comment distinguer un pseudo-retard langagier d’un trouble spécifique du langage?

L’éventuel retard des premiers mots et phrases chez l’enfant bilingue est relatif. En effet, l’ensemble des mots produits dans les 2 langues correspond au nombre de mots que connait un enfant monolingue du même âge.

Parfois le développement du vocabulaire est un peu décalé dans le temps.

En revanche, le bilinguisme n’a pas d’influence sur l’acquisition des sons et de la syntaxe (souvent, des erreurs de syntaxe particulières apparaissent de manière temporaire, en raison de l’influence d’une langue sur l’autre. ex : j’attends pour mon ami).

Le bilinguisme n’aggrave pas les troubles du langage. En cas de difficultés d’acquisition du langage, il est préférable de continuer de parler à l’enfant la langue familiale, pour maintenir une bonne communication au sein de la famille et un lien avec la culture d’origine.

Il n’est pas toujours facile de faire la différence entre le retard de langage lie a la situation de bilinguisme et le trouble du langage qui existe dans les 2 langues (et qui aurait existé même dans un contexte monolingue).

C’est la raison pour laquelle il ne faut pas hésiter à demander conseil à un spécialiste qui aura un regard extérieur et professionnel.

contact

– Quels sont les avantages du bilinguisme chez les enfants?

Au-delà des avantages évidents en matière de vie professionnelle future, tout bilinguisme est enrichissant, quelles que soient les langues parlées.

Le bilinguisme permet :

– de renforcer la construction de l’identité́ de l’enfant par rapport à ses repères  familiaux ou son cadre de vie

– de maintenir l’ensemble des liens familiaux et de communiquer avec différentes communautés

– d’améliorer la souplesse d’esprit et l’acuité auditive. Les bilingues ont plus de facilités pour toutes les activités multi-tâches que les monolingues.

– d’entrainer la faculté́ de raisonnement abstrait

– Tous les enfants sont capables d’apprendre plusieurs langues, même ceux qui ont des retards développementaux ou des difficultés d’apprentissage… si ces langues ont du sens pour eux

– Quels conseils donneriez-vous aux parents qui souhaitent que leurs enfants deviennent bilingues? 

Le premier conseil que je donnerais, c’est de vous faire confiance !

Pas de Panique ! Si ce bilinguisme fait sens pour vous, vous saurez mettre en place les prérequis nécessaires pour que cela se passe bien. Ne mettez pas votre enfant sous pression : gardez votre rôle de parent, pas celui de “professeur de langage”.

Parlez à votre enfant dans votre langue maternelle, même si ce n’est pas la langue du pays dans lequel vous vivez. Ainsi vous aurez du plaisir à communiquer avec votre enfant, vous lui offrirez un bon modèle linguistique et lui transmettrez votre langue, mais aussi des éléments de votre culture (alimentation, fêtes traditionnelles, etc…).

– Adoptez la règle « une personne, une langue » (souvent dans le cas des couples qui parlent 2 langues différentes) ou optez pour « un endroit, une langue » (souvent une langue à la maison, une autre a l’école). Acceptez de lâcher-prise parfois… il y a la règle, mais il peut y avoir des exceptions (quand il y a du sens, les enfants font la part des choses).

– Organisez des rencontres avec des amis qui parlent les mêmes langues que vos enfants. Si vous leur mettez des DVD, vous pourrez également choisir la langue pour le visionnage.

Consultez un(e) orthophoniste en cas d’inquiétudes par rapport au développement langagier de votre enfant. Ce n’est pas la peine d’attendre : quelques conseils en fonction de l’évolution de l’enfant et de son milieu linguistique peuvent déjà aider, et une rééducation précoce peut être mise en place si besoin. Souvenez-vous qu’un bon niveau de langage oral évite que l’enfant ne soit trop frustré. Un bon niveau de langage est aussi un prérequis important pour la scolarité et la socialisation.

Domitilla Delaporte

Domitilla de Laporte, Orthophoniste en ligne et Coach en accompagnement parental, notamment sur les thématiques d’expatriation et périodes de transitions

Expatriée en famille dans 5 pays (Angleterre, Suisse, Japon, Singapour, Allemagne), et maman de 4 enfants plurilingues nés dans 3 pays différents.

Passionnée par le langage (oral, écrit et non-verbal) et notamment celui des enfants ETC (Enfants de la Troisième Culture) ou TCK (Third Culture Kids).

www.domidelaporte.com  / Contact: domitillaortho@gmail.com