A group of children gathering around reading stories

Pourquoi les enfants apprennent mieux : La science fait la lumière

L’homme de la rue l’a remarqué et la science l’a confirmé : les enfants sont plus aptes à apprendre des langues étrangères et à atteindre un niveau de compétence élevé que les adultes. Quelles en sont les raisons ? Toutes choses étant égales par ailleurs, la neurologie et la psychologie nous fourniront les réponses.
Les explications neurologiques portent sur l’état du cerveau et sa capacité à effectuer une tâche donnée à un certain stade de son développement.

Plusieurs hypothèses ont été explorées dès les années 60

L’une d’entre elles concernait la maturation du cerveau : on pensait que le cerveau était comme une ardoise d’argile qui, une fois sculptée avec la langue maternelle, ne pouvait être ni effacée, ni réécrite, ni complétée par une langue étrangère. Une autre explication, axée sur l’interférence de la langue maternelle, affirmait qu’une fois la langue maternelle acquise, le mécanisme d’apprentissage lui-même était complètement démantelé afin de réaffecter les tissus neuronaux – une ressource rare – à d’autres tâches. On sait aujourd’hui que certaines de ces explications extrêmes sont fausses et d’autres, incomplètes et trop simplificatrices.
Cependant, d’autres phénomènes liés à l’âge et affectant l’apprentissage des langues étrangères sont désormais bien mieux connus. Le premier est la diminution de la plasticité du cerveau au fil du temps. La plasticité cérébrale, également appelée neuroplasticité, fait référence aux changements des voies neuronales provoqués par des stimuli environnementaux ou expérientiels. Chaque nouvel apprentissage (qu’il s’agisse de connaissances ou de compétences) déclenche la création de nouveaux circuits cérébraux afin de transférer et de traiter l’information. Inversement, les connexions inutilisées sont éliminées afin d’optimiser le fonctionnement et les performances du cerveau. À la naissance, chaque neurone (et il y en a environ 100 milliards) possède 2500 synapses permettant des connexions neuronales. À l’âge de 2 ou 3 ans, le nombre de synapses par neurone passe à … 15000, soit deux fois le nombre moyen d’un adulte. En fait, par l’élagage neural, la densité synaptique diminue progressivement à partir du milieu de l’enfance et de l’adolescence, à un rythme propre à chaque zone du cerveau. En outre, la myélinisation (le gainage des axones) renforce l’efficacité des connexions neuronales existantes mais nuit à la souplesse du cerveau pour mettre en place de nouvelles voies neuronales. La spécialisation des zones du cerveau à des fonctions spécifiques et précises se poursuit. La neuroplasticité diminue inexorablement avec la maturation du cerveau. Des processus comme l’apprentissage du langage bénéficient d’une fenêtre d’opportunité privilégiée après les fonctions sensorielles de base et avant les fonctions cognitives supérieures.

Hensch Brain plasticity

(crédit : adapté de Hensch, 2005, Nature Reviews Neuroscience)

Basé sur la plasticité cérébrale, l’apprentissage passe par des périodes sensibles successives axées sur : les sens pendant la petite enfance, le langage et les fonctions motrices pendant l’enfance, et plus tard les fonctions cognitives supérieures (mathématiques, pensée critique, etc…)

David Birdsong, l’un des principaux chercheurs actuels sur les effets de l’âge d’acquisition, identifie également d’autres sources. Premièrement, le déclin généralisé des capacités cognitives avec l’âge est un phénomène régulier qui n’épargne pas l’apprentissage des langues. Deuxièmement, l’interférence de la langue maternelle augmente probablement avec l’âge – l’âge étant un indicateur de l’utilisation de cette langue. Enfin, selon les psycholinguistes, le dispositif d’acquisition du langage de Chomsky – donnant accès à la grammaire universelle -, ou tout autre mécanisme d’acquisition spécifique à la langue, semble disparaître avec l’âge.

Les raisons socio-psychologiques sont de nature complètement différente mais non moins importantes

Les enfants ne se sentent pas gênés par la nouveauté, puisque tout est nouveau et que, par conséquent, rien n’est vraiment anormal. Les nouveaux sons, même s’ils sont très différents de ceux de la langue maternelle, ne font pas peur. Les enfants les prononcent de manière convaincante alors que les adultes pourraient hésiter à les souligner aussi fortement – ils sont tellement “bizarres” ! Plus important encore, les enfants n’hésiteront pas à essayer même s’ils ne sont pas complètement sûrs, à essayer même s’ils se trompent et doivent recommencer. En outre, les autres enfants ne critiqueront pas les erreurs, du moins pas dans les mêmes proportions. Quant aux adultes, ils pourraient craindre que leur statut social – qui apparaît si naturellement dans leur langue maternelle – soit dégradé par une maîtrise incomplète de l’autre langue. Pour faire court, la conscience sociale de soi joue parfois contre l’apprentissage des langues par les adultes.

groupe d enfants

Quelle que soit la qualité de l’environnement d’apprentissage – ce sujet sera abordé ultérieurement -, les enfants sont plus aptes à apprendre des langues étrangères que les adultes pour des raisons neurologiques et socio-psychologiques. C’est pourquoi il faut profiter de la période sensible de l’enfance – elle est si favorable !