Fêtez Thanksgiving comme les Américains !

 

Souvent méconnue en France, Thanksgiving est l’une des fêtes les plus importantes aux Etats-Unis. VivaLing vous révèle l’essentiel sur cette fête traditionnelle américaine.

Selon l’Histoire américaine, voici comment serait naît Thanksgiving…

En Novembre 1620, les colons britanniques à bord du Mayflower, appelés aussi les pèlerins, arrivèrent sur les côtes nord-américaines. Touchés par un hiver éprouvant, ils n’avaient plus de vivres. Les amérindiens leur offrirent l’hospitalité et leur apprirent à cultiver et à chasser.

Un an après, pour les remercier, les pèlerins leur offrirent le repas. Ce repas est considéré comme le premier repas de Thanksgiving de l’histoire.

Depuis 1941, Thanksgiving est devenue une fête nationale laïque célébrée le quatrième jeudi du mois de novembre.

Et si vous prépariez vous aussi un repas de Thanksgiving?

 

Même s’il n’est pas toujours facile, quand on n’habite pas aux Etats-unis, de trouver tous les ingrédients nécessaires à la confection des plats traditionnels, voici les recettes qui vous permettront de préparer un repas de Thanksgiving comme un Américain.

 

  • THE Turkey ( la Dinde)

La dinde est le premier symbole du Thanksgiving (aux Etats-Unis, on peut l’appeler également « Turkey Day »).

Il n’y a pas de repas de Thanksgiving sans dinde farcie d’un mélange de légumes et de fruits secs appelé « stuffing ». C’est l’élément incontournable de la fête même si certains américains préfèrent servir un rôti de porc au sirop d’érable, un jambon à la broche ou un pain de viande au bacon dit « meatloaf ».

Voici une excellente recette de Dinde de Thanksgiving.

La casserole aux haricots verts et la gelée de canneberges sont des entrées traditionnelles américaines à Thanksgiving qu’on peut facilement trouver en France, n’hésitez pas à servir ces recettes.

  • Le dessert

Aux États-Unis, il est composé de “pies” aux pommes, aux citrouilles, aux pécans chaudes, croustillants, riches et garnies avec de la glace à la vanille ou avec de la crème chantilly.

Voici une superbe recette de tarte à la citrouille et aux épices.  

Certains américains mangent leur apple pie avec du cheddar mais le VRAI cheddar est difficile à trouver en France. Alors, à la place essayez du brie ou du camembert avec votre tarte aux pommes : laissez fondre le fromage au-dessus de la tarte ou servez-le à côté.

Le Thanksgiving est une opportunité de se retrouver autour d’un bon repas. Mais cette fête consiste aussi à remercier, alors n’oubliez pas de remercier vos proches pour ce moment convivial !

 

A lire également sur le blog de VivaLing: Comment fête-t-on Pâques dans les pays anglo-saxons?

 

 

A la rencontre de Ping Lu, coach de mandarin chez VivaLing

 

Je m’appelle Ping Lu. Je vis actuellement à Montréal au Canada. Je suis originaire de Shanghai, en Chine. J’ai un fils de 3 ans.

Avez-vous toujours été professeur ? 




Je suis professeur depuis plus de 15 ans. Mon premier emploi a été professeur d’anglais au secondaire. Après deux ans, j’ai changé de travail. Mais j’enseignais toujours après l’école et le week-end. J’ai commencé à enseigner le chinois à des non-chinois à partir 2008.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans l’enseignement de votre langue ? 


 


J’aime enseigner ma langue maternelle. Tout en enseignant, je continue à apprendre des choses sur ma propre langue. Depuis que j’ai commencé à enseigner ma langue maternelle, je n’ai jamais cessé d’explorer ma propre langue et je ne m’ennuie jamais.

Quel est votre endroit préféré dans votre pays d’origine ? Pourquoi ? 


 


Mon endroit préféré est Shanghai. Je suis né et j’ai grandi à Shanghai. Shanghai est l’une des plus grandes villes de Chine.

A Shanghai, tout est possible. C’est une ville moderne et ouverte. Les Shanghaïens ont conscience qu’ils vivent dans une ville de classe mondiale, le shanghaïen fait partie du code génétique de la ville. A Shanghai, vous pouvez manger tout ce que vous voulez.  Shanghai est dynamique. Tout est pratique. C’est aussi un des meilleurs endroits sur terre pour profiter de la vie nocturne. C’est épatant!

À quoi ressemble une journée de travail pour vous ? 




Je me lève tôt, je prépare mon fils pour aller à l’école, puis je me dépêche de revenir de la garderie, je prépare les cours, je donne mes séances de mandarin. Ensuite je prépare le repas, et le soir je prépare de nouveau les séances du lendemain.

 


Quel est votre passe-temps préféré ? 


 


Voyager, j’aime surtout pour planifier les voyages.

Pourquoi pensez-vous que l’apprentissage des langues est important dans la vie ?

Quand on apprend une nouvelle langue, non seulement on apprend la langue, la grammaire, la vocabulaire, mais en même temps on découvre une nouvelle culture, et on accède à l’histoire, à l’art, à l’humour, à la logique, à la géographie et à la gastronomie d’un pays et d’un peuple, ce qui conduit à une meilleure compréhension d’une nation dans son ensemble.


Quelle est la valeur la plus importante pour vous d’apprendre une langue à un stade précoce ?




L’apprentissage d’une langue supplémentaire rend les enfants plus créatifs. Une fois que les enfants connaissent une deuxième langue, il leur est plus facile de comprendre d’autres structures linguistiques, c’est pourquoi les experts disent que chaque nouvelle langue apprise est plus facile que la précédente.

Apprendre une langue aide les enfants à mieux comprendre d’autres cultures, d’autres expressions et styles de communication. Cela peut encourager les enfants à prendre conscience de l’ampleur du monde et à avoir une plus grande ouverture d’esprit.


En un mot, pourquoi un enfant devrait-il prendre des cours chinois avec vous ?

Je suis dynamique, énergique, expérimentée. J’aime les enfants et j’aimais enseigner aux enfants.

