gaspacho-3279

Découvrez les 5 meilleurs plats de la cuisine espagnole

Tapas, paella, sangria, jambon, … Tout le monde connait et a goûté ces plats typiques espagnols au moins une fois dans sa vie. Cependant, il existe bien d’autres plats espagnols locaux qui sont plus typiques en Espagne et même plus savoureux que ceux connus dans le monde entier. Nuria, notre Master Coach d’espagnol, a choisi pour vous 5 plats (bien qu’il y en ait beaucoup d’autres) issus des quatre coins de la “Península Ibérica”.

 

Pulpo à la gallega (appelé à l’origine “polbo á feira”)
Pulpo a la gallega

Ce plat délicieux de Galice (nord-ouest de l’Espagne), peut être difficile pour ceux qui n’aiment pas ou n’ont jamais essayé de fruits de mer avant. “Pulpo” signifie poulpe, et quand il est frais et bien cuit … il fond dans la bouche! Il est habituellement servi sur un lit de pommes de terre bouillies et coupées, avec un filet d’huile d’olive et une touche de paprika sur le dessus.

Pan con tomate (appelé à l’origine: “pa amb tomàquet”)
pan-con-tomate-

Originaire de Catalogne (nord-est de l’Espagne), vous pouvez en trouver des versions similaires dans d’autres pays méditerranéens. Il est fait avec seulement 4 ingrédients: du pain grillé, de l’ail, de l’huile d’olive et du sel. Vous pouvez le manger seul ou avec du fromage, jambon, … presque tout!

Bocadillo de calamares

BOCADILLODECALAMARES

Si vous allez à Madrid (la capitale de l’Espagne), vous devriez essayer ce sandwich typique rempli d’anneaux de calamars frits. Si simple mais étonnamment bon!

Paella Valenciana

Paella-9

Tout le monde connaît la paella, mais peu de personnes savent que la paella est originaire de Valence et n’est pas censée contenir des fruits de mer (dans d’autres régions d’Espagne, ils ont créé leur propre version “fruits de mer”). La paella valenciana originale contient  généralement du riz, «judía ferradura» – un type de haricots verts -, «garrofón» – un type spécial de gros haricots blancs -, du poulet, du lapin, des tomates, de l’eau, du sel, de l’huile d’olive et du safran. Si vous êtes en Espagne, vous devez savoir que le jeudi est le jour de la Paella dans tous les restaurants espagnols!

Gaspacho

gaspacho-3279

Originaire du sud de l’Espagne, ce plat typique est parfait pour le temps chaud. Une soupe froide, facile à préparer à la maison. Les ingrédients principaux sont: la tomate, le concombre, les poivrons verts, l’huile d’olive, le pain, le vinaigre et l’ail. Très léger et si rafraîchissant! Bonne dégustation!

Memoire

Quel rôle joue la mémoire dans l’apprentissage des langues?

Xavier Alario

Chercheur du Laboratoire de psychologie cognitive d’Aix-Marseille université et du CNRS (et codirecteur de la Fédération de recherche comportement, cerveau, cognition), Xavier Alario travaille sur la mémoire du langage en général et sur celle des mots en particulier.

Nous partageons avec vous quelques extraits d’un entretien accordé le 28 Mars au Point.fr sur le thème des langues.

Quel est le but de vos travaux ?

Nous tentons d’évaluer la connaissance qu’a un locuteur de sa langue, celle qui lui permet de s’exprimer et de la comprendre. C’est une mémoire à long terme, puisque les mots – sont connus depuis l’enfance, et elle est relativement stable ; mais les recherches sur le langage sont un peu séparées de celles sur la mémoire en général, sans doute en raison de toutes les complexités grammaticales et linguistiques.

Quels sont les effets de l’âge d’apprentissage des langues ?

Cette question est difficile. Il y a une grande hétérogénéité parmi les bilingues, liée notamment à l’âge d’apprentissage. Les résultats dont je vous parle ont été obtenus chez des bilingues dits précoces, donc qui ont acquis leur seconde langue avant l’âge de 7 ans, et d’autres dits tardifs, de plus de 10 ans. Il est désormais admis qu’il existe une période pendant laquelle l’apprentissage – et pas seulement celui des langues – est particulièrement performant. Les études cognitives l’ont montré, la vie le confirme : il est bien plus facile d’apprendre une deuxième langue pendant la prime enfance.

Comment le prouver scientifiquement ?

Notre équipe a surtout travaillé avec des mesures de temps de réponse. Une fois que nous avons vérifié le niveau de mono ou de bilinguisme de locuteurs, nous leur demandons de réagir au langage, de lire des mots, de produire des réponses ou de nommer des dessins. Nous mesurons leur temps de réponse en fonction de différents paramètres des personnes ou des mots eux-mêmes, par exemple s’ils se prononcent de façon proche dans les deux langues (piano, à travers diverses langues) ou s’ils sont très différents (voiture). Nous en déduisons la façon dont est organisée leur connaissance des mots.

