girl-647426_1920

Vive le Francais!

 

Savez-vous quelle est l’importance de la langue française aujourd’hui dans le monde ? La semaine de la Francophonie nous donne l’occasion de mettre le français à l’honneur et de prendre la mesure du rayonnement de la langue de Molière.

Le français, une langue parlée sur les 5 continents

Le français est parlé par 274 millions de locuteurs sur tous les continents.

Il se situe au 5e rang des langues les plus utilisées, derrière le mandarin, l’anglais, l’espagnol et suivant les estimations, l’arabe ou l’hindi.

VivaLing francais

Le français est la 4e langue d’Internet, la 3e langue des affaires, la 2e langue d’information internationale dans les médias, la 2e langue de travail de la plupart des organisations internationales et la 2e langue la plus apprise dans le monde avec 125 millions d’élèves et un demi-million de professeurs de français à l’étranger.

Vecteur de communication internationale, le français est langue de travail dans les enceintes multilatérales (ONU, OMC, OCDE, OIT), européennes et africaines.

L’attractivité de la francophonie en chiffres :

  • 342 000 élèves, dont 63% de non Français dans les 495 établissements français à l’étranger.
  • 7 million d’élèves scolarisés dans des établissements bilingues dont 70 000 dans les 158 établissements du réseau LabelFrancÉducation.
  • 50 millions d’apprenants français langue étrangère.

Le potentiel économique de la francophonie

L’ensemble des pays francophones et francophiles représentait, en 2012, 16 % du PIB mondial, avec un taux de croissance moyen de 7 %, et près de 14 % des réserves mondiales de ressources minières et énergétiques, alors que les francophones ne représentent que 4 % de la population mondiale.

vivaling francais

Selon les projections, on comptera 770 millions de francophones en 2050

La francophonie est le 6e espace géopolitique par sa population et pourrait devenir 4e espace géopolitique en 2050.

Pour promouvoir le français et la francophonie, vecteurs de rayonnement et d’influence, la diplomatie française a mis en place un dispositif comprenant :

  • Une politique bilatéralequi vise à consolider la place du français à l’extérieur de nos frontières au moyen d’actions de coopération avec les autorités locales pour développer le français dans leur système éducatif (plaidoyer pour l’enseignement d’au moins deux langues étrangères, formation de professeurs, développement de l’enseignement bilingue…) et d’une activité directe d’enseignement conduite par les réseaux culturel et scolaire français.
  • Une politique multilatéralequi vise à réunir les pays francophones dans une communauté politique. La France a soutenu la création de l’Agence internationale de la francophonie en 1970. L’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) regroupe aujourd’hui 84 Etats membres et observateurs ayant le français comme langue de référence. Cette francophonie institutionnelle contribue à la paix, à la démocratie, aux droits de l’Homme, à la promotion du français et de la diversité culturelle ainsi qu’au développement d’une prospérité partagée et durable.

 

 

Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/

 

Victor Augais VivaLing

Pour Victor et Aude, le Tour du Monde se vit en famille

Entrepreneur à Paris, fondateur de la société de centres de football à cinq, UrbanFootball, Victor et sa femme Aude, cadre chez BNP Paribas, ont décidé de partir pendant un an faire le tour du monde avec leur 4 enfants  – Candice, 8 ans, Georges, 6 ans, Maxime, 4 ans et Emile, 1 an. De passage à Singapour pour quelques mois, ils partagent avec nous le récit de cette fantastique aventure familiale.

 

Victor Augais VivaLing

 

  • Quel a été l’élément déclencheur et quel est l’objectif de votre Tour du Monde?

L’arrivée de notre petit dernier, Emile, et la décision de Victor de repartir vers une autre aventure entrepreneuriale, ont constitué l’occasion pour nous partir en voyage pendant 1 an

Nous souhaitons avant tout vivre une année différente, en famille, et découvrir des villes que nous pensons aimer, en nous y installant pour quelques mois. C’est l’occasion de nous occuper nous-mêmes de l’école des enfants, en CP et CE2, de prendre du temps pour décompresser et réfléchir à nos priorités dans la vie. Le voyage est aussi l’occasion de découvrir des cultures différentes, et d’y sensibiliser les enfants. Nous espérons que les enfants progresseront en Anglais, et auront envie de parler plusieurs langues à l’avenir. Enfin, Victor profite de nos étapes pour rechercher des idées innovantes à lancer en France à notre retour.

Victor Augais VivaLing

  • Quel est votre itinéraire?

Nous alternons les voyages avec les installations plusieurs mois dans de grandes villes. Au programme : la côte ouest américaine en camping-car, San Francisco, le Mexique, Singapour, Bali, et enfin New York.

  • Pourquoi avoir décidé de vous lancer en famille dans cette aventure?

Parce que nous ne nous voyions pas partir chacun seul de notre côté :) . L’aventure partagée en famille est le vrai but de notre voyage.

Victor Augais VivaLing

  • Quels sont les évènements et/ou rencontres qui vous ont le plus marqué jusqu’à présent?