 

Retrouver le profil de Ping Lu et sa video de présentation ICI

Une nouvelle étude du MIT révèle quel est le meilleur âge pour apprendre les langues !

 

 

De nombreuses études suggèrent qu’il est plus difficile d’apprendre une nouvelle langue à l’âge adulte que pendant l’enfance. Les scientifiques ont ainsi mis à jour ce qu’on appelle la “période critique” pour l’apprentissage des langues.

Une nouvelle étude réalisée par le MIT suggère que les enfants ont une capacité accrue à apprendre une nouvelle langue jusqu’à 17 ou 18 ans. Cependant, l’étude révèle également qu’il est presque impossible d’atteindre des compétences semblables à celles d’un locuteur natif à moins de commencer à apprendre une nouvelle langue avant l’âge de 10 ans.

 

“Si vous voulez avoir une connaissance et une maîtrise de la grammaire anglaise de type natif, vous devez commencer vers l’âge de 10 ans. Nous ne voyons pas beaucoup de différence entre les gens qui commencent à la naissance et ceux qui commencent à 10 ans, mais nous commençons à voir un déclin après 10 ans “, déclare Joshua Hartshorne, professeur adjoint de psychologie au Boston College, qui a mené cette étude en post-doctorat au MIT.

 

L’étude démontre que les personnes qui commencent à apprendre une langue entre 10 et 18 ans apprennent quand même rapidement, mais comme elles ont moins de temps avant que leur capacité d’apprentissage ne diminue, elles n’atteignent pas le niveau de compétence des locuteurs natifs.

 

Les résultats sont basés sur l’analyse d’un test de grammaire auquel ont répondu près de 670 000 personnes, ce qui constitue de loin l’ensemble de données le plus important que quiconque ait réuni pour une étude sur les capacités d’apprentissage des langues.

 

“Il a été très difficile jusqu’à présent d’obtenir toutes les données dont on avait besoin pour répondre à la question de savoir combien de temps dure cette période critique “, explique Josh Tenenbaum, professeur au MIT en sciences du cerveau et cognitives et auteur de l’article. “C’est l’une des rares occasions en sciences où nous avons pu travailler sur une question très ancienne, à laquelle de nombreuses personnes intelligentes ont pensé et adopter une nouvelle perspective et voir quelque chose que d’autres personnes n’ont peut-être pas vu.

 

Un apprentissage rapide

 

Bien qu’il soit typique pour les enfants d’apprendre les langues plus facilement que les adultes – un phénomène souvent observé dans les familles qui immigrent dans un nouveau pays – cette tendance a été difficile à étudier en laboratoire. Les chercheurs qui ont amené des adultes et des enfants dans un laboratoire, leur ont enseigné de nouveaux éléments de langage, puis les ont testés, ont constaté que les adultes étaient en fait meilleurs pour apprendre dans ces conditions. Mais de telles études ne reproduisent probablement pas fidèlement le processus d’apprentissage à long terme, déclare M. Hartshorne.

 

Suivre les gens dans leur apprentissage d’une langue pendant de nombreuses années est difficile et prend beaucoup de temps, c’est pourquoi les chercheurs ont proposé une approche différente. Ils ont décidé de prendre des instantanés de centaines de milliers de personnes qui en étaient à différentes étapes de l’apprentissage de l’anglais.

 

En mesurant la capacité grammaticale de nombreuses personnes d’âges différents, qui ont commencé à apprendre l’anglais à différents moments de leur vie, ils ont pu obtenir suffisamment de données pour arriver à des conclusions significatives.

 

L’estimation initiale de Hartshorne était qu’ils avaient besoin d’au moins un demi-million de participants – un nombre sans précédent pour ce type d’étude. Face au défi d’attirer tant de sujets, il a entrepris de créer un quiz de grammaire qui serait suffisamment divertissant pour être viral.

 

Avec l’aide de quelques étudiants du MIT, Hartshorne a parcouru des articles scientifiques sur l’apprentissage des langues pour découvrir les règles grammaticales les plus susceptibles de faire trébucher un non-anglophone. Il a écrit des questions qui révéleraient ces erreurs, telles que déterminer si une phrase comme “Yesterday John wanted to won the race” est grammaticalement correcte.

 

Pour inciter un plus grand nombre de personnes à passer le test, il a également inclus des questions qui n’étaient pas nécessaires pour mesurer l’apprentissage des langues, mais qui étaient conçues pour révéler quel dialecte de l’anglais parle le candidat au test. Par exemple, un anglophone du Canada pourrait trouver la phrase “I’m done dinner” correcte, alors que la plupart des autres ne le trouveraient pas.

 

Quelques heures après avoir été publié sur Facebook, le quiz de 10 minutes “Which English ?” était devenu viral.

“Les semaines suivantes ont été consacrées au fonctionnement du site Web, car la quantité de trafic que nous recevions était tout simplement incroyable “, explique M. Hartshorne. “C’est comme ça que j’ai su que l’expérience était suffisamment amusante.”

 

Une longue période critique

 

Après avoir répondu au questionnaire, les utilisateurs ont été invités à révéler leur âge actuel et l’âge auquel ils ont commencé à apprendre l’anglais, ainsi que d’autres informations sur leurs antécédents linguistiques.

Les chercheurs se sont retrouvés avec des données complètes pour 669 498 personnes, et une fois qu’ils ont eu cette énorme quantité de données, ils ont dû trouver comment les analyser.

 

“Nous avons dû nous demander combien d’années quelqu’un a étudié cette langue, quand il a commencé à la parler et quel genre d’exposition il a eu : apprenaient-ils en classe ou étaient-ils immigrés dans un pays anglophone ?” Hartshorne dit.

 

Les chercheurs ont mis au point et mis à l’essai divers modèles de calcul pour déterminer lequel correspondait le mieux à leurs résultats, et ils ont constaté que la meilleure explication de leurs données est que la capacité d’apprentissage de la grammaire demeure forte jusqu’à 17 ou 18 ans, date à laquelle elle diminue.