Dans mon laboratoire, nous étudions les formes de langage parmi les plus simples : des mots isolés (piano) et parfois des groupes de mots comme un groupe sujet (le grand piano). Il est impossible d’aller plus loin parce que la mesure est moins pertinente avec une phrase.

Nous, et d’autres, regardons, aussi grâce aux électro-encéphalogrammes (EEG) et à l’imagerie par résonnance magnétique (IRM) les aires cérébrales impliquées dans la mémoire du langage et comment elles communiquent entre elles.

electroencéphalogramme

Peut-on oublier totalement une langue dont on ne se sert pas  ? Et au bout de combien de temps  ?

Pour le bilinguisme, il y a un vieil adage «  use it or lose it  ». Pour ceux qui ont peu utilisé l’anglais récemment : «  s’en servir ou la perdre  ». En effet, il peut se produire un phénomène savamment appelé attrition, où l’absence de pratique fait oublier une langue bien connue ; on peut le constater dans la vie courante et le mesurer en laboratoire. Il y a aussi d’autres exemples plus frappants.

Des enfants qui maîtrisaient parfaitement leur langue maternelle avant d’être adoptés dans un autre pays où l’on parlait une langue très différente ne montraient aucune trace (cognitive ou neuronale) de leur premier apprentissage. On observe aussi que, à la suite d’accidents vasculaires cérébraux (AVC), des bilingues peuvent perdre l’usage de l’une ou l’autre langue, selon des principes qui restent très mal compris.

Pour lire la suite de l’article, cliquez ICI

Joyeuse Pâques

Comment fête-t-on Pâques dans les pays anglo-saxons?

Chaque année, fin mars, on célèbre Pâques, l’une des fêtes les plus importantes du calendrier chrétien. Mais quelles sont les origines de cette fête ? Comment célèbre-t-on Pâques dans les pays anglo-saxons comme au Royaume-Uni ou aux États-Unis ? Quelles coutumes avons-nous en commun avec nos voisins anglais ?

POURQUOI TROUVE-T-ON DES LAPINS EN CHOCOLAT DANS NOS JARDINS?

En anglais, Pâques se dit Easter.

Ce nom est dérivé du nom d’Eostre, la déesse du renouveau et de la fertilité vénérée par les pays anglo-saxons au cours de l’équinoxe de printemps. Eostre était toujours accompagnée de son lièvre sacré. Ceci explique pourquoi aujourd’hui des Easter Bunnies en chocolat envahissent les jardins français à cette époque de l’année.

chocolat-paques-

POURQUOI MANGE-T-ON DES OEUFS DE PÂQUES?

Symboliquement, les œufs, tout comme le printemps, représentent le début d’une nouvelle vie, d’un nouveau cycle. Offrir des œufs à Pâques est une coutume qui se respectait il y a déjà plusieurs siècles. Selon la tradition chrétienne, il était déconseillé de manger des œufs durant le Carême. Mais voilà, les poules, elles, pendant ce temps-là, pondaient. Ces œufs étaient donc conservés puis, une fois la période de jeûne et d’abstinence passée, distribués aux amis et à la famille. Un véritable moment de partage et de convivialité! Dans certains endroits, ces œufs étaient peints et décorés. L’art s’en mêle et les œufs de Pâques prennent une autre dimension. Désormais, on les admire avant de les savourer. 

CACHER DU CHOCOLAT DANS LA MAISON, D’OÙ NOUS VIENT CETTE TRADITION ?

Le Dimanche de Pâques, dans les pays anglo-saxons comme le Royaume-Uni ou les Etats-Unis, correspond à la célébration habituelle du Easter Egg Hunt, le jour de la chasse aux œufs de Pâques. Le concept est simple : les parents cachent dans le jardin ou dans la maison des œufs en chocolat que les enfants devront trouver avant de les manger. Contre toute attente, cette tradition ne viendrait pas directement des pays anglo-saxons mais serait originaire d’Allemagne. Les migrants allemands auraient ensuite implanté ce rituel au Royaume-Uni et aux États-Unis.

UN NOUVEAU JEU POUR LES ENFANTS CETTE ANNÉE: LE EGG ROLL

Le lundi de Pâques, dans les pays anglo-saxons, c’est le jour du Egg Roll, le roulement des œufs en français. Traditionnellement après la messe du jour, de nombreux enfants montent en haut d’une colline depuis laquelle ils font rouler des œufs cuits et décorés jusqu’en bas la pente. Le premier arrivé avec un œuf entier remporte du chocolat. Cette tradition qui réunit beaucoup d’enfants chaque année dans des lieux mythiques comme par exemple la Maison Blanche n’a étrangement jamais était très populaire en France. Si vous cherchez des nouvelles activités pour vos enfants cette année, c’est peut-être le moment ou jamais de s’y essayer!

hot-cross-buns-13898-1

UNE NOUVELLE RECETTE À DÉGUSTER EN FAMILLE: LES HOT CROSS BUNS

Bien que vous puissiez en trouver toute l’année dans les pays anglo-saxons, les Hot Cross Buns, des petits pains sucrés avec des épices, sont traditionnellement préparés pour le Vendredi Saint. Beaucoup de légendes existent autour de ces fameuses pâtisseries. L’une d’entre elles, la plus connue, assure que si deux amis mangent ensemble l’un de ces petits pains durant Vendredi Saint, leur amitié perdurera au moins jusqu’à l’année suivante.

