Articles

L’école, retour aux racines du mot et du concept

L’école est un concept qui existe depuis des millénaires : Sumériens, Egyptiens puis Gréco-Romains ont éprouvé les premières versions de la scolarité.

Son principe a évolué à travers les époques pour devenir ce que l’on connait aujourd’hui : un établissement où l’on donne un enseignement collectif général.

 

   

 

Aux origines du mot

Le mot moderne école lui-même vient du grec antique schole, un lieu où l’on avait du « loisir pour tout ». A cette époque, la relation enseignant-élève était une relation privilégiée et l’éducateur était également un mentor qui élevait le jeune adulte au rang de citoyen, futur guerrier ou future maitresse de maison, selon qu’ils étaient un garçon ou une fille.

 

 

Réservée aux classes supérieures, beaucoup plus rarement répandue chez les filles, l’éducation permettait l’accès à un rang social certain. C’est de cette racine latine qu’est né le terme école et à partir de ce concept antique que l’école moderne que nous connaissons est née, dans de nombreux pays européens.

Du pédagogue à l’apprenant

Si le nom école a gardé beaucoup de ses racines étymologiques, le concept a quant à lui beaucoup évolué.

En Grèce antique, les enfants allaient à l’école à 7 ans, avant cet âge, ils restaient avec leur mère : l’occasion de profiter de l’enfance et de s’amuser.

A sept ans donc, les garçons de familles riches allaient à l’école où des pédagogues leur enseignaient les bonnes manières et à gérer les dangers.  Poursuivie sous l’empire romain, l’école était un lieu d’échange privilégié entre le tuteur et l’apprenant, et des matières amenant à la réflexion telle que la philosophie étaient introduite dès le plus jeune âge. Même si le concept de la classe existait déjà durant l’Antiquité, le rapport personnel avec le pédagogue restait la méthode la plus répandue d’enseignement.

L’environnement d’apprentissage était également bien différent, les jeunes Grecs apprenaient en plein air, sur des forums, au cœur de la ville. Sur les gravures d’époque, il n’est pas rare de voir de jeunes hommes ou femmes, debout, en mouvement, en pleine leçon. A l’opposé de nos situations modernes : l’enseignant était assis alors que l’apprenant était souvent debout.

 

VivaLing ou le retour aux sources

Chez VivaLing, nous sommes attachés à redonner aux enfants cette relation privilégiée au travers l’apprentissage ou la consolidation d’une langue. A l’image du rapport personnel que les jeunes Grecs de l’Antiquité avaient avec leur tuteur, nos apprenants sont seuls avec leur coach et bénéficient de l’entière disponibilité de ces derniers. Le one-to-one ( cours particulier), c’est prouvé par de nombreuses études scientifiques, reste la méthode d’enseignement la plus efficace qui soit.

Autre force de notre enseignement, les enfants n’ont pas besoin de se retrouver sur une chaise pour recevoir l’enseignement de leur coach. Nos jeunes choisissent avec leur parent un endroit de la maison propice à l’apprentissage : leur chambre, leur lit, la table de la cuisine, le jardin… C’est la flexibilité de la virtualité, la salle de classe est partout possible tant qu’elle encourage l’échange.

Et que dire de la pédagogie centrée sur l’apprenant, notre approche de choix, qui nous prouve un peu plus chaque jour qu’un enfant apprend avec beaucoup plus de plaisir quand on touche à ce qui captive, passionne son esprit et son coeur dans le quotidien ?

“Avec VivaLing, on ne travaille pas pour une bonne note mais pour le plaisir.” Dorothée, maman d’Inès et Héloïse

apprendre l'anglais à Genève avec VivaLing
De nationalité française, Frédéric et Dorothée habitent à Genève depuis plus de 10 ans. Leurs enfants, âgés de 7 à 15 ans, sont scolarisés dans une école internationale, ce qui leur a permis d’être sensibilisés à l’apprentissage des langues dès leur plus jeune âge. Pourtant, malgré ce contexte porteur, il manquait encore un déclic pour que leurs enfants « se lâchent » complètement en anglais. Dorothée explique ce qui les a motivés à choisir l’option VivaLing.

Vous avez faire le choix de VivaLing pour vos enfants. Pourquoi?
Nous avons choisi VivaLing pour notre fille Inès, au moment où elle a décidé d’intégrer la section anglophone de l’école (100% des cours dispensés en anglais) pour son entrée en sixième. Afin de faciliter cette transition, et pour lui donner confiance en elle, nous avons cherché une façon ludique de développer sa pratique orale de l’anglais. L’expérience VivaLing s’est avérée tellement positive que nous avons décidé d’en faire profiter nos autres enfants pour provoquer ce fameux déclic.