 

Les résultats suggèrent que :

 

la période critique pour l’apprentissage de la langue est donc beaucoup plus longue que ne l’avaient cru les spécialistes des sciences cognitives.

 

“C’était surprenant pour nous, dit Hartshorne. “Le débat était de savoir s’il déclinait dès la naissance, commençait à décliner à l’âge de 5 ans, ou commençait à décliner dès la puberté.”

 

Les auteurs notent que les adultes sont encore bons dans l’apprentissage des langues étrangères, mais qu’ils ne pourront pas atteindre le niveau d’un locuteur natif s’ils commencent à apprendre dès l’adolescence ou à l’âge adulte.

 

“Bien qu’il ait été observé depuis longtemps que l’apprentissage d’une langue seconde est plus facile au début de la vie, cette étude fournit la preuve la plus convaincante à ce jour qu’il existe un moment précis dans la vie après lequel la capacité d’apprendre la grammaire d’une nouvelle langue diminue “, dit Mahesh Srinivasan, professeur adjoint de psychologie à l’Université de Californie à Berkeley, qui ne participe pas à cette étude. “C’est un grand pas en avant pour le terrain. L’étude ouvre aussi des questions surprenantes et nouvelles, car elle suggère que la période critique se termine beaucoup plus tard que prévu.”

 

On ne sait toujours pas ce qui cause la fin de la période critique vers l’âge de 18 ans. Les chercheurs suggèrent que les facteurs culturels peuvent jouer un rôle, mais qu’il peut aussi y avoir des changements dans la plasticité du cerveau qui se produisent autour de cet âge.

 

“Il est possible qu’il y ait un changement biologique. Il est également possible qu’il s’agisse de quelque chose de social ou de culturel “, dit M. Tenenenbaum.

Dans de nombreuses sociétés, il y a à peu près une période où l’on est mineur jusqu’à l’âge de 17 ou 18 ans environ. Après cela, vous quittez votre domicile, vous travaillez peut-être à temps plein ou vous devenez un étudiant universitaire spécialisé. Tout cela pourrait avoir un impact sur votre rythme d’apprentissage pour n’importe quelle langue.

 

Hartshorne prévoit maintenant de mener des études connexes dans son laboratoire du Boston College, dont une qui permettra de comparer les hispanophones natifs et non natifs de l’espagnol. Il prévoit également d’étudier si les aspects individuels de la grammaire ont des périodes critiques différentes, et si d’autres éléments de la compétence linguistique comme l’accent ont une période critique plus courte.

 

Pour en savoir plus sur l’étude: https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0010027718300994

Cerveau et apprentissage des langues

Mieux apprendre les langues grâce aux neurosciences

Cerveau et apprentissage des langues

Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue?

Même si les recherches récentes montrent que de nombreuses régions de notre cerveau s’activent lors de la moindre opération mentale, les fonctions utiles au langage trouvent leur source dans deux aires qui ont donc une importance primordiale : l’aire de Wernicke et l’aire de Broca. La première nous permet de comprendre les langues et la deuxième sert à s’exprimer oralement dans une ou des langues. Le fonctionnement de ces deux aires est différent. L’aire de Broca crée un espace spécifique pour chaque langue alors que celle de Wernicke ne fait aucune différenciation.

Les cerveaux des enfants élevés dans des milieux bilingues ou multilingues sont un peu différents de ceux des enfants monolingues puisque l’aire de Broca ne distingue pas les langues apprises simultanément. Ce qui explique pourquoi les enfants bilingues n’ont aucun mal à passer d’une langue à l’autre dans une même phrase.

Sachant qu’il y a deux aires cervicales impliquées dans la maîtrise d’une langue, on conçoit alors qu’il soit possible de comprendre très bien une langue tout en ayant des difficultés à la parler. Si c’est le cas de votre enfant, ne le découragez pas : faites seulement travailler un peu plus son aire de Broca en pratiquant son expression orale. Ce qui rejoint complètement l’adage qui dit que “pour maîtriser une langue, il faut pratiquer” !

cours de langues pour enfants

Quelle est la meilleure méthode pour apprendre?

La grande majorité des experts s’accorde aujourd’hui sur une chose : l’apprentissage des langues sur le modèle « traditionnel » ne fonctionne pas au niveau neurologique. En effet, il faut envoyer au cerveau des signaux indiquant clairement que l’on est dans un processus d’apprentissage linguistique, pour que les fonctions dévolues au langage se mettent en activité. Alors, si votre enfant apprend une langue comme il apprend un cours d’histoire, par exemple, en mémorisant des listes de mots comme des dates d’évènements, cela ne fonctionnera pas. Il retiendra des listes de dates et des règles de grammaire, mais il sera incapable de sortir trois mots ou de comprendre une phrase simple dans la langue cible…

Les recherches scientifiques démontrent qu’il existe 4 éléments nécessaires pour bien maîtriser une langue :

1- L’utiliser régulièrement.

2- L’utiliser avec un but, ajouter un projet en parallèle qui justifie l’apprentissage (exemples : monter une pièce de théâtre, jouer à un jeu etc.).

3- Avoir accès à du matériel authentique. Il faut des extraits audio et vidéo provenant de réels échanges et situations qui emploient le langage (verbal et non verbal).

4- L’utiliser en interaction avec les autres.

Il n’y a donc pas de solution magique pour apprendre une langue, ni de “code génétique national” plus apte que d’autres à l’apprentissage linguistique. Si les Allemands et les Danois parlent l’anglais mieux et plus tôt que les Français, c’est tout simplement parce qu’ils apprennent mieux cette langue. Cela exige de la patience et beaucoup de pratique.

Il est donc préférable de faire pratiquer la langue le plus tôt possible, avec différents interlocuteurs. L’immersion obligera le cerveau à assimiler plus rapidement et durablement le vocabulaire et la grammaire afin de se faire comprendre des autres.

Sources: Cursus.edu

Quel est le meilleur âge pour apprendre une nouvelle langue?