Nous avons tout aimé. La beauté des paysages de la côte Ouest en camping-car, et les soirées au coin du feu dans les parcs nationaux, l’énergie de San Francisco dans une apparence de ville de province, le calme des plages du Yucatan, l’organisation parfaite de Singapour dans un écrin de verdure. Et partout l’accueil chaleureux des familles installées sur place que nous avons rencontrées

  • Comment se passe la scolarité de vos enfants pendant cette année?

C’est Victor qui fait la classe aux 2 grands le matin, en CP et CE2, via les cours d’enseignement à distance Sainte-Anne. Pendant ce temps, Aude part se promener avec les 2 petits, sinon aucune concentration ne serait possible à la maison

  • Quelle est la place des langues dans votre périple ?

Nous essayons de sensibiliser les enfants à l’anglais et à des cultures différentes, et leur faisons aussi prendre des leçons, avec Vivaling notamment. Par exemple à San Francisco, nous les avons inscrits dans un “afterschool” public pour qu’ils rencontrent de petits américains, et nous ferons de même à New York au printemps.

Victor Augais VivaLing

  • Pourquoi avoir choisi VivaLing pour vos enfants ?

Le service proposé par Vivaling me semble excellent, et très adapté à une année d’itinérance, avec des cours en ligne et la possibilité de conserver le même professeur. Les enfants peuvent également profiter de nos trajets de voyage pour revoir leurs cours.

  • Qu’appréciez-vous le plus chez VivaLing ?

Le fait de pouvoir revoir les cours, pour réviser pour les enfants, et pour vérifier ce qui s’y passe pour les parents

Victor Augais VivaLing

  • De quelles qualités auront besoin, selon vous, les enfants et jeunes d’aujourd’hui pour réussir leur vie professionnelle demain?

D’être curieux et adaptables. De ne rien prendre pour acquis, d’avoir le discernement pour faire leurs propres choix, et le courage de les mettre en pratique. Et de parler Anglais !

  • Et après le tour du monde ?

Retour à Paris, pour une nouvelle aventure entrepreneuriale pour Victor.

Victor Augais VivaLing

Vous pouvez suivre les aventures d’Aude et Victor sur leur blog: https://ensemble-autrement.com/

 

smile-1956796_1280

Une nouvelle étude explique les bénéfices du bilinguisme chez les enfants

Alors que certains parents s’inquiètent parfois du risque que ferait peser le bilinguisme sur leurs enfants, notamment en matière de retard linguistique ou d’échec scolaire, la recherche permet aujourd’hui de lever toutes les craintes. Les études démontrent les unes après les autres que, non seulement le bilinguisme procure des gains matériels et économiques évidents (meilleures opportunités professionnelles, salaires plus élevés…) mais qu’il apporte également de nombreux avantages d’un point de vue du développement cérébral.

Une récente étude menée par l’Université de Washington (Institut d’apprentissage et des sciences du cerveau) démontre que le cerveau du nourrisson est totalement capable d’apprendre deux langues simultanément et que le bilinguisme est porteur de nombreux avantages cognitifs.

VivaLing vous en livre les principales conclusions.

the effects of bilingualism

1- L’apprentissage des langues dans la première année de vie

Jusqu’à l’âge de 6 mois environ, les nourrissons sont capables d’entendre les différences entre les consonnes et les voyelles qui composent universellement les mots dans toutes les langues. À l’âge de 12 mois, la discrimination des sons de la langue maternelle du nourrisson s’améliore significativement, alors que la discrimination des sons non indigènes diminue (Kuhl et al., 2006). Ainsi, cela signifie qu’à l’âge de 12 mois, les nourrissons perdent leur capacité d’auditeur universel et se spécialisent dans leur(s) langue(s) maternelle(s).

Par ailleurs, la recherche montre que le cerveau du nourrisson est totalement capable d’apprendre deux langues simultanément. Cependant, la qualité et la quantité de la langue qu’ils entendent jouent un rôle clé dans ce processus d’apprentissage. Une étude montre que les nourrissons exposés à une nouvelle langue à l’âge de 9 mois à l’occasion de séances de jeu interactives avec un professeur apprennent en seulement 6 heures à discriminer les sons des langues étrangères à des niveaux équivalents aux enfants exposés à cette langue dès leur naissance. Toutefois, aucun apprentissage ne se produit si le même enseignement est présenté via des cassettes audio ou vidéo (Kuhl, Tsao, & Liu, 2003). Ainsi, l‘apprentissage précoce des langues dépend fortement des interactions sociales et de la qualité de la parole que les enfants entendent.

Que ce soit chez les enfants monolingues ou bilingues, le niveau de maitrise d’une langue reflète la qualité et la quantité de langue que les enfants entendent. Les jeunes enfants apprennent mieux grâce à des interactions sociales fréquentes et grâce à la qualité des conversations avec des locuteurs natifs.