La tradition veut que les enfants préparent ces les Hot Cross Buns en chantant : « Hot cross  buns! Hot cross buns! One a penny, two a penny, Hot cross buns! If you have no daughters, Give them to your sons, One a penny, two a penny, Hot cross buns ».

Si cette année vous souhaitez surprendre tout le monde et avoir de nouvelles saveurs en bouche tout en respectant les traditions de Pâques, vous savez quoi cuisiner!

VivaLing bilinguisme

10 idées reçues sur le bilinguisme et l’enseignement bilingue

Les clichés à propos de l’enseignement bilingue et du bilinguisme restent encore nombreux. Cet argumentaire déconstruit les 10 idées reçues les plus répandues. 

bilinguisme

1. Le monolinguisme est la norme et le bilinguisme une exception.

C’est faux. On estime que plus de la moitié des habitants de la planète est bilingue, et que 40 % parlent plus d’une langue quotidiennement. Le bilinguisme est une pratique qui existe dans le monde entier, sur tous les continents et dans la plupart des pays du monde. Il y a différentes manières d’être ou de devenir bilingue : situation familiale plurilingue, contexte de vie frontalier, scolarisation en langue étrangère, mobilité professionnelle à l’étranger, etc.

2. Être bilingue, c’est maîtriser parfaitement deux langues et deux cultures.

La maîtrise des deux langues est rarement parfaite et équilibrée. On estime que seuls 20 % des bilingues sont aussi à l’aise dans une langue que dans l’autre. Être bilingue, c’est avant tout pouvoir communiquer aisément en deux langues, et pouvoir passer d’une langue à l’autre en fonction de la situation et des activités menées : les bilingues acquièrent et se servent de leurs langues dans des contextes différents et variés, pour des objectifs distincts. De plus, on peut parler une langue sans pour autant connaître et maîtriser l’ensemble des valeurs et des pratiques culturelles qui lui sont associées : un bilingue n’est pas forcément biculturel.

bilingue

3. On ne sera jamais bilingue si on apprend trop tard une seconde langue.

Il n’y a aucune limite d’âge pour commencer à apprendre une autre langue. La qualité de l’exposition à la langue et de son enseignement ainsi que la motivation sont essentiels à la réussite de l’apprentissage. Si un adulte peut apprendre plus vite qu’un enfant, il aura en revanche plus de mal à perdre son accent.

4. Avant d’apprendre une autre langue, il faut déjà en maîtriser parfaitement une.

Maîtriser parfaitement une langue est un leurre, on continue à l’apprendre toute sa vie. Néanmoins, il est profitable de pouvoir s’appuyer sur des acquis dans une première langue pour développer des compétences dans une autre langue. De la même manière, les apprentissages réalisés dans l’autre langue enrichissent la connaissance et la maîtrise de la première langue.

5. Un enfant qui suit un apprentissage bilingue doit avoir au moins un parent bilingue.

L’enseignement bilingue s’adresse à tous les enfants. C’est un dispositif pédagogique et non une école réservée aux enfants de famille bilingue. La réussite scolaire des enfants inscrits dans des dispositifs bilingues ne dépend donc pas des compétences linguistiques de leurs parents. Toutefois, la possibilité de bénéficier d’une exposition à la langue en dehors de l’école permet d’enrichir et de consolider son apprentissage.

enfant bilingue

6. Il faut être un bon élève pour suivre un enseignement bilingue.

Si certains établissements scolaires bilingues choisissent de sélectionner uniquement les meilleurs élèves, l’enseignement bilingue s’adresse quant à lui à tous les enfants, sans distinction. Tous les élèves trouvent une valeur ajoutée dans l’enseignement bilingue, indépendamment des niveaux d’apprentissage. Le passage par une autre langue d’enseignement peut même parfois aider à lever des difficultés scolaires et à mieux apprendre.

7. Il faut éviter d’utiliser différentes langues dans la classe.

Au contraire, le bilingue développe ses langues en complémentarité : l’enseignant peut donc s’appuyer sur ce constat pour développer des stratégies d’enseignement adaptées, tenant compte du niveau linguistique des élèves. Alterner les langues d’une activité à une autre, croiser les points de vue en comparant des concepts et des documents en langue originale permet d’encourager la réflexion, la mémorisation ou encore le travail de conceptualisation.

