Apprendre plusieurs langue à tout age, c'est possible avec ViIvaLing

Podcast FR : L’inhibition – votre meilleure alliée

Les neurolinguistes ont donné un nouveau sens au terme “inhibition” et nous découvrirons dans ce podcast ce qu’il veut dire quand il s’agit de l’apprentissage des langues.

Découvrez comment cette dernière agit lors de l’apprentissage d’une première langue étrangère, puis d’une seconde et de toutes les suivantes.

La magie opère toujours un peu plus !

L’inhibition, ce faux ennemi qui vous aidera tellement !

Aujourd’hui, nous allons élaborer sur le principe d’inhibition. Et par inhibition, nous entendons le phénomène neurolinguistique, pas le phénomène social ! Car souvent, l’inhibition est perçue comme un handicap, mais dans le cadre de l’apprentissage des langues, il est en réalité un excellent atout ! Et cerise sur le gâteau, tout le monde en est doté !

Alors, rentrons dans le vif du sujet, avec cette question que je vous pose.

Apprendre une nouvelle langue inhibition neurolinguistique

Pourquoi avons-nous peur de nous lancer dans l’apprentissage d’une nouvelle langue ?

Cela vous a-t-il traversé l’esprit ? Parfois, ou même souvent, c’est par crainte que notre langue maternelle représente un frein dans notre nouvel apprentissage. Nos ” inaptitudes présumées ” sont très souvent utilisées comme une excuse pour ne pas risquer d’investir du temps et de l’argent dans l’apprentissage d’une langue.

“Je ne vais pas y arriver”,

“je suis trop vieux, trop vieille”,

“Je vais me mélanger les pinceaux.”

Ce sont des excuses très communes aux plus réticents, aux plus découragés.

Pourtant, c’est en oublier les étonnantes capacités de notre cerveau !

L’une d’entre elles – nommée inhibition – est selon sa définition la plus rigoureuse un mécanisme qui permet de supprimer les informations parasites ou les réponses prépotentes. En bref et en plus simple, un atout de taille qui nous permettra de laisser de côté notre langue maternelle lors de nos conversations avec des étrangers et de découvrir la liberté de communication, sans obstacles, à travers la planète.

Plongeons dans le sujet de l’inhibition et découvrons ce dont notre cerveau est capable lorsqu’il apprend de nouvelles langues !

j'apprends une deuxième langue - que se passe-t-il dans mon cerveau ?

Première étape : j’apprends une deuxième langue – que se passe-t-il dans mon cerveau ?

Vous venez de démarrer votre nouvelle aventure linguistique.

Ces souvenirs remontent peut-être à l’école et au moment où l’on vous a initié à une seconde langue. Parfois, l’expérience est tellement lointaine et n’a laissé que trop peu de souvenirs, qu’à l’âge adulte, il faut presque reprendre les bases de cet apprentissage. À un moment ou un autre de sa vie, chacun expérimente les balbutiements liés à l’apprentissage d’une nouvelle langue, et les découragements que cela peut provoquer.

Après quelques classes et quelques rudiments assimilés, vous rencontrez quelques obstacles qui vous laissent penser que le chemin est encore long à parcourir. Vous connaissez la chanson, cette petite voix dans votre tête qui prononce tout haut le mot dont vous avez besoin, dans votre langue natale au lieu de la langue cible. Vous faites tous les efforts du monde, mais elle est bien là, présente. Le principe d’inhibition n’opère pas encore complètement, mais rassurez-vous, il est en pré-chauffage.

Très vite, le phénomène d’inhibition atteint sa vitesse de croisière et bientôt l’espace dédié à votre nouvelle langue se crée pour plus de confort dans votre apprentissage. L’arithmétique est simple, plus vous vous exposez à cette dernière, plus vous activez cette fonction d’inhibition et plus vos boîtes neurolinguistiques se scindent pour mieux se développer !

N’oubliez jamais, notre matière grise a une incroyable élasticité et peut évoluer au fil du temps, au fur à mesure que nous l’exposons à de nouveaux défis et compétences.

Ayez confiance en votre potentiel !

Si vous avez réussi à apprendre votre langue maternelle, vos possibilités sont illimitées, cette deuxième langue est à portée de main !

L'immersion est le seul véritable moyen de booster l’assimilation d’une langue étrangère

Seconde étape, j’entretiens mon inhibition grâce à l’immersion

Comme l’ont prouvé de nombreuses études depuis les années 1970, l’immersion est le seul véritable moyen de booster l’assimilation d’une langue étrangère. Non seulement il est utile d’être entouré par la langue à tout moment, mais l’un des autres principaux avantages est qu’elle vous met fréquemment dans une situation où vous devez trouver un moyen de communiquer dans une deuxième langue si vous voulez vraiment survivre.

Lorsque vous êtes en immersion, l’apprentissage de la langue devient un moyen d’éviter le stress et de rendre votre vie plus efficace, plutôt qu’une maigre quête personnelle/académique que vous pouvez remettre à plus tard.

Cependant, l’immersion n’est pas possible pour tous.

En attendant le grand voyage, la grande aventure qui n’est pas à la portée de tous les budgets, toutes les situations, un parcours d’apprentissage de type immersif, avec des interlocuteurs natifs qui vous parlent exclusivement dans leur langue, est ce qui peut le mieux vous faire avancer !