 

the benefits of bilingualism

2- Vocabulaire et développement grammatical

 

Les jeunes enfants exposés à deux langues dès la naissance commencent généralement à produire leurs premières syllabes et leurs premiers mots au même âge que les enfants exposés à une seule langue. En outre, l’évolution du vocabulaire et de la croissance grammaticale ressemble beaucoup à la trajectoire suivie par les enfants monolingues. Les types de mots que les enfants apprennent et la relation entre le vocabulaire et la croissance grammaticale dans chaque langue reproduisent le modèle monolingue.

Néanmoins, l’effet de l’expérience bilingue sur la production et la compréhension de la langue se manifeste souvent par un décalage dans le vocabulaire et l’acquisition grammaticale. Bien que certaines études aient montré que les enfants bilingues respectent les normes monolingues, plusieurs études rapportent que les bilingues disposent d’un vocabulaire plus restreint dans chaque langue que les monolingues (Hoff et al., 2012). Étant donné que les recherches montrent que les compétences linguistiques des enfants reflètent la quantité de langue qu’ils entendent, ces résultats ne sont pas surprenants. Les bilingues divisent leur temps entre deux langues, et ainsi, en moyenne, entendent moins de chaque langue. Cependant, il est important de noter que les enfants bilingues ne sont pas en retard par rapport à leurs pairs monolingues lorsque l’on prend en compte les deux langues. Par exemple, les tailles de vocabulaire bilingues, lorsqu’elles sont combinées dans les deux langues, sont égales ou supérieures à celles des enfants monolingues. Des constatations similaires sont rapportées sur les mesures des connaissances grammaticales.

 

3-Apprendre à lire

La lecture est un processus complexe acquis par une formation explicite, généralement après que l’enfant ait appris à parler en phrases complètes. Des études portant sur des enfants monolingues démontrent le rôle essentiel du langage oral dans la lecture et la réussite scolaire. Des milliers d’enfants américains se retrouvent dans des situations où ils doivent acquérir les bases de la lecture dans une langue qu’ils ne parlent pas ou où leurs connaissances linguistiques sont extrêmement pauvres. Cependant, la recherche démontre que l’exposition à deux langues augmente la conscience phonologique, qui est la capacité de reconnaître et de manipuler les unités sonores de la langue et qui est l’un des meilleurs prédicteurs de la capacité de lecture.

the benefits of bilingualism

4-Les avantages cognitifs du bilinguisme

Contrairement à ce que l’on pensait autrefois, le bilinguisme ne cause aucune confusion. La recherche montre même que l’exposition simultanée à deux langues engendre plusieurs avantages cognitifs. Une partie de la préoccupation concernant la confusion provient de ce qu’on appelle «mélange de code» ou «changement de code» (« code switching » en anglais).

Les enfants bilingues combinent parfois des mots ou des expressions des deux langues lorsqu’ils interagissent avec leurs pairs, leurs parents  ou leurs enseignants. Il est important de comprendre que le changement de code est naturel pour les adultes et les enfants bilingues et reflète le fait que les bilingues connaissent souvent certains mots mieux dans une langue que dans l’autre. Le changement de code chez les adultes et les enfants bilingues est régi par des règles et non pas au hasard, et les enfants bilingues suivent les mêmes principes que les adultes bilingues (Paradis, Nicoladis et Genesee, 2000).

Plutôt que de provoquer de la confusion, on comprend maintenant que le besoin constant de gérer l’attention entre deux langues favorise la pensée des enfants sur le langage en soi et conduit à une augmentation des compétences métacognitives et métalinguistiques (Bialystok, 2007). Les enfants bilingues dès l’âge de 7 et 12 mois se sont révélés être des apprenants plus flexibles comparés aux enfants monolingues (Kovacs & Mehler, 2009).

De plus en plus de preuves suggèrent que les bilingues présentent de meilleures performance en matière de fonctions exécutives (Bialystok, Craik et Luk, 2012) notamment en ce qui concerne l’attention, la flexibilité de la pensée (flexibilité cognitive) et la mise à jour des informations dans la mémoire de travail. Le bilinguisme exige une attention constante à la langue cible. L’expérience des bilingues avec deux langues améliore les réseaux cérébraux pertinents, ce qui les rend plus robustes pour le fonctionnement exécutif tout au long de leur vie. Il est intéressant de noter que l’effet cumulatif des deux langues se traduit également par des effets protecteurs contre le déclin cognitif avec le vieillissement et l’apparition de la maladie d’Alzheimer (Craik, Bialystok et Freedman, 2010). De récentes études cérébrales indiquent que les différences en matière de fonctions exécutives entre les monolingues et les bilingues se vérifient dès la petite enfance (Ferjan Ramírez et al., 2016) et persistent tout au long de la scolarité (Arredondo et al., 2016) et à l’âge adulte (Abutalebi et al Stocco et Prat, 2014).