8. On ne peut pas bien apprendre une discipline en langue étrangère (histoire, mathématiques, sciences, etc.) sans parfaitement maîtriser cette langue.

Faux, tout dépend des stratégies adoptées par l’enseignant, qui doivent tenir compte du niveau linguistique des élèves. Avec des débutants par exemple, il est courant et efficace de recourir ponctuellement et de manière raisonnée à la langue maternelle des élèves. En outre, apprendre une discipline en langue étrangère permet aux élèves de pratiquer davantage et différemment cette langue, et de l’enrichir.

bilingue

9. Scolariser un enfant en deux langues augmente les risques de difficultés dans son apprentissage.

Les enfants bilingues n’ont pas plus de difficultés d’apprentissage que les enfants monolingues. La seule situation qui peut conduire un enfant bilingue à présenter des troubles de l’apprentissage est celle où il ne maîtrise suffisamment aucune des langues lors de son entrée à l’école.

10. Les bénéfices d’un apprentissage bilingue sont uniquement linguistiques.

L’enseignement bilingue permet d’approfondir la connaissance des langues et des cultures qui leur sont associées, ce qui invite à penser et à appréhender le monde différemment. Il motive par ailleurs les élèves en favorisant une pratique linguistique authentique et dynamique dans le cadre de différentes disciplines scolaires. En rapprochant langues et savoirs, on encourage les élèves à faire preuve de souplesse mentale, ce qui se traduit par une meilleure capacité à résoudre des problèmes dans des situations variées, et à une plus grande autonomie.

 

Source: Centre International d’Etudes Pédagogiques – www.ciep.fr

 

mémorisation des langues

Comment aider votre enfant à mieux apprendre les langues (et le reste…) ?

Genie Linguistique

Un psychologue allemand nommé Ebbinghaus a décidé de faire une expérience intéressante. Il a créé une liste de 2300 mots inventés et a essayé de les mémoriser, tout en s’auto-évaluant à plusieurs reprises à différents intervalles de temps.

Le résultat de ses tests? Ebbinghaus a constaté que lorsqu’il évaluait ses connaissances un jour après avoir mémorisé quelques mots, il se souvenait d’environ un tiers d’entre eux. Deux jours après, il ne se souvenait plus que de 5%. De quoi se questionner sur l’efficacité de sa mémoire! 

 

La courbe de mémorisation

Voici un graphique qui résume bien le processus de mémorisation au fil du temps

 

Courbe de mémorisation

Ce graphique nous montre comment nous nous souvenons (ou oublions) des informations que nous avons apprises ou mémorisées.

Fondamentalement, voici ce qu’il faut en retenir:

  • Le 1e jour, au début de la phase d’apprentissage, on suppose que les élèves savent 0% de ce qui va être enseigné.
  • À la fin de l’enseignement, chaque élève connaîtra 100% de ce que chaque individu a jugé important de retenir. Notre cerveau fait naturellement le tri!
  • Le 2e jour, s’ils n’ont rien fait avec l’information qu’ils ont apprise – s’ils ne la regardent pas, n’y réfléchissent pas, ne la traitent plus –  les élèves perdent 50 à 80% de ce qu’ils ont appris. C’est énorme!

L’étude révèle que notre cerveau stocke constamment de petits bouts d’information et si nous n’utilisons pas cette information ou si nous n’y prêtons plus attention, notre cerveau l’oublie.

  • Le 7e jour, que pensez-vous qu’il se passe? Evidemment, nous nous souvenons d’encore moins de choses
  • Lle 30e jour, si nous n’avons pas réfléchi, revisité, ou utilisé l’information que nous avions apprise le 1e jour, nous ne nous souvenons que de 2-3%!

mieux mémoriser

 

Activer sa mémoire à long terme

On entend souvent des étudiants dire qu’ils doivent “bachoter” parce qu’ils ont un examen à venir. Le bourrage de crâne n’aide personne à stocker des informations dans la mémoire à long terme. Les recherches de l’Université de Waterloo nous disent que si nous mobilisons à plusieurs reprises l’information que nous avons déjà apprise, notre cerveau ne l’oubliera pas. En la voyant plusieurs fois, notre cerveau comprend que l’information est importante, alors il la stocke. Lorsque l’information revient à plusieurs reprises, il faut moins de temps à notre cerveau pour la récupérer ou l’activer dans notre mémoire à long terme.

Augmenter la rétention d’information

La meilleure façon d’apprendre et de mémoriser est donc de pratiquer la “répétition espacée” (1). Et ceci est particulièrement valable pour les enfants. Le moment où votre enfant révise ses cours est primordial. Pour obtenir de meilleurs résultats, la première révision de l’information apprise doit avoir lieu très tôt après l’apprentissage initial, et chaque répétition après doit avoir lieu après des intervalles de plus en plus longs.