Et ça tombe bien, c’est exactement ce que nous offrons à VivaLing !

Vivaling est une méthode immervise pour apprendre une nouvelle langue

Une expérience d’apprentissage des langues véritablement immersive.

… Où votre professeur ne se contentera pas de parler uniquement dans votre langue cible, mais vous aidera également à découvrir des éléments fascinants de sa culture, de son environnement, des expressions idiomatiques et bien plus encore. Tout cela dans le confort de votre canapé, et quand bon vous semble !

Troisième étape, je suis devenu.e parfaitement bilingue, multilingue, quid de ma langue maternelle, vais-je l’oublier ?

Le terme technique pour désigner l’oubli – ou la perte – de votre langue natale est “Attrition de la langue maternelle“. Et oui. Il existe des personnes qui ont complètement oublié leur langue maternelle. Mais c’est rare. Habituellement, ces personnes ont quitté leur pays dans leur enfance et ne sont jamais revenues. Leur langue maternelle n’était pas complètement développée, et il y a souvent un facteur psychologique qui entre en jeu dans ce phénomène.

Lorsque vous maitrisez plus d’une langue, toutes vos langues sont constamment actives dans votre cerveau.

Pour vous empêcher d’utiliser la mauvaise langue, le cerveau dispose d’un mécanisme de suppression qui met effectivement une langue en sommeil lorsque vous ne l’utilisez pas. Mais lorsque vous recommencez à l’utiliser, elle se “réveille” rapidement. Il en va de même pour les langues que vous avez apprises et maîtrisées à un niveau avancé dans le passé. Elles semblent disparues à première vue, mais prévoyez un voyage ou une expérience immersive et vous découvrirez qu’elles sont toujours là, juste inhibées, en hibernation !

Dans la plupart des situations, nous appelons ce phénomène “d’oubli” de notre langue maternelle un “affadissement”. Et parfois, c’est aussi parce que le cerveau repère une manière plus facile, ou plus cohérente, d’exprimer une idée dans la langue cible plutôt que dans la langue maternelle.

Par exemple, se réveiller tôt, trois mots en français, c’est madrugar en espagnol, 8 lettres. Un francophone en immersion dans un pays hispanique pourrait privilégier la version espagnole au milieu d’une conversation en français, car son cerveau trouve cela plus confortable et sans même s’en rendre compte ! Autre exemple possible, Προλαβαινω (prolaveno) en grec, qui a de nombreuses significations différentes, sans équivalence en français, un véritable mot passe-partout, selon le contexte : avoir trop d’obligations, battre quelqu’un à plate couture, apercevoir quelque chose, quelqu’un, etc. Le même français ou francophone en immersion chez les Hellènes pourrait voir sa langue fourcher lorsqu’il s’adresse à ses compatriotes et se voir utiliser ce mot tellement commun au milieu d’une phrase tout en français !

Quatrième étape. Et si j’ajoute d’autres langues, comment l’inhibition fonctionnera-t-elle?

Les mécanismes précis qui permettent de contrôler avec succès l’utilisation de plusieurs langues n’ont pas encore été définitivement établis. C’est ce qu’en disent les neurolinguistes qui étudient les tréfonds de notre boîte cérébrale. Mais ce que l’on observe assez communément, c’est que plus il y en a, mieux c’est. La pratique fréquente de la gestion de la concurrence non seulement au sein d’une même langue, mais aussi entre les langues, peut rendre les bilingues plus efficaces dans la résolution des conflits linguistiques.

En résumé, plus on est de fous, plus on rit !

Le Multilinguisme, c'est bon pour le cerveau

Une fois que vous êtes bilingue, votre cerveau est configuré pour la suite.

C’est pourquoi il ne faut pas craindre de poursuivre son expérience linguistique après avoir appris une deuxième langue. L’élasticité naturelle de votre cerveau sera renforcée par l’expérience de l’apprentissage des langues. Plus encore, cela contribuera à empêcher votre cerveau de se fragiliser et préviendra certaines maladies touchant nos sociétés telles que l’Alzheimer, la démence, comme le démontrent diverses études scientifiques.

Sans parler des très jeunes apprenants, bébés, enfants en bas âge, enfants d’âge préscolaire, pour qui l’apprentissage des langues est une véritable sinécure en raison de leur intense production neuronale et de l’étonnante élasticité de leur cerveau. On parle parfois de la “période critique” au cours de laquelle chaque famille devrait permettre à un enfant d’être exposé à plus d’une langue. (babillements bébés)

Et maintenant, pour conclure ce podcast, un petit bonus sous forme d’application pratique. Layla, multilingue de 5 ans, vous fait une petite démonstration de l’inhibition chez les jeunes cerveaux multilingues, où les boîtes virtuelles ne font qu’une et l’élasticité du cerveau permet toutes les connexions, même au sein d’une même conversation !

Γεια σου, πώς σε λένε;
Layla

¿Qué tal? ¿Cómo estás?
Muy bien

How old are you?
5 years old

Où vis-tu ?
En Crète

τι χρώμα έχουν τα μάτια σου;
καφέ με λίγο πράσινο

¿Cuál es su fruta favorita?
Naranjas

What is the colour of your hair?
Blond

Quelle est ta couleur préférée ?
Le vert

Ces articles pouraient également vous intéresser