 

 

the benefits of bilingualism

Conclusion

De plus en plus de recherches indiquent que le bilinguisme modifie non seulement les modes d’acquisition et d’utilisation du langage, mais aussi les processus cognitifs dès le plus jeune âge. Les enfants bilingues présentent des performances égales ou meilleures  que les monolingues lorsque les deux langues sont prises en compte. Les études suggèrent que l’apprentissage optimal est obtenu lorsque les enfants commencent à apprendre deux langues à un âge précoce (c’est-à-dire entre la naissance et l’âge de 3 ans) grâce à des interactions de qualité avec des êtres vivants et que l’exposition aux deux langues est maintenue tout au long de l’enfance. On constate que les environnements les plus propices à l’apprentissage bilingue sont ceux où les parents considèrent le bilinguisme comme un atout qui apporte des avantages cognitifs, sociaux et économiques importants et qui utilisent quotidiennement un langage de qualité pour communiquer avec leurs enfants.

 

Source: http://ilabs.uw.edu/Bilingual_Language_Learning_in_Children.pdf

 

comptines chinoises pour enfants

Six chansons pour aider votre enfant à apprendre le mandarin

Qui n’a pas chanté « Frère Jacques » ou « Il était un petit navire » pour apprendre à son enfant ses premiers mots de français ? Les comptines ou chansons enfantines sont souvent les premiers et meilleurs outils pour apprendre une langue. Ils sont le reflet d’une culture, le socle commun de milliers de personnes et constituent une façon ludique de découvrir un univers linguistique. Votre enfant apprend le mandarin ? Accompagnez-le en chantant avec lui les airs chinois les plus populaires !

 

Pour les 3-6 ans

Les sons des animaux 动物 叫声

Avec sa mélodie accrocheuse, son vocabulaire facile à mémoriser et ses phrases simples mais utiles, cette chanson fera le bonheur des petits.

Non seulement cette chanson enseigne à vos enfants les noms des animaux, mais aussi les sons qu’ils font en chinois! Car, oui, les animaux ne produisent pas les mêmes sons en chinois et en français ! Elle les aidera également à apprendre quelques verbes de base tels que marcher (走), nager (游) et rouler (滚).

 

Deux tigres – ou le Frère Jacques chinois

Quel enfant ne connait pas Frère Jacques ? La version chinoise ne parle pas d’un « frère qui sonne les matines » mais bien de deux tigres, dont l’un n’a pas d’oreilles, et l’autre n’a pas de queue … Grace à cet air familier, votre enfant mémorisera les paroles en un clin d’œil et sera fier et heureux de pouvoir chanter Frère Jacques dans plusieurs langues.

 

Pour 6-9 ans

Où est mon ami? ……

Une jolie mélodie facile à apprendre pour mémoriser les chiffres ainsi qu’un peu de vocabulaire quotidien de base accompagné de formules pour poser des questions.

 

Petit lapin blanc 白兔

Tous les enfants chinois connaissent cette chanson très populaire en Chine.

 

C’est une chanson que les jeunes chinois chantent avec leurs grands-parents, leurs parents et leurs camarades en maternelle. Elle contient du vocabulaire facile autour de l’animal du lapin : les oreilles, la carotte, les légumes, etc.

Après avoir appris cette chanson, votre enfant pourra partager un véritable « classique » de la culture chinoise. Nul doute que les enfants – et les adultes –  chinois en seront impressionnés!

 

Pour les 9 ans et plus

 

Compter les canards 鸭子

 

Savoir compter est l’une des premières compétences que l’on acquiert quand on apprend une nouvelle langue. Votre enfant connait peut-être la comptine numérique – 1,2,3,4,5 –  en chinois, mais qu’en est-il lorsque les chiffres ne sont pas dans le bon ordre? «Compter les canards» est une comptine qui permet d’apprendre et de retenir les chiffres, tout en s’amusant.

 

L’oiseau jaune

 

Est-ce une chanson ou une blague? Personne ne peut le dire. Mais ce que l’on sait c’est que cette chanson à la mélodie douce et entraînante est très drôle. Une fois que vos enfants comprendront la signification des paroles, ils riront et adoreront cette chanson, on vous l’assure!

N’hésitez pas à demander aux coaches de mandarin de VivaLing d’apprendre ces chansons à vos enfants. Ils se feront un plaisir de les répéter avec eux.

 

Nouvel an chinois VivaLing

Vivez le Nouvel An chinois avec Jing, coach de chinois chez VivaLing

Quel est votre meilleur souvenir du Nouvel an chinois?

J’ai passé la plupart de mes fêtes du Nouvel an chinois en famille.  Nous regardions le gala de la nouvelle année à la télévision, nous cuisinions des boulettes de viande ensemble. Mais en 2013, je suis partie vivre en Thaïlande. Le climat était chaud et humide, la culture différente et je n’avais pas ma famille autour de moi pour le Nouvel An. J’étais donc un peu triste, me sentant toute seule dans ce nouveau pays.

Je pensais que le Nouvel an serait juste une journée ordinaire. Mais ce que je ne savais pas, c’est que les Chinois locaux se réunissent tous pour cette date-là. Le bouche à oreille fonctionne très bien et nous nous sommes retrouvés plus d’une vingtaine de personnes, de toutes les nationalités,  pour fêter ensemble cette grande fête! Nous n’avions pas nos familles avec nous mais nous avons passé un superbe Nouvel an tous ensemble!