C’est une question récurrente que les parents nous posent chez VivaLing! Mon enfant est-il trop jeune pour apprendre une deuxième langue? Ou au contraire, n’est-il pas déjà trop vieux pour progresser vraiment? Existe-il un âge idéal?

 

Plus on commence jeune, mieux c’est!

Et vous savez pourquoi? En raison de la “plasticité auditive” de l’enfant. La recherche a montré que, plus un enfant est jeune, mieux il perçoit et restitue des sons différents de ceux de sa langue maternelle.

Vers 12 ans, déjà, cette capacité s’amoindrit. En somme, “commencer tôt, c’est parler mieux”, quelle que soit la langue. Et on constate même que plus la langue enseignée est éloignée de la langue maternelle, plus on offre à l’enfant la capacité de transférer des compétences acquises pour apprendre d’autres langues.

 

 

Comment peut-on apprendre une langue quand on ne sait pas encore lire et écrire ?

Il en va d’une langue étrangère comme de la langue maternelle. On commence toujours par écouter, puis parler, puis écrire. L’entrée dans l’apprentissage d’une langue doit se faire par des jeux, des chansons, des activités répétées, conduites en langue étrangère, dans lesquelles l’enfant va progressivement se saisir des repères construits pour créer du sens, isoler des mots, les mémoriser et mémoriser des structures. Progressivement, il va exercer des compétences de compréhension orale et de production orale en continu pour aller, plus tard, vers la compréhension et la production écrite.

Il est essentiel de conduire des apprentissages ludiques, ritualisés, interactifs, au cours desquels il doit éprouver du plaisir : plaisir des mots, des sons, plaisir aussi de jouer un peu à être quelqu’un d’autre en parlant une autre langue.

 

Apprendre une nouvelle langue quand on apprend à écrire dans sa langue maternelle, est-ce risqué?

Au contraire. Apprendre une autre langue et apprendre à lire sa langue maternelle font appel à des processus cognitifs assez semblables : l’enfant, à partir d’indices, élabore des hypothèses de sens, puis il se sert du code (mots appris à l’écrit ou à l’oral) et du contexte (qui parle, à qui, etc. ) pour valider ces hypothèses.

 

 

Quels sont les autres avantages d’apprendre une langue pendant l’enfance?

L’un des principaux avantages, au-delà de l’intérêt cognitif pour le développement de l’enfant, c’est la découverte d’une nouvelle culture. Entrer dans une langue, c’est entrer dans une culture. On y découvre un rapport parfois semblable, parfois différent au monde. C’est pour l’enfant l’occasion de jeter un regard distancié sur sa propre culture, sur celle de sa famille.

Un jeune enfant est, a priori, plutôt “ethnocentré” (sauf à avoir été éduqué dans deux cultures). Il considère que le monde est à l’identique de ce qu’il vit. Apprendre une langue le conduit en douceur à changer ses représentations, à dépasser les stéréotypes.

En découvrant qu’une langue n’est pas le calque d’une autre (ou ne dit pas les mêmes choses, par exemple, avec le même nombre de mots), il comprend aussi qu’une culture n’est pas supérieure à une autre.

Concentration: 3 conseils pour aider votre enfant à mieux apprendre

A l’ère du numérique et du fameux « multi-tâche», attirer l’attention des enfants et la conserver pendant l’apprentissage est le défi numéro un des parents et des enseignants. Voici quelques conseils qui vous permettront de stimuler la motivation de vos enfants et de faciliter leur capacité de mémorisation.

Comment attirer l’attention d’un enfant ?

Pour qu’un enfant s’intéresse à une activité, il faut que celle-ci propose des défis à surmonter et qu’elle ne soit pas monotone.

Le cas des jeux vidéo est un bon exemple à étudier de près. Nombreux sont les parents à se poser la question: comment leurs enfants arrivent-ils à tenir plus deux heures sur un jeu vidéo alors que quand il s’agit de faire des devoirs, il n’arrive pas maintenir leur attention plus de 15 minutes.

Une étude publiée en 2010 par Matthew Dye et Daphne Bavelier, respectivement chercheur et professeur de neurosciences, apporte une réponse à cette question Cette étude montre que les enfants arrivent à maintenir leur attention car les jeux vidéo obligent les enfants à chercher une cible ou à résoudre une énigme.

Ce type d’activité permet donc de stimuler la motivation de l’enfant et ainsi d’augmenter sa capacité d’attention.

Les jeux vidéos peuvent donc être une source de motivation et de stimulation pour les enfants à condition de les utiliser avec modération.

Attention toutefois : les chercheurs rappellent également que la pratique régulière de jeux vidéo, notamment d’action, stimule essentiellement l’attention visuelle. Or, pour apprendre, un enfant a besoin de mobiliser non seulement son attention visuelle, mais aussi, son attention sélective (concentration) et surtout son attention soutenue, c’est-à-dire la capacité à se concentrer sur la durée.

Voir le TED TALK de Daphne Bavelier sur les jeux videos et le fonctionnement du cerveau

justin-young-147867-light

Comment développer l’attention soutenue ?

1- Eviter toute distraction

Une étude menée par des chercheurs de l’université de Californie a confirmé que la distraction nuit fortement à tout apprentissage.

L’objectif de l’étude était de savoir s’ils arrivaient à se concentrer, combien de temps, et ce qui pouvait bien les distraire. Ils ont donc été observés minute après minute, et il a également été noté s’il y avait autour d’eux un poste de télévision ou de radio en marche en bruit de fond, s’ils écrivaient des textos en même temps qu’ils travaillaient, s’ils avaient un ordinateur éclairé en face d’eux et les sites qu’ils avaient visité pendant le laps de temps de l’étude.

Le docteur Larry Rosen et son équipe ont étudié le comportement de 300 élèves et étudiants aussi bien d’écoles primaires que de lycée ou d’université.

Ces 300 enfants et adolescents ont été observés « dans leur environnement naturel » (école, maison), alors qu’ils devaient se concentrer pendant 15 minutes sur un sujet bien défini.

Les résultats de l’étude sont édifiants avec un temps maximum de concentration de 3 minutes en moyenne !