Lorsque l’on révise le lendemain de l’apprentissage, la nouvelle courbe a changé – elle diminue beaucoup plus lentement. On oublie plus lentement.

 

mémorisation des langues

Le problème avec la vraie vie

Lorsque les enfants rentrent de l’école, ils n’ont souvent pas envie revoir ce qu’ils viennent d’apprendre ce jour-là. La première fois qu’ils révisent, c’est quand ils font leurs devoirs quelques jours plus tard. C’est la première erreur – ils ne profitent pas pleinement de la répétition espacée puisqu’ils font leur première révision trop tard.

Une semaine plus tard, l’enseignant est passé au sujet suivant et il y a soudain quelque chose d’autre à apprendre. L’étudiant ne regarde plus son cours pendant trois semaines jusqu’à ce qu’il soit évalué sur ses connaissances. Après l’évaluation, les élèves ne regardent plus leurs cours pendant plusieurs mois.

Voilà où est le problème!  Les élèves n’ont pas assez d’opportunités de consolider leurs connaissances de manière répétée et régulière. Résultat: quand ils révisent leurs connaissances, c’est comme s’ils repartaient de zéro à chaque fois.

 

Alors que faire?

Que pouvez-vous faire pour aider vos enfants à se souvenir de ce qu’ils ont appris?

Si, dans les 24 heures après avoir appris quelque chose, ils consacrent ne serait-ce que 10 minutes à réviser, ils augmenteront la courbe de mémorisation de 50-80% à presque 100% de mémorisation.

Après 7 jours d’apprentissage, il ne leur faudra que 5 minutes de révision pour se souvenir de 100% de ce qu’ils ont appris le 1e jour  au lieu de seulement 2-3%, s’ils n’ont pas revu l’information et réactivé notre cerveau entre temps.

Et bonne nouvelle: la répétition ou la révision de l’information est cumulative. Nous n’avons plus besoin d’y penser consciemment parce que notre cerveau stocke les informations et travaille pour nous.

Plan d’action

  • Revoir ses notes tous les jours après l’école
  • Passer en revue les apprentissages de la semaine chaque week-end et tester ses connaissances
  • Lors de l’apprentissage d’un nouveau sujet, continuer à regarder régulièrement les notes des sujets précédents

(1) Chez VivaLing, tous les coaches pratiquent la répétition espacée pour favoriser une mémorisation optimale du vocabulaire et des expressions apprises en cours. La répétition espacée est à la base de la pédagogie ViLLA – VivaLing Language Learning Approach

chinese-new-year VivaLing

La légende du Nouvel An Chinois

chinese-new-year VivaLing

 

Selon une ancienne légende chinoise, un monstre appelé Xi devait émerger de la mer le 30ème jour du 12ème mois lunaire pour manger les habitants du pays. Personne n’osait dormir cette nuit-là jusqu’à ce que les Chinois comprennent que le monstre pourrait être chassé en affichant partout dans les villes des décorations de papier rouge et en faisant exploser des pétards. Puisque “chu” signifie «se débarrasser de», la fête du Printemps est désormais connue sous le nom de chuxi, signifiant «se débarrasser du monstre».

Voici une petite vidéo sur la légende de Xi 

 

Depuis ce jour là, tous les Chinois – et une partie des asiatiques ( Vietnam, Laos…) ont pris pour habitude de coller sur les murs de leur maison les couplets de la Fête du Printemps, de faire exploser des pétards et de se coucher très tard.

La fameuse histoire du caractère “福”

Le caractère “福” est souvent collé à l’envers pendant le  Festival du printemps. Savez-vous pourquoi?

Voici ce que dit la légende:

Après que l’empereur de la dynastie des Ming, Zhu Yuanzhang, soit monté sur le trône, il dit secrètement à toutes les personnes qui l’avaient aidé de coller le caractère “福”, qui signifie la bonne fortune, sur leurs portes. Il tuerait tous ceux qui n’auraient pas mis le caractère au bout du second jour. Après avoir découvert ce plan machiavélique, l’aimable Impératrice Ma  demanda à chaque famille du pays de coller le caractère sur leurs portes avant l’aube, évitant ainsi le désastre. Heureusement, les gens l’ont écoutée! :)

Le deuxième jour, quand l’empereur ordonna à ses soldats de tuer tous ceux qui n’avaient pas collé le caractère “福”, on lui dit que toutes les portes étaient ornées du fameux caractère. Cela mis l’empereur dans une colère noire. Seule une famille avait eu le malheur de coller le caractère à l’envers parce qu’ils étaient analphabètes. L’empereur ordonna immédiatement d’exécuter cette famille. Heureusement, l’impératrice Ma intervint auprès de l’empereur en lui expliquant: “La famille a dû apprendre que Votre Majesté viendrait aujourd’hui, c’est pourquoi ils ont mis le caractère à l’envers”. L’habile impératrice Ma savait qu’en chinois,  l’expression “à l’envers” a la même signification que “la bonne fortune est arrivée”.