Nouvel an chinois VivaLing

Comment célébrez-vous habituellement le Nouvel An dans votre famille?

Je suis née en Chine du Nord dans la province de Hebei. Les Chinois du Nord adorent la farine de blé, qui permet de cuisiner les raviolis, les nouilles, les brioches, etc. Et les Chinois du Nord prennent cette Fête du Printemps vraiment au sérieux. Cela peut durer un mois.

Dans ma famille, dès le 24 décembre du calendrier lunaire, tout le monde est sur le pied de guerre. On balaie toute la maison, y compris le toit. Tous les recoins de la maison sont passés au peigne fin. Il faut que tout soit impeccable.

Quand j’étais jeune, ma famille achetait des poulets et des poissons vivants. Le 25e jour du calendrier lunaire, nous achetons toujours du Tofu et nous le faisons frire. Le 26e jour, nous achetons beaucoup de viande que nous recouvrons de sel afin de la conserver. Le 27e jour, nous tuons le poulet. Quand j’étais petite je me cachais toujours à ce moment-là. J’ai le souvenir des plumes de poulet qui virevoltent dans toute la cour de la maison. Aujourd’hui, nous n’achetons plus de poulet vivant mais je garde en mémoire ce sentiment d’excitation et de peur de mon enfance.  Le 28e jour, nous mettons dans la maison des  étoffes rouges pour effrayer le “nian”, le monstre effrayant issu de la légende du Nouvel An. Et puis nous attachons des lanternes au-dessus des portes et préparons les pétards. Le 29e jour, toute la famille se réunit chez les grands parents ou les « anciens » comme on les appelle. Le 30e est le jour du grand dîner, du gala, qui réunit les parents proches et lointains.  C’est le jour de l’année où les enfants peuvent veiller tard et manger des bonbons sans restriction. C’est aussi et surtout le jour où nous faisons exploser les pétards et les feux d’artifice.

Nouvel an chinois vivaling

Ensuite vient le compte à rebours de la nouvelle année. Nous nous souhaitons une année prospère et heureuse, puis, le ventre plein, nous allons au lit. Le lendemain, nous nous levons tôt pour aller souhaiter la bonne année à tous nos parents et voisins.  Les enfants reçoivent de l’argent, ce qui est toujours très excitant !

Nouvel an chinois VivaLing

Quels sont vos plats favoris pour le Nouvel An?

On mange beaucoup de choses pour le Nouvel An mais les deux plats que je préfère sont le “Niangao” et le “xioamihuangzi”.Le Niangao est un dessert fait à base de riz collant avec des dates chinoises, et le “xiaomihuangzi” sont des crêpes faites de farine de millet. Ce ne sont pas des plats de luxe.  Au contraire, ils sont très bon marché. Pour moi, le Nouvel An, c’est la cuisine faite par ma grand-mère. Le goût des “xiaomihaungiz” de ma grand-mère est inimitable.  Je retombe en enfance à chaque fois que j’en mange.

Nouvel an chinois VivaLing

Quelles expressions typiques du Nouvel an allez-vous apprendre à vos élèves de VivaLing?

Je vais leur apprendre 吉祥如意 et  年年 有余 (Ji xiang ru yi, nian nian vous yu)

Ces deux phrases contiennent toutes les deux le son d’un animal.

« Ji Xiang » signifie « qui porte chance », mais « Ji » lui-même signifie « poulet ». Comme cette année est l’année du poulet, cela a beaucoup de sens. Par ailleurs « You yu » signifie « économiser plus », et « Yu » signifie « poissons ». Cela signifie qu’à la fin d’une année, vous aurez accumulé beaucoup de richesses !

apprendre le chinois avec VivaLing

Le Nouvel An chinois vu par Meng, coach de mandarin chez VivaLing

Quel est votre meilleur souvenir de Nouvel An? 

Mon meilleur souvenir est clairement celui des moments passes avec mes amis à faire exploser des pétards dans la cour de la maison de mes grands-parents. Je devais avoir 7 ou 8 ans. Les pétards sont si beaux. J’adorais et partager et échanger des pétards spéciaux avec nos amis.

 chinese new year vivaling

 Comment célébrez-vous habituellement le Nouvel An dans votre province?

Ma ville natale est la ville de Changde dans la province du Hunan. Pour les Chinois, manger ensemble est la composante la plus importante du festival du Nouvel An. Mais avant de commencer à manger, ma famille a pour coutume de mettre quelques plats sur la table, d’invoquer les esprits des membres de la famille qui sont déjà morts et de les inviter à diner.  Personne ne peut commencer à diner tant que cette célébration n’a pas eu lieu. Ma famille aime également faire cuire un poisson d’or, mais pas pour le manger. Ce poisson signifie que, chaque année, nous aurons de la nourriture et de l’argent pour l’année suivante. On appelle cela “年年 有余” (Nian nian vous yu).

 Quels sont vos plats favoris pour le Nouvel An? 