Toutes les sources de distraction venaient bien des objets technologiques environnants. Les principaux coupables sont les smartphones et les ordinateurs portables, sources permanentes d’interruptions.

L’équipe a constaté également, et sans surprise, que c’étaient les étudiants qui arrivaient à se concentrer le plus longtemps en adoptant des stratégies de concentration, qui avaient les meilleurs résultats. Le multitasking (la dispersion entre différentes tâches) est effectivement un facteur majeur de mauvaises performances… Et la consultation de Facebook, ne serait-ce qu’une fois pendant ces 15 minutes avait un impact déplorable sur la performance ! (oui, même juste une seule malheureuse petite fois…)

the-work-1752889_1920

2- Trouver une source de motivation

La motivation est l’un des points fondamentaux de l’attention, surtout chez les enfants.

Pour obtenir l’attention d’un enfant, il faut être en mesure de lui offrir quelque chose qui puisse le motiver.

Les parents comme les enseignants doivent lutter contre l’ennui et la distraction en cherchant ce qui peut réellement motiver les enfants pendant la durée de l’activité.

Cette tâche de motivation se présente sous deux formes différentes :

  • la motivation par sécurité qui consiste à présenter à l’enfant des tâches qu’il maîtrise bien
  • la motivation d’innovation qui consiste à présenter à l’enfant de nouvelles activités qui pourraient l’intéresser

Il est donc intéressant pendant un cours d’alterner les exercices que l’enfant maitrisent bien et qui lui donnent confiance en lui, avec des exercices plus difficiles qui éveillent sa curiosité et son envie de relever un nouveau défi.

3- Respecter les rythmes de vigilance

L’attention d’un enfant n’est pas la même à 8 heures du matin, 10 heures ou à 11h20 par exemple.

Les spécialistes du sommeil conseille donc de privilégier les activités qui demandent beaucoup d’attention le matin de préférence entre 10 et midi, puis entre 16 heures et 18 heures.

 Et vous, quelles sont vos astuces ou bonnes pratiques pour favoriser la concentration de votre enfant?

10 expressions idiomatiques anglaises à connaître

Apprendre une langue, c’est apprendre à pouvoir communiquer et s’exprimer dans la vie de tous les jours, mais c’est aussi connaître les expressions idiomatiques qui font l’identité et la beauté de chaque langue. Connaissez-vous ces expressions anglaises et leur traduction en français? De quoi enrichir le vocabulaire de votre enfant  et pourquoi pas organiser à un petit jeu en famille pour savoir si tout le monde est sur la même page!

 

1- To run with the hare and hold / hunt with the hounds

Traduction littérale: Prendre le parti du lièvre tout en le poursuivant / chassant avec la meute.

Expression en français: Ménager la chèvre et le chou

 

 

2-Proud as a peacock

Traduction littérale: Fier comme un un paon

Expression en français: Fier comme un pou

 

3-Once bitten, twice shy

Traduction littérale: Une fois mordu, deux fois plus craintif

Expression en français: Chat échaudé craint l’eau froide

 

4-To put the cart before the horse

Traduction littérale: Mettre la charrette avec le cheval

Expression en français: Mettre la charrette avant les boeufs

 

 

5-To kill the goose that lays the golden egg

Traduction littérale: Tuer l’oie qui pond des oeufs d’or

Expression en français: Tuer la poule aux oeufs d’or

 

6-Don’t judge a book by its cover

Traduction littérale: Ne jugez pas un livre à sa couverture

Expression en français: L’habit ne fait pas le moine

 

7-To get out of the wrong side of bed

Traduction littérale: Se lever du mauvais côté du lit

Expression en français: Se lever du pied gauche

 

8-You don’t teach granny to suck eggs

Traduction littérale: Vous n’apprenez pas à une mamie à gober des oeufs.

Expression en français: Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces

 

 

9-To kill two birds with one stone

Traduction littérale: Tuer deux oiseaux avec une seule pierre

Expression en français: Faire d’une pierre deux coups

 

10-To laugh one’s head off

Traduction littérale: Rire à se détacher la tête

Expression en français: Rire comme une baleine

 

Sélection des meilleurs livres francophones pour les 9-12 ans

Votre enfant adore lire ou, au contraire, il a du mal avec la lecture? Dans les deux cas, voici une liste de livres incontournables pour les jeunes entre 9 et 12 ans, à mettre dans vos valises pour l’été. Des classiques à la science fiction, les coaches de français de VivaLing ont sélectionné 18 ouvrages qui feront aimer la lecture à vos enfants et les plongeront dans des univers plus passionnants les uns que les autres.

 

Les contes rouges du chat perché Marcel Aymé

“Delphine et Marinette jouent sagement dans la cuisine de la ferme. Mais une bêtise est si vite arrivée… Vont-elles être envoyées chez la tante Mélina à la barbe qui pique ? Les fillettes ont heureusement de bons amis : le cochon qui joue les détectives, le chien, fidèle et courageux, l’écureuil et le sanglier qui se mettent à l’arithmétique… Quant au canard et au chat, ils n’ont pas leur pareil pour détourner les soupçons des parents…

Les vacances du Petit Nicolas Sempé-Goscinny ( et toute la série des Le Petit Nicolas Sempé-Goscinny)

“A priori, le petit Nicolas est un enfant comme les autres. Pourtant, le récit de ses aventures n’en finit pas de surprendre par le nombre de bêtises que lui et sa petite bande de copains déclenchent en permanence! Et il faut être drôlement patient et avoir beaucoup de mérite, comme sa maîtresse ou ses parents, pour vivre avec un pareil petit diable!”