L’empereur accepta l’explication et ne tua pas la famille. C’est ainsi qu’une catastrophe fut évitée. Depuis lors, les Chinois mettent le symbole “福” à l’envers pour avoir chance et prospérité pour la nouvelle année.

 

Nouvel an chinois

Le Nouvel an chinois : la fête la plus importante du monde asiatique

Nouvel an chinois

Qu’est-ce que la Fête du Printemps? Est-ce l’équivalent du Nouvel An chinois? Quand tombe exactement cette fête traditionnelle?  Combien de temps dure le Nouvel An chinois? Comment les Chinois fêtent-ils cet événement? Si vous n’avez pas les réponses à toutes ces questions, alors lisez cet article qui vous dira tout ce que vous devez savoir sur la plus importante et la plus populaire des fêtes chinoises.

Cette année, le Nouvel An chinois tombe le 16 février 2018, et inaugurera l’année du chien. Le Nouvel An chinois est également appelé Fête du Printemps, car le printemps arrive juste après le Nouvel An.

Quand tombe le Nouvel An chinois?

Le Nouvel An lunaire ou Nouvel An Chinois 农历新年 (Nongli Xinnian) aussi appelé Fête du Printemps 春节(Chunjie) – ou Fête du Têt au Vietnam – est le festival le plus important pour les communautés asiatiques à travers le monde entier. Le terme “Nongli Xinnian” signifie littéralement “Nouvel an du calendrier agricole” car il se célèbre suivant le calendrier chinois qui est luni-solaire. Les festivités s’étendent sur quinze jours, à partir de la nouvelle Lune jusqu’à la première pleine Lune de l’année qui correspond à la fête des lanternes. L’année du Chien commencera le 16 février 2018 et se terminera le 4 février 2019 pour laisser la place au signe du Porc de Terre.

Comment les gens célèbrent-ils le Nouvel An chinois?

Le festival du printemps chinois a plus de 3000 ans. Cette fête est un moment dont on profite pour prendre des vacances et se réunir en famille. Les gens commencent par balayer et nettoyer leurs maisons de fond en comble, puis effectuent des achats spéciaux pour le festival, comme de la nourriture, des éléments de décoration pour la maison, et des vêtements neufs pour fêter la nouvelle année. Les personnes vivant loin de leurs villes natales commencent à se préparer pour rentrer chez eux. C’est pourquoi, les gares, les aéroports et les stations de bus longue distance sont bondés à cette période là de l’année. Pour les Chinois, peu importe où qu’ils soient, peu importe la difficulté … c’est le moment de rentrer à la maison.

Retrouvez les témoignages des coaches de chinois de VivaLing sur la façon dont ils vivent le Nouvel An Chinois.

 

 

Nouvel an chinois

2018, année du Chien

nouvel-An-Chinois-2018_BLOG-300px1-300x173

 

2018 est l’année du Chien de Terre, selon l’astrologie chinoise ; elle commence le 16 février.

Le signe du Chien 狗 (gǒu) comme pour les autres animaux du zodiaque revient tous les 12 ans ; ainsi les différentes années placées sous son signe sont 1922, 1934, 1946, 1958, 1970, 1982, 1994, 2006, 2018, 2030, 2042…

Elle succède à l’année du Coq et précède celle du Porc (ou Cochon).

Attention, pour ceux qui sont nés en janvier ou février, il est nécessaire de vérifier avec un calendrier chinois ou un outil en ligne de quel signe ils sont vraiment puisque celui-ci change en fonction de la date du Nouvel an chinois qui diffère chaque année en fonction de la phase lunaire.

Voici une liste des dates correspondant aux années du Chien :

  • 28 janvier 1922 – 15 février 1923 (Chien d’Eau)
  • 14 février 1934 – 3 février 1935 (Chien de Bois)
  • 2 février 1946 – 21 janvier 1947 (Chien de Feu)
  • 18 février 1958 – 7 février 1959 (Chien de Terre)
  • 6 février 1970 – 26 janvier 1971 (Chien de Métal)
  • 25 janvier 1982 – 12 février 1983 (Chien d’Eau)
  • 10 février 1994 – 30 janvier 1995 (Chien de Bois)
  • 29 janvier 2006 – 17 février 2007 (Chien de Feu)
  • 16 février 2018 – 4 février 2019 (Chien de Terre)
  • 3 février 2030 – 22 janvier 2031 (Chien de Métal)

Personnalité

Les personnes nées sous l’année du Chien sont généralement indépendantes, sincères, vaillantes, responsables, intelligentes, courageuses, vives et loyales selon l’analyse du zodiaque chinois. Elles n’ont en outre pas peur des difficultés de la vie quotidienne.