Mon plat préféré est 八宝饭 (ba bao fan). Cela signifie Huit Petits Pains Précieux.

learn chinese with VivaLing

Quelle expression chinoise allez-vous enseigner à vos élèves de VivaLing pour le Nouvel An?

Je vais leur apprendre 恭喜 发财, 红包 拿来 (gong xi fa cai, hong bao na lai)! Ce qui signifie « un sort ou un bonbon »!

nouvel an chinois VivaLing

Fêtez le Nouvel An chinois avec Sukun, coach de mandarin chez VivaLing

mandarin coach VivaLing

Quel est votre meilleur souvenir de Nouvel An ?

Je me souviens, quand j’étais enfant, il neigeait toujours au moment du Nouvel an. Tout était blanc. Au centre de ma vieille maison, il y a une cour. Nous pendions des lanternes rouges sous le toit. C’était si beau, surtout lorsque les lanternes étaient recouvertes d’une épaisse couche de neige. Les lanternes rouges et la neige blanche vont si bien ensemble! Cette scène est gravée à jamais dans ma mémoire.

 

Comment célèbre-t-on le Nouvel An dans votre région d’origine ?

Je vis dans la province du Hebei. Dans ma ville natale, ma famille se réunit toujours pour le Nouvel an et nous partageons ensemble un grand repas! Pendant le repas, les 饺子 (boulettes) sont essentielles! Toute ma famille confectionne des boulettes. Selon une vieille tradition, nous mettons dans certaines boulettes des pièces de monnaie, des dates ou d’autres desserts sucrés. Toujours selon cette même tradition, on dit que celui qui reçoit ses boulettes spéciales aura de la chance pour l’année à venir. Toute la famille reste ensemble jusqu’à minuit. Lorsque l’horloge sonne les douze coups de minuit, nous sortons pour lancer les feux d’artifice afin de célébrer le Nouvel An. Le lendemain, nous mettons tous des habits neufs et nous allons rendre visite à nos parents et  voisins pour leur présenter nos vœux pour la nouvelle année.

Que mangez-vous de spécial pour le Nouvel An ? Nous mangeons des petits pains doux, appelés  门 丁 : ce sont des brioches à la viande avec des haricots rouges au milieu. Nous savourons aussi d’énormes brioches cuites à la vapeur (馒头) qui contiennent le caractère 福 qui veut dire bonne chance. Mon plat préféré reste malgré tout le porc parce que c’est bon pour la peau.

mandarin coach VivaLing

Quelle expression allez-vous apprendre à vos élèves pour le Nouvel An chinois ?

Je vais leur apprendre l’expression 过年好 (guo nian hao), ce qui est l’un des façons de dire « Bonne année » en mandarin.

 

 

 

 

cerveau bilingue VivaLing

Etre bilingue, c’est bon pour le cerveau!

Aujourd’hui, plus de la moitié de la population mondiale est bilingue ou multilingue. Il existe des avantages évidents à être bilingue, comme la capacité de communiquer avec des gens partout dans le monde pour les affaires ou simplement pour socialiser. Mais au-delà de ses avantages « sociaux », la recherche scientifique a mis en évidence de nombreux autres avantages au niveau cérébral. VivaLing vous propose un état des lieux des dernières découvertes scientifiques.

 

Bilinguisme VivaLing

 

  • Les enfants bilingues sont plus attentifs et concentrés

Les enfants bilingues sont capables de fixer leur attention sur un objectif précis et inhiber les éléments perturbateurs. Ceci a notamment été démontré par une expérience menée par Diane Poulin-Dubois (Université Concordia à Montréal) en 2010. La différence entre les enfants bilingues et les enfants monolingues tient au fait que le lobe frontal, partie du cerveau qui est notamment associée dans l’élaboration de processus cognitifs complexes tels que la planification ou le raisonnement déductif, est plus sollicité chez les bilingues.

 

  • Le bilinguisme permet de développer des facilités d’adaptation

 

En 1999, Ellen Bialystok (Université York à Toronto) a démontré que le bilinguisme permet de développer des facilités d’adaptation précoces. Pour son expérience, la chercheuse avait formé deux groupes d’enfants : un groupe d’enfants monolingues et un groupe de bilingues de 4 à 5 ans. Chaque enfant devait classer des cartes sur lesquelles figuraient des cercles ou des carrés, rouges ou bleus, par forme puis par couleur. Résultat : les enfants bilingues ont mieux réussi ces deux tâches que les enfants monolingues. Ces derniers, perturbés par le changement de consigne (classement par forme puis par couleur), ont moins su s’adapter.

cerveau bilingue VivaLing

  • Le bilinguisme permet de retarder l’apparition des maladies mentales

 

En 2010, des chercheurs de l’Université York à Toronto ont étudié 211 patients présentant une démence, en analysant plus particulièrement l’historique de la maladie (âge à partir duquel elle s’est déclarée, différents stades d’aggravation, etc.) et le niveau d’éducation (et notamment la maîtrise ou non de deux ou plusieurs langues). L’analyse de ces données a permis de démontrer que chez les patients multilingues la maladie s’est déclarée 4,3 ans plus tard que chez les patients monolingues. Une autre étude parue dans la revue Neurology en 2013 a confirmé ces résultats. Le bilinguisme permet un retard de 4 à 5 ans en moyenne de l’acquisition de certaines maladies comme Parkinson ou Alzheimer. Une activité cérébrale intense entretient en quelque sorte le “jeu cérébral” et permet donc de retarder les dégénérescences neurologiques.