 

 

La Rivière à l’envers – Jean-Claude Mourlevat

“Tomek est un jeune garçon qui va vivre l’aventure de sa vie… Dans un monde qui n’est pas le nôtre, il tient, tout seul, à 13 ans, la seule épicerie de son village. Un jour, il y rencontre une toute jeune fille qui lui demande si il vend de l’eau de la rivière Qjar, celle qui empêche de mourir. Elle repart déçue puisqu’il n’en a pas, mais avec un amoureux transi… Et secret !!! Tomek va alors tout faire pour plaire à sa belle et part à la recherche de cette rivière…”

 

Verte -Marie Despléchins

“C’est l’histoire d’une petite fille pas comme les autres: elle n’a pas de papa et sa maman est une sorcière qui a du mal à se fondre dans le paysage. Verte aussi est une sorcière, mais elle doit aussi aller à l’école et vivre au milieu de ses amis en essayant d’être normale, et puis il y a aussi sa grand-mère, sorcière également, mais ce n’est pas le plus extravagant chez elle. “

La prophétie des grenouilles – Jacques-Rémy Girerd

“Tom vit heureux avec ses parents adoptifs, Ferdinand et Juliette. Mais un soir, des grenouilles lui annoncent qu’un déluge menace les êtres vivants de la planète… Et bientôt, des rafales de pluie s’abattent pendant quarante jours et quarante nuits sur la Terre. Seule une petite troupe d’humains et d’animaux, menée tambour battant par Ferdinand, résiste. Mais pour survivre, il faut tout d’abord apprendre à… vivre ensemble! “

 

 

L’Omelette au sucre (et toute la série) – Jean-Philippe Arou-Vignod

“Connaissez-vous l’omelette au sucre? Rien de moins compliqué à préparer. Prenez une famille de cinq garçons. Ajoutez-y un nouveau bébé à naître, une tortue, un cochon d’Inde et une poignée de souris blanches. Mélangez bien le tout, sans oublier une mère très organisée, un père champion du bricolage et quelques copains d’école à l’imagination débordante. Saupoudrez d’une pincée de malice et d’émotion, et servez aussitôt. C’est prêt… “

 

 

La maison aux démons de Jean-Marc Ligny

Tim entre en sixième. Il ne devrait plus croire aux contes de fées qui ont bercé son enfance, ni aux lutins que Mamyvone, sa grand-mère, prétend voir dans son jardin. Ni à sa Petite Sœur imaginaire… Mais quand la maison de Mamyvone se révèle hantée par des démons qui s’en prennent à elle, Tim abandonne tout pour voler à son secours son entraînement au skate et ses deux nouvelles copines, Tran Din et Aurélie. Il aurait bien besoin d’invoquer l’aide de sa Petite Sœur…

 

Qui hante la tour morte ?  de Gudule (les Fantastiques)

Rendant jaloux tous ses amis, Loïc, qui a pour habitude de toujours passer inaperçu, est engagé sur le tournage d’un film fantastique aux côtés de son oncle, sa cousine et la célèbre actrice Pamela Brindisi. Toute l’équipe se rend au château de Malfranche, vieille bâtisse peu hospitalière gardée par un certain Gaspard qui ne cesse de dire que la demeure est hantée. Le tournage commence et les ennuis avec : des caprices de Pamela aux débuts de Loïc et d’un mystérieux portrait qui pleure aux apparitions d’un fantôme. Et ça n’est pas du cinéma.

La bibliothécaire de Gudule

C’est l’histoire d’un garçon de 5ème, prénommé Guillaume qui, un jour, s’endort sur sa table de cours et son professeur de français lui demande alors de raconter son rêve, seulement Guillaume raconte une histoire qu’il vit tout les soirs. Cette histoire, c’est celle d’une vieille femme écrivant très tard le soir puis éteignant sa lumière rose, une jeune fille sort de la résidence. Un soir Guillaume décide de la suivre jusque la bibliothèque, quelque temps après, ils se retrouvent tous deux sur un banc et la jeune fille lui explique qu’elle cherche un grimoire pour devenir écrivaine. C’est alors que Guillaume va chercher en vain le grimoire pour la jeune fille disparue. Va-t-il réussir à la sauver ?

 

La sorcière de midi de Michel Honaker

Un petit village perdu dans les neiges.Une forêt séculaire et menaçante où l’on prétend avoir vu rôder une sorcière.Des enfants qui disparaissent.Entraîné par son copain Harold, Ed, fils de pasteur et amateur de smash-gums, part pour une équipée dramatique au royaume du fantastique.Il entame une lutte impitoyable contre une créature du mal…

 

La Belle et la Bête et autres contes de Mme Leprince de Beaumont par Anne Bervas-Leroux 

La belle et la bête : Il était une fois un marchand extrêmement riche. Il avait trois filles. La cadette se faisait admirer, et on l’avait surnommée la Belle… À ton tour de découvrir ce conte merveilleux et d’entrer dans un monde où les bêtes s’expriment comme les humains, où les palais s’ouvrent par magie et où les rêves, parfois, deviennent réalité…

 

 

L’homme bonsaï de Fred Bernard

Le capitaine O’Murphy raconte aux buveurs d’une taverne son extraordinaire rencontre, lors d’un périple en mer, avec l’homme bonsaï, cette créature mi-homme, mi-arbre au destin tragique.

Lors d’un voyage en mer, deux cents ans plus tôt, Amédée le potier fut enrôlé de force sur le navire du capitaine Stroke. Devenu son souffre- douleur, Amédée est finalement abandonné sur une île déserte. Sur cette île, il sent une graine lui tomber sur la tête. Très lentement, il sent qu’il est en train de se transformer en arbre… Recueilli par des pirates chinois, il est soigné, et devient leur arme la plus meurtrière. Un jour, Amédée devenu homme bonsaï reconnaît le pavillon du capitaine Stroke. Sa vengeance est terrible. Mais les Chinois abandonnent ensuite en pleine mer, à son triste sort, l’homme devenu arbre. Aussi, lorsqu’il croise le capitaine O’Murphy, Amédée lui demande de mettre fin à ses jours…

 

La griffe des sorciers d’Evelyne Brisou- Pellen  

Des rêves, Antonin en a plein la tête : il voudrait devenir un homme riche et pouvoir emmener sa petite soeur loin, très loin de l’orphelinat. Et puis il aimerait retrouver son père, dont il ne se souvient même pas, et qui, c’est certain, les attend quelque part.