Cependant, les personnes nées sous ce signe auraient tendance à être sensibles, conservatrices, têtues et émotives.

Compatibilités

Selon les croyances, le Chien s’apparie parfaitement avec le Lapin. Ils sont capables de se comprendre et d’affronter les difficultés avec suffisamment de patience.

En revanche, il s’entend très mal avec le Dragon, la Chèvre (ou le Mouton) et le Coq.

Porte-bonheurs

Le Chien a ses propres porte-bonheurs selon la tradition chinoise.

  • Nombres : 3, 4 et 9
  • Couleurs : vert, rouge et violet
  • Fleurs : rose,  orchidées oncidium et cymbidium
  • Directions : est, sud-est et sud

Porte-malheurs

Les choses à éviter pour ce signe astral chinois sont les suivants, selon la croyance populaire.

  • Nombres : 1, 6 et 7
  • Couleurs : bleu, blanche et dorée
  • Directions : nord et ouest

Célébrités

Voici quelques célébrités nées sous le signe chinois du Chien :

Adam Lambert, Alain Chabat, Albert II de Monaco, Alec Baldwin, Amanda Lear, Andre Agassi, Andrea Boccelli, Arielle Dombasle, Ava Gardner, Benjamin Castaldi, Benny Andersson, Bernard Lavilliers, Brigitte Bardot, Cécile de Ménibus, Cher, Claudia Schiffer, Dakota Fanning, David Bowie, Demis Roussos, Didier Bourdon, Élodie Frégé, Elvis Presley, Ethan Hawke, Freddie Mercury, Gérard Holtz, Ice-T, Jamie Lee Curtis, Jane Birkin, Jason Lee, Jean-Michel Aphatie, Jeanne Mas, Jenifer, Jessica Biel, John Woo, Julien Doré, Justin Bieber, Kaka, Karine Ferri, Kate Bush, Kate Middleton, Kirsten Dunst, Lambert Wilson, Lang Lang, Laurent Baffie, Laurent Delahousse, Lil Wayne, Madonna, Mariah Carey, Mary J. Blige, Matt Damon, Michel Jonasz, Michael Jackson, Mère Teresa, Naomi Campbell, Nolwenn Leroy, Nicki Minaj, Prince, prince William, Ronaldinho, Sade, Sandrine Quétier, Sinclair, Seth Rogen, Sharon Stone, Sophia Loren, Sylvester Stallone, Tony Leung Ka-fai, Tony Parker, Uma Thurman, Vince Vaughn, Yann Tiersen…

 

Source: Chine Informations

Cerveau et apprentissage des langues

Mieux apprendre les langues grâce aux neurosciences

Cerveau et apprentissage des langues

Comment le cerveau fait-il pour maîtriser une langue?

Même si les recherches récentes montrent que de nombreuses régions de notre cerveau s’activent lors de la moindre opération mentale, les fonctions utiles au langage trouvent leur source dans deux aires qui ont donc une importance primordiale : l’aire de Wernicke et l’aire de Broca. La première nous permet de comprendre les langues et la deuxième sert à s’exprimer oralement dans une ou des langues. Le fonctionnement de ces deux aires est différent. L’aire de Broca crée un espace spécifique pour chaque langue alors que celle de Wernicke ne fait aucune différenciation.

Les cerveaux des enfants élevés dans des milieux bilingues ou multilingues sont un peu différents de ceux des enfants monolingues puisque l’aire de Broca ne distingue pas les langues apprises simultanément. Ce qui explique pourquoi les enfants bilingues n’ont aucun mal à passer d’une langue à l’autre dans une même phrase.

Sachant qu’il y a deux aires cervicales impliquées dans la maîtrise d’une langue, on conçoit alors qu’il soit possible de comprendre très bien une langue tout en ayant des difficultés à la parler. Si c’est le cas de votre enfant, ne le découragez pas : faites seulement travailler un peu plus son aire de Broca en pratiquant son expression orale. Ce qui rejoint complètement l’adage qui dit que “pour maîtriser une langue, il faut pratiquer” !

cours de langues pour enfants

Quelle est la meilleure méthode pour apprendre?

La grande majorité des experts s’accorde aujourd’hui sur une chose : l’apprentissage des langues sur le modèle « traditionnel » ne fonctionne pas au niveau neurologique. En effet, il faut envoyer au cerveau des signaux indiquant clairement que l’on est dans un processus d’apprentissage linguistique, pour que les fonctions dévolues au langage se mettent en activité. Alors, si votre enfant apprend une langue comme il apprend un cours d’histoire, par exemple, en mémorisant des listes de mots comme des dates d’évènements, cela ne fonctionnera pas. Il retiendra des listes de dates et des règles de grammaire, mais il sera incapable de sortir trois mots ou de comprendre une phrase simple dans la langue cible…

Les recherches scientifiques démontrent qu’il existe 4 éléments nécessaires pour bien maîtriser une langue :

1- L’utiliser régulièrement.