Comment se passent les cours (régularité, ambiance…)?
Cette année, c’est notre fille Héloïse, 13 ans, qui profite des cours Vivaling, pour améliorer également son aisance orale. Elle a rendez-vous avec sa coach Bekah, qui habite au Costa Rica, deux fois par semaine pour un cours de 25 minutes. Elles partagent les dernières nouvelles d’un côté comme de l’autre, leurs projets en cours, abordent ensemble des thèmes d’actualité, découvrent de nouveaux produits ou de nouvelles modes qui peuvent étonner, ou des façons insolites de voyager. Bekah fait en sorte de trouver toujours des sujets stimulants dans des domaines variés qui donnent lieu à l’apprentissage de nouveaux mots de vocabulaire. D’une séance VivaLing à l’autre, Héloïse ne sait jamais à quoi s’attendre et au fur et à mesure du cours, la discussion évolue en fonction de ses réactions. L’ambiance est totalement détendue, la confiance s’installe et Héloïse a un réel plaisir à retrouver sa coach chaque semaine. 
Cours d'anglais pour les enfants

Qu’appréciez-vous le plus chez VivaLing?
Ce que j’apprécie le plus chez Vivaling, c’est la spontanéité. Ma fille a développé un capital confiance incroyable qu’elle n’avait pas pu développer de la même manière dans une classe pleine d’élèves, et avec un professeur qui évalue systématiquement le travail réalisé. Avec VivaLing, c’est totalement différent, on ne travaille pas pour une bonne note mais pour le plaisir. D’une leçon à l’autre, elle pense à ce qu’elle va raconter à sa coach, elle aime énormément ses cours qu’elle ne trouve pas contraignants. Et pourtant, je peux certifier que les progrès sont bien au rendez-vous ! L’envie d’apprendre est là, Héloïse lit davantage en anglais et dès qu’elle a une occasion, elle choisit de regarder ses films en anglais. Le cercle vertueux est en place.
D’autre part, je ne peux pas cacher que l’extrême simplicité de suivre ces cours à distance sur iPad, sans bouger de chez soi, offre un confort inestimable pour des parents qui travaillent.

Si vous deviez résumer en 3 mots VivaLing, lesquels choisiriez-vous?
Une méthode d’apprentissage résolument moderneludique, et ouverte de façon passionnante sur le monde qui nous entoure !
Heloise apprend l'anglais avec VivaLing
Si vous aussi, vous souhaitez donner à votre enfant le plaisir d’apprendre une nouvelle langue, cliquez ICI – l’inscription ne prend que quelques minutes!

Apprendre l’anglais en chantant

Six chansons pour aider vos enfants à apprendre l’anglais

De nombreuses études scientifiques l’ont démontré: la formation musicale accélère le développement du cerveau chez les enfants, en particulier via la fonction de traitement du son. En outre, pour les très jeunes enfants, la musique a plus d’impact et de sens que les mots. C’est pourquoi le chant est l’un des outils favoris des coaches de VivaLing pour enseigner leur langue à leurs élèves.

Voici six chansons anglaises sélectionnées et recommandées par nos coaches d’anglais. Apprenez-les avec vos enfants et laissez-les les chanter avec leurs coaches lors de leur prochaine session. L’objectif est clair – rendre leur apprentissage toujours plus ludique et joyeux!

 

Head Shoulders Knees and Toes (Tête épaules genoux et orteils)

Recommandé par: Coach Chloe L

«J’aime cette chanson car elle permet de renforcer le vocabulaire relatif aux différentes parties du corps. La répétition et le rythme simple de cette chanson en font un véritable “hit” auprès des plus jeunes apprenants, comme des plus grands. C’est vraiment un classique des chansons enfantines anglaises. Les actions et les mimes permettent de favoriser la mémorisation des mots et de soutenir le développement du langage oral. “

Old Mac Donald Had a Farm

Recommandé par: Coach Chloe L

“Cette chanson est très amusante car elle intègre les sons des animaux et les associe au  vocabulaire sur les animaux de la ferme. Non seulement elle est drôle, mais elle est très efficace pour apprendre de nouveaux mots. C’est aussi une formidable occasion de bouger – l’enfant pouvant imiter tous les animaux! Cette chanson encourage les enfants à développer des compétences d’écoute car ils doivent écouter attentivement chaque animal afin de reproduire le bon son.

 

Do you like Broccoli Ice Cream? Aimez-vous la crème glacée au brocoli?

Recommandé par: Coach Hannah

«Parfois, les élèves voient le monde en termes de  “bonnes” ou “mauvaises” réponses. Mais, lorsque nous regardons les choses que nous aimons, nous avons tous de bonnes réponses : il n’y a pas de mauvaises réponses! Cette chanson est très simple, ludique et nous montre que nous avons tous le droit d’aimer et de ne pas aimer des choses dans la vie. “

 

Yes I can! (Oui je peux!)

Recommandé par: Coach Hannah

«Parfois, le mot “pouvoir” (can en anglais) est difficile à comprendre pour les jeunes enfants qui apprennent l’anglais. Cette chanson est très simple et montre exactement ce que les animaux peuvent ou ne peuvent pas faire. “

 

Baby Shark (Bébé requin)

Recommandé par: Coach Hannah

«Grâce à cette famille de requins sympathiques, les enfants apprennent à présenter les membres de leur famille. Ils apprennent ainsi en s’amusant tout le vocabulaire de la famille: soeur, frère, père, mère, grands-parents….

 

Going on a Lion Hunt (Aller a la chasse au lion)

Recommandé par: Coach Hannah

 

“Cette chanson est une grande chanson d’aventure! Nous suivons un garçon et une fille qui cherchent un lion. Cette chanson est apprise par tous les enfants anglophones. C’est un grand classique. A noter que cette chanson est plutôt adaptée pour les enfants de plus de cinq ans.”