Mais pour le moment, il y a la rue, la faim. Pas facile de mener à bien ses ambitions dans de telles conditions ! D’autant plus qu’une étrange bande de vieillards s’obstine à lui tendre des pièges pour le capturer. Que peuvent-ils bien lui vouloir ? Il a peut-être vu des choses qu’il n’aurait pas dû voir… Et sa curiosité lui joue maintenant des tours. Une chose est sûre : un secret angoissant se cache derrière tout ça…Antonin parviendra-t-il à percer le mystère? Et y parviendra-t-il sans y perdre la vie ?

 

 

La maison aux 52 portes d’Evelyne Brisou- Pellen

Ce roman est une petite merveille : superbement bien écrit et documenté, il raconte l’histoire d’une petite fille, Maïlys, qui emménage avec ses parents dans une vieille et grande bâtisse renfermant un terrible secret. Derrière les nombreuses portes de la maison (devinez combien il y en a !), Maïlys entend des voix et croise des silhouettes surgies du passé.

Tout au long du livre, elle va essayer de comprendre ce qui lui arrive, tout en essayant de percer le terrible mystère de la « maison aux 52 portes »…

 

Les enfants d’Athéna d’Evelyne Brisou- Pellen  

A Athènes, en Grèce, au Ve siècle av. J.-C.  Pendant la nuit, cinq hommes mystérieux agressent les parents de Daméas, Néèra et Stéphanos. Les trois enfants s’enfuient aussitôt de la maison. Seul Daméas, l’aîné de 13 ans, a compris que leurs parents avaient été tués... Qui étaient ces hommes ? Que voulaient-ils ? Allaient-ils chercher à les poursuivre ? Qu’est-ce que Daméas et Néèra pourraient savoir, et qui les intéresserait ?  Peut-être était-ce en rapport avec les fresques du Parthénon… Le père des enfants, qui était peintre, était chargé de leur réalisation. Selon les consignes de son père, Daméas se rend avec sa sœur et son petit frère chez un certain Gorgias, un fabricant de lyres. Mais qu’elle n’est pas leur surprise lorsqu’ils apprennent que lui aussi a été assassiné !..

 

 

Le messager d’Athènes d’Odile Weulersse

Au Ve siècle avant Jésus-Christ, la vie de Timoklès et celle de sa soeur basculent brusquement le jour où ils comprennent qu’un danger plane sur leur père. Dès lors, l’aventure commence : exil, naufrage, pirates. Les jeunes gens ne sont pas au bout de leurs surprises.

A quinze ans, Timoklès ne songe qu’à triompher au gymnase, tandis que sa soeur se révolte d’être enfermée à la maison comme les autres filles d’Athènes. Mais tout, brusquement, va changer.

L’exil, un naufrage, des pirates, et aussi leur propre audace, vont les jeter dans de folles aventures à travers la Grèce et jusqu’en Perse. Le “trésor des Athéniens” sera-t-il au bout du voyage?

 

Le voyage d’Ulysse  texte Katia Wolek ; d’après Homère

Sur l’île d’Ithaque, Pénélope et son fils Télémaque attendent le retour d’Ulysse. Il y a longtemps déjà qu’il est parti avec les autres grands rois grecs faire la guerre à la ville de Troie. La guerre est finie, mais les Dieux ne permettent pas à Ulysse de rentrer dans son royaume. À bord de son bateau, il fait face aux tempêtes et aux vents déchaînés. Il rencontre des géants, une magicienne, des sirènes, des monstres marins… Des aventures extraordinaires qui le retiennent longtemps loin de sa famille.

L’enfant et l’oiseau de Katia Wolek

Dans la nuit du 31 décembre, un cruel seigneur et un gentil forgeron reçoivent en songes la visite d’un oiseau féerique. L’oiseau leur annonce qu’un jour leurs deux enfants se marieront. Quelques mois plus tard, un garçon, Inoké, voit le jour dans le foyer du pauvre forgeron et une fille, Amalia, naît à la cour. Le Seigneur fait tout pour séparer les deux enfants. Il tente de faire assassiner Inoké. Mais celui-ci a la vie sauve…

5 conseils pour continuer à pratiquer une langue vivante pendant les grandes vacances

Ca y est, elles sont arrivées: les grandes vacances sont là ! Deux mois de pause pour se reposer, voyager, faire la grasse matinée, changer de rythme et profiter des loooongues soirées d’été….le bonheur ! Mais comment mettre à profit ces semaines de congés pour continuer à pratiquer et progresser en anglais, chinois, espagnol, ou allemand?  

VivaLing vous donne 5 conseils hyper faciles à mettre en oeuvre et économes pour que la rentrée de Septembre se passe tout en douceur !

 

1. Miser sur les films et les séries télé

Qui n’a pas appris ou progresser en anglais en regardant la série “Friends”? Sans plaisanter. Rien de tel pour se faire l’oreille et s’immerger dans la langue que de regarder des films ou des séries en V.O. Pour les plus petits, les dessins animés comme Peppa Pig ou Paw Patrol se trouvent très facilement en anglais sur Youtube. Pour les ados ou les plus grands, toutes les séries, de Casa del Papel pour l’espagnol à 13 Reasons Why pour l’anglais, sont également accessibles sur internet.

Pour ceux qui n’auraient pas d’idée, voici une petite liste de 10 séries pour adolescents à regarder tranquillement aux heures les plus chaudes de la journée en sirotant une menthe à l’eau !

 

2- Lire, lire et relire

Une histoire, une histoire! Maman, papa racontez nous une histoire ! Et si, ce soir, vous vous lanciez avec un livre en anglais ? Pas de besoin d’être parfaitement bilingue pour parcourir ensemble un livre sur les couleurs, les animaux ou les chiffres dans une autre langue ! Les coaches VivaLing vous recommandent une liste de livres pour tous les âges pour partager avec votre enfant le plaisir de lire et d’apprendre une langue en même temps.