2- L’utiliser avec un but, ajouter un projet en parallèle qui justifie l’apprentissage (exemples : monter une pièce de théâtre, jouer à un jeu etc.).

3- Avoir accès à du matériel authentique. Il faut des extraits audio et vidéo provenant de réels échanges et situations qui emploient le langage (verbal et non verbal).

4- L’utiliser en interaction avec les autres.

Il n’y a donc pas de solution magique pour apprendre une langue, ni de “code génétique national” plus apte que d’autres à l’apprentissage linguistique. Si les Allemands et les Danois parlent l’anglais mieux et plus tôt que les Français, c’est tout simplement parce qu’ils apprennent mieux cette langue. Cela exige de la patience et beaucoup de pratique.

Il est donc préférable de faire pratiquer la langue le plus tôt possible, avec différents interlocuteurs. L’immersion obligera le cerveau à assimiler plus rapidement et durablement le vocabulaire et la grammaire afin de se faire comprendre des autres.

Sources: Cursus.edu

Heloise apprend l'anglais avec VivaLing

“Avec VivaLing, on ne travaille pas pour une bonne note mais pour le plaisir.” Dorothée, maman d’Inès et Héloïse

apprendre l'anglais à Genève avec VivaLing
De nationalité française, Frédéric et Dorothée habitent à Genève depuis plus de 10 ans. Leurs enfants, âgés de 7 à 15 ans, sont scolarisés dans une école internationale, ce qui leur a permis d’être sensibilisés à l’apprentissage des langues dès leur plus jeune âge. Pourtant, malgré ce contexte porteur, il manquait encore un déclic pour que leurs enfants « se lâchent » complètement en anglais. Dorothée explique ce qui les a motivés à choisir l’option VivaLing.

Vous avez faire le choix de VivaLing pour vos enfants. Pourquoi?
Nous avons choisi VivaLing pour notre fille Inès, au moment où elle a décidé d’intégrer la section anglophone de l’école (100% des cours dispensés en anglais) pour son entrée en sixième. Afin de faciliter cette transition, et pour lui donner confiance en elle, nous avons cherché une façon ludique de développer sa pratique orale de l’anglais. L’expérience VivaLing s’est avérée tellement positive que nous avons décidé d’en faire profiter nos autres enfants pour provoquer ce fameux déclic.

Comment se passent les cours (régularité, ambiance…)?
Cette année, c’est notre fille Héloïse, 13 ans, qui profite des cours Vivaling, pour améliorer également son aisance orale. Elle a rendez-vous avec sa coach Bekah, qui habite au Costa Rica, deux fois par semaine pour un cours de 25 minutes. Elles partagent les dernières nouvelles d’un côté comme de l’autre, leurs projets en cours, abordent ensemble des thèmes d’actualité, découvrent de nouveaux produits ou de nouvelles modes qui peuvent étonner, ou des façons insolites de voyager. Bekah fait en sorte de trouver toujours des sujets stimulants dans des domaines variés qui donnent lieu à l’apprentissage de nouveaux mots de vocabulaire. D’une séance VivaLing à l’autre, Héloïse ne sait jamais à quoi s’attendre et au fur et à mesure du cours, la discussion évolue en fonction de ses réactions. L’ambiance est totalement détendue, la confiance s’installe et Héloïse a un réel plaisir à retrouver sa coach chaque semaine. 
Cours d'anglais pour les enfants

Qu’appréciez-vous le plus chez VivaLing?
Ce que j’apprécie le plus chez Vivaling, c’est la spontanéité. Ma fille a développé un capital confiance incroyable qu’elle n’avait pas pu développer de la même manière dans une classe pleine d’élèves, et avec un professeur qui évalue systématiquement le travail réalisé. Avec VivaLing, c’est totalement différent, on ne travaille pas pour une bonne note mais pour le plaisir. D’une leçon à l’autre, elle pense à ce qu’elle va raconter à sa coach, elle aime énormément ses cours qu’elle ne trouve pas contraignants. Et pourtant, je peux certifier que les progrès sont bien au rendez-vous ! L’envie d’apprendre est là, Héloïse lit davantage en anglais et dès qu’elle a une occasion, elle choisit de regarder ses films en anglais. Le cercle vertueux est en place.
D’autre part, je ne peux pas cacher que l’extrême simplicité de suivre ces cours à distance sur iPad, sans bouger de chez soi, offre un confort inestimable pour des parents qui travaillent.

Si vous deviez résumer en 3 mots VivaLing, lesquels choisiriez-vous?
Une méthode d’apprentissage résolument moderneludique, et ouverte de façon passionnante sur le monde qui nous entoure !
Heloise apprend l'anglais avec VivaLing
Si vous aussi, vous souhaitez donner à votre enfant le plaisir d’apprendre une nouvelle langue, cliquez ICI – l’inscription ne prend que quelques minutes!