 

  • Les enfants bilingues sont plus créatifs

 

Dans une étude menée en 2010 en Israël, des enfants de 4 à 5 ans (bilingues et monolingues) ont dessiné soit une maison soit une fleur fantastique. L’examen des dessins a montré que les enfants bilingues étaient plus imaginatifs, plus créatifs et qu’ils maîtrisaient mieux les concepts abstraits.

 

enfant bilingue vivaling

  • Le bilinguisme améliore les compétences de planification et de résolution de problèmes

 

En 2015, des chercheurs espagnols ont mis en évidence le fait que les personnes maîtrisant deux langues sont plus rapides et performantes sur des tâches cognitives complexes faisant appel aux fonctions de contrôle exécutif telles que la planification et le raisonnement. De manière générale, les neuropsychologues s’accordent sur le fait que le bilinguisme augmente les performances du système cognitif des fonctions exécutives, qui sont responsables de tous les processus impliquant l’attention, la sélection, l’inhibition, le changement, etc… Le bilinguisme permet donc de créer de nouvelles connexions au sein du cerveau. Grâce à une capacité de développement plus avancée, les enfants ont alors la capacité de comprendre et de passer plus facilement d’une matière à l’autre. D’où l’importance de développer le bilinguisme dès le plus jeune âge afin d’acquérir des facilités dans d’autres domaines par la suite.

different-nationalities-1124478_1920

Quelles langues mon enfant doit-il apprendre?

« L’enfant n’est pas un vase qu’on emplit, mais un feu qu’on allume. » Montaigne

 

«  Quelle langue mon enfant doit-il apprendre? ». Telle est la question récurrente que les parents se posent au moment de choisir la première ou deuxième langue étrangère de leur enfant. La question est complexe et la réponse tout aussi difficile à donner, tant ce type de choix dépend de nombreux critères individuels et familiaux. Néanmoins, voici une série de critères qui vous permettront de faire un choix avisé.

  • La motivation et la réussite

La meilleure langue étrangère à apprendre est celle que votre enfant apprendra avec succès. Et, la motivation est l’un des facteurs les plus importants qui influent sur la réussite dans l’apprentissage des langues (comme du reste).

Si votre enfant apprend une langue parce qu’il sait qu’il en aura besoin dans un avenir proche  (pour se débrouiller lors de vos prochaines vacances a l’étranger, pour communiquer dans le nouveau pays ou vous allez déménager) ou lointain (pour entrer dans telle ou telle école, pour effectuer une partie de ses études a l’étranger, pour accéder un type d’emploi précis), son apprentissage sera alors motivé par ce qu’on appelle la motivation instrumentale ou extrinsèque.

Mais il existe un autre type de motivation qui joue un rôle majeur dans l’apprentissage d’une langue, c’est la motivation intrinsèque. Le fait de pouvoir communiquer avec un professeur sympathique de recevoir des commentaires positifs et de constater semaine après semaine les progrès effectués, le fait d’éprouver de la joie et du plaisir à converser dans cette nouvelle langue sont autant de moteurs pour apprendre.

Il est important de noter qu’aucune quantité de livres lus ou de films regardés dans la langue cible ne peut jamais remplacer la communication avec un véritable interlocuteur natif.

 different-nationalities-1124478_1920

  • Le poids des langues

Evidemment, chaque langue dispose d’un cercle d’influence plus ou moins grand. Le choix d’une langue peut donc être guidé par son importance dans le monde. Dans le TOP 3 des langues les plus parlées au monde, on retrouve:

  • Le mandarin, qui est aujourd’hui langue la plus parlée au monde avec près de 860 millions locuteurs natifs et 450 millions de personnes qui le parlent comme seconde langue.
  • L’anglais qui est la première langue officielle d’une centaine de pays. Les anglophones, de langue maternelle, sont environ 425 millions répartis sur tous les continents. L’anglais est aussi une des langues les plus influentes, car au-delà du fait qu’elle soit parlée comme langue officielle par des millions de personnes, elle est aussi la « première seconde langue » choisie par près de 750 millions de personnes
  • L’espagnol, avec environ 340 millions de « native speakers », qui est parlé dans près de 31 pays répartis majoritairement en Amérique Latine (en plus de l’Espagne).
  • Par ailleurs, en France et pour l’ensemble des enfants européens, l’allemand fait partie des langues les plus étudiés à l’école. 13% des élèves de l’Union Européenne apprennent l’allemand au college et 20% au lycée. Et, il y existe entre 110 et 120 millions de germanophones dans le monde ayant l’allemand comme langue maternelle.

 

Une vidéo intéressante sur les langues les plus parlées dans le monde: https://vimeo.com/106788050

 

  • La difficulté de chaque langue et sa richesse

Certaines langues sont plus difficiles que d’autres à maitriser. Par exemple, un anglophone mettra en moyenne 2 200 heures, soit 88 semaines, pour parler un tant soit peu le japonais. Le Chinois, l’Arabe et le Coréen prennent à peu près autant de temps. Inversement, on estime qu’il faut 23 à 24 semaines, soit 600 heures, pour qu’un anglophone apprennent l’espagnol ou l’italien.

 

Mais quelle que soit la langue que l’on apprend, l’exercice est toujours excellent pour le cerveau. Par exemple, pour le chinois qui est une langue non indo-européenne, la confrontation à des schémas linguistiques radicalement différents a un impact très positif sur l’appréhension des langues en général, et donc indirectement sur la connaissance de chacune d’entre elles. C’est ce qui, d’ailleurs, vient d’être mis en évidence par une étude publiée en 2016 dans la revue Nature : plus on apprend de langues et plus on les apprend tôt, plus on est capable d’en apprendre de nouvelles.

Alors plus une minute à perdre avec vos enfants ! Faites leur apprendre une nouvelle langue dès maintenant. Ils vous en seront éternellement reconnaissants.

vive la rentree

6 Astuces pour une rentrée réussie !

vive la rentree

 

Ça y est, c’est la fin des vacances et avec elles une certaine forme d’insouciance et de légèreté. La rentrée est pour beaucoup synonyme de stress et d’appréhension.  Pour les enfants, il faut se refaire de nouveaux amis, rencontrer de nouveaux professeurs et, pour les parents, installer une nouvelle routine avec une myriade d’activités et une multitude de contraintes à gérer. VivaLing vous aide à aborder cette période de l’année avec confiance et sérénité en vous livrant 6 conseils.

 

  • Favorisez le sommeil.

Pendant l’été, les enfants n’ont pas d’horaire de coucher fixe, ce qui est compréhensible. Mais le sommeil est essentiel pour une année scolaire sereine et productive. Aidez vos enfants à se remettre sur la bonne voie en les mettant au lit et en les réveillant plus tôt au moins une semaine avant la reprise des cours.

  • Rencontrez les enseignants de vos enfants.

Vous aurez certainement l’occasion d’assister à des journées portes ouvertes et à de multiples réunions de présentation au début de l’année scolaire, mais aucune ne vous donnera la chance de passer du temps de qualité avec les enseignants de vos enfants. Essayez de trouver quelques minutes avant ou après l’école pour les rencontrer en tête-à-tête. À tout le moins, envoyez-leur un e-mail d’introduction afin de vous présenter et demander des conseils sur la meilleure façon d’aider votre enfant tout au long de l’année.

  • Faites des devoirs un moment privilégié.

Planifiez dans l’emploi du temps de votre enfant un créneau quotidien pour les devoirs. Définissez avec lui un endroit tranquille et confortable dans la maison où il pourra travailler (sa chambre, un bureau…) et équipez-le des fournitures nécessaires pour bien étudier (recharges de stylo, feuilles, cahiers…). Plus votre enfant disposera d’un moment et d’un endroit privilégié, plus il sera motivé pour faire bien travailler tout au long de l’année.

  • Planifiez un temps de lecture quotidien.

La lecture est un facteur clef de réussite scolaire : cela permet d’enrichir le vocabulaire de votre enfant, son aisance à l’oral comme à l’écrit. Cela développe son imagination, sa créativité et enrichit son univers intérieur. C’est aussi un moment de partage unique qui vous permet d’explorer de nouveaux mondes et de vivre de nouvelles aventures avec votre enfant. Essayez donc de consacrer chaque jour 20 minutes pour lire avec votre enfant. En grandissant, votre enfant conservera ce gout et ce plaisir de lire au quotidien.

  • Encouragez et motivez.

Chaque année scolaire qui commence est un nouveau défi à relever pour votre enfant. Quel que soit ses résultats passés, faites-lui part de votre soutien et de votre confiance pour cette nouvelle année. Encouragez-le à faire de son mieux, dédramatisez les échecs et rappelez-lui qu’il peut toujours vous solliciter en cas de besoin.

  • Sélectionnez les bonnes activités.

Chaque enfant a des goûts et des aptitudes différents. En ce début d’année, prenez le temps de vous asseoir avec votre enfant pour comprendre ce dont il a envie et besoin, et voir ce qui peut tenir raisonnablement dans son emploi du temps et dans le vôtre. Apprendre une nouvelle langue vivante fait partie des activités qui dotera votre enfant d’un formidable atout pour l’avenir, tant au niveau personnel que professionnel. VivaLing vous offre la possibilité de faire ce magnifique cadeau à votre enfant dans les meilleures conditions : des cours ludiques et interactifs, 100% personnalisés avec un professeur particulier qualifié et expérimenté, sans avoir à sortir de chez vous !