Et pour les adolescents, il existe également des magazines très intéressants dans la langue cible comme I love English ou I Love English World. Pensez-y la prochaine fois que vous passez dans un kiosque à journaux.

 

3- Jouer

C’est parti les enfants: aujourd’hui, on joue à cache-cache en anglais ! Au lieu de compter en français, invitez vos enfants à compter en anglais ( ou espagnol, ou mandarin, ou allemand) ! N’oubliez pas que le plaisir d’apprendre est primordial. Alors toutes les occasions d’apprendre en s’amusant sont bonnes ! Les sites web favorisant l’apprentissage de l’anglais chez les enfants sont très nombreux. Voici une petite sélection pour l’anglais :

  • Abracadabra : pour apprendre à lire et écrire en anglais.
  • TheLiteracyCenter.net : une ressource en ligne très animée et colorée pour s’initier aux chiffres, aux couleurs, aux heures et à l’alphabet anglais.
  • Startfall.com : idéal pour travailler sa prononciation et son accent « so british ».

N’hésitez pas à en télécharger quelques uns pour les occuper intelligemment en voiture ou dans le train.

 

4- Chanter

Quand la musique est bonne, apprendre devient un plaisir ! Montez le son de la radio et chantez les tubes du moment avec vos enfants pendant vos trajets estivaux. Et grâce au site AZLYRICS, apprenez les vraies paroles des chansons anglaises ( ca évitera de ne pas faire que du “yaourt” 😉 !  Pour les plus jeunes, il existe des tas de livres audio ou de sites répertoriant les comptines et chants pour enfants. Si vous manquez d’inspiration, voici une liste de 6 chansons en anglais pour apprendre l’anglais en chantant !

Et pour ceux qui souhaitent que leurs enfants maintiennent leur niveau en français, leur langue maternelle, des chanteurs tels qu’Henri Dès pour les petits ou Aldebert pour les plus grands ont beaucoup de succès chez les familles d’expatriés qui les diffusent régulièrement !

 

5- Faire un stage d’été chez VivaLing

Tout le monde n’est pas en vacances cet été ! Chez VivaLing, les coaches sont fidèles au poste pour accompagner vos enfants le temps d’une semaine pour un stage thématique ou 100% personnalisé. En solo ou en duo, réservez pour votre enfant un cours quotidien de 55 min et donnez lui la chance d’apprendre une langue avec un vrai professeur sur un sujet qui lui plait. A partir de €95 par semaine.

Les stages sont disponibles en anglais et en chinois.Pour l’espagnol, l’allemand ou le français, n’hésitez pas à nous contacter directement à contact@vivaling.com pour que nous discutions ensemble de vos besoins!  

Le mandarin, langue d’avenir pour les Britanniques

 

Une récente étude menée par l’Institut d’éducation UCL en partenariat avec le British Council, révèle que pour les Britanniques, le mandarin est aujourd’hui la langue à maîtriser pour réussir au niveau professionnel.

Sur 1 154 décideurs britanniques interrogés en février 2018, 77% ont déclaré qu’avoir un bon niveau de mandarin sera bénéfique pour les élèves dans leur future carrière.

Sur l’ensemble des personnes interrogées, 28% ont déclaré que l’avantage de parler mandarin pour les jeunes quittant l’école sera «significatif» pour leur vie future, ce pourcentage atteignant 31% parmi ceux qui travaillent pour des entreprises ayant un chiffre d’affaires annuel de 10 millions de livres  sterling ou plus.

Le sondage a également révélé que 69% des décideurs britanniques estiment que les compétences en mandarin, en particulier en matière de conversation – seront cruciales dans les années à venir pour les entreprises du Royaume-Uni et l’économie du pays en général. Toutefois, 66% déclarent qu’il est actuellement difficile de recruter des personnes parlant couramment mandarin au sein de la population active au Royaume-Uni.

Interrogés sur l’apprentissage des langues plus largement, 82% ont convenu que l’enseignement des langues dans les écoles «devrait refléter l’importance des marchés en croissance pour le commerce et les affaires britanniques».

Commentant ces résultats, le ministre britannique de l’éducation, Nick Gibb, a déclaré

les jeunes qui parlent couramment le mandarin seront avantagés lorsqu’ils seront en concurrence pour remporter des emplois avec leurs pairs du monde entier.

“Les normes d’éducation sont en hausse … mais nous devons faire davantage pour nous assurer que notre système d’éducation est adapté aux exigences futures d’une économie moderne”, a déclaré M. Gibb.

“C’est pourquoi nous avons lancé le programme d’excellence Mandarin ( MEP – Mandarin Excellente Program), qui devrait permettre à 5 000 élèves de maîtriser le mandarin d’ici 2020.

“L’enthousiasme et l’énergie que les élèves et les enseignants attachent à ce programme sont inspirants et aideront la Grande-Bretagne à être compétitive dans une économie de plus en plus mondiale.”

Le mandarin, une langue de plus en plus populaire

 

Les chiffres officiels du Joint Council for Qualifications mettent en évidence une baisse de 7,3% du nombre d’élèves en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord qui ont passé les examens de langue du GCSE* en 2017.

4 104 étudiants ont choisi le mandarin au niveau du GCSE au Royaume-Uni.

 

Toutefois, pour Mark Herbert, directeur des programmes scolaires du British Council, le mandarin devient une langue de plus en plus populaire à apprendre.

“Académiquement, le mandarin est vraiment intéressant parce qu’il donne accès à la culture et à l’histoire de la Chine”, a déclaré Herbert.

«Le mandarin est une langue clé que les [entreprises] recherchent dans leur main-d’œuvre à l’avenir, de sorte que les enfants qui en ont la maîtrise ont automatiquement une longueur d’avance dans leur CV et ont un avantage certain au niveau professionnel.”

 

* Le GCSE est un diplôme qui se situe entre le Brevet des collèges et le Baccalauréat français et qui se passe au terme de deux années de préparation, deux ans avant le A level ( équivalent du Bac).

 

Source: The Pie News – https://thepienews.com/news/students-fluent-in-mandarin-will-have-significant-career-advantage-survey